La police sauve 430 victimes de la traite des êtres humains et identifie 4 000 migrants irréguliers originaires de 74 pays.

AUTEUR

INTERPOL

CATEGORIES

POSTÉ LE

27 juillet 2021

SOURCE

INTERPOL

LYON (France) – Les groupes criminels à l’origine du trafic d’êtres humains et de migrants ont été durement touchés par une opération coordonnée par INTERPOL, 286 suspects ayant été arrêtés dans le monde entier.

Des représentants des services chargés de l’application de la loi de 47 pays ont participé à l’opération Liberterra (du 5 au 9 juillet), effectuant quelque 500 000 contrôles aux points de passage et aux aéroports, ainsi que dans les points névralgiques recensés grâce aux renseignements et aux enquêtes.

Les autorités ont sauvé quelque 430 victimes de la traite des êtres humains et identifié 4 000 migrants en situation irrégulière originaires de 74 pays différents. Nombre d’entre eux ont eu besoin d’une assistance médicale, psychologique et de logement et ont été pris en charge par des services de protection.

En outre, 60 nouvelles enquêtes transnationales ont été ouvertes.Les documents d’identité faux ou volés restent le billet d’or lorsqu’il s’agit d’aider des personnes à franchir illégalement les frontières, ces documents ayant été saisis sur tous les continents. Le premier jour de l’opération, les autorités tanzaniennes ont arrêté un chauffeur de bus ougandais transportant une boîte de 169 faux passeports de Kampala à Dar Es Salaam.

« L’opération Liberterra est un instantané de cinq jours de la situation mondiale en matière de trafic et de contrebande, et de la façon dont les réseaux criminels multinationaux et hautement organisés ne visent qu’une seule chose : le profit « , a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, Jürgen Stock.

« Avec le démantèlement de 22 groupes criminels, elle montre également ce qu’une action coordonnée et mondiale des services chargés de l’application de la loi peut accomplir. »

Des groupes criminels démantelés dans le monde entier

Parmi les points forts de l’opération, citons :

  • Les autorités algériennes ont démantelé un groupe de contrebande axé sur les routes maritimes vers les côtes européennes.
  • La Colombie a démantelé deux organisations criminelles différentes et procédé à 22 arrestations. Alors que l’un des groupes se consacrait au trafic de migrants vers les États-Unis, l’autre s’attachait à faire entrer en Colombie des migrants cubains et haïtiens en provenance de l’Équateur. En outre, deux personnes faisant l’objet de notices rouges INTERPOL et recherchées au niveau international par l’Espagne pour trafic d’êtres humains ont été arrêtées.
  • Les autorités équatoriennes ont arrêté huit suspects qui faisaient passer des migrants aux États-Unis en utilisant une agence de voyage légitime comme couverture pour réserver des vols via le Mexique.
  • Des agents au Ghana ont intercepté deux suspects nigérians accusés de diriger un réseau de trafic d’êtres humains entre le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigeria.
  • Six membres d’un groupe criminel organisé ont été arrêtés en Macédoine du Nord. Le chef de file travaillait avec des associés au Moyen-Orient pour faire passer des migrants d’Afghanistan, du Bangladesh, du Pakistan et de Syrie vers la Grèce.
  • Les autorités du Soudan ont secouru 253 victimes de la traite des êtres humains et arrêté 32 suspects.
  • Un groupe criminel organisé basé en Espagne, qui faisait passer des migrants par voie maritime de l’Algérie vers les côtes espagnoles, a été démantelé.

Exploiter les plus vulnérables

Concentrés sur les marges bénéficiaires, les passeurs ont facilité le passage des migrants sans se soucier de leur sécurité et de leur bien-être.

La Croatie et le Nicaragua ont signalé des accidents de la route mortels lorsque des passeurs tentaient d’échapper aux contrôles routiers. En Slovénie, des migrants ont été contraints de voyager dans des cages à chiens. En Grèce, des migrants ont déclaré avoir payé jusqu’à 2 000 euros chacun pour un voyage de quatre heures en voiture à travers le pays. Les garde-côtes tunisiens ont secouru 69 migrants originaires de 11 pays africains différents après avoir reçu un appel de détresse de leur bateau.

Les autorités ont également secouru un certain nombre de victimes mineures de la traite des êtres humains au cours de l’opération. Sept jeunes filles ont été interrogées au Liban dans le cadre d’un réseau international d’exploitation sexuelle et de traite des êtres humains. Au Venezuela, des victimes mineures ont déclaré avoir été contraintes à l’exploitation sexuelle par des menaces de mort proférées par des trafiquants d’êtres humains.

Les pays membres ont profité de l’occasion pour sensibiliser le public, notamment aux Émirats arabes unis où une campagne a été lancée dans les centres de recrutement de travailleurs domestiques.

Les capacités de police d’INTERPOL

Les bases de données d’INTERPOL ont été interrogées 508 000 fois et les notices ont joué un rôle essentiel dans la localisation et l’arrestation d’individus recherchés. Par exemple, la police du Royaume-Uni a arrêté six fugitifs recherchés par différents pays d’Europe pour trafic de migrants et traite d’êtres humains liée à l’exploitation sexuelle.

Le Brésil, la Colombie, Curaçao et le Panama ont mis la main sur des fugitifs recherchés en vertu de notices rouges pour d’autres délits tels que le trafic de drogue, les viols et agressions et le blanchiment d’argent.

Trois unités de coordination opérationnelle au Panama, au Soudan et aux Émirats arabes unis ont apporté leur soutien aux pays participants, avec une unité centrale de soutien au Secrétariat général d’INTERPOL à Lyon.

Partenariats

Cette opération conjointe a bénéficié du soutien de plusieurs partenaires – l’Organisation internationale pour les migrations, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime et Europol.

L’opération a été menée sous les auspices du projet Flyway, financé par la Norvège, le ROCK (Centre opérationnel régional à l’appui du processus de Khartoum et de l’initiative Union africaine-Corne de l’Afrique), et la Fondation INTERPOL pour un monde plus sûr.

Pays participants
Algérie, Autriche, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Croatie, Curaçao, République dominicaine, Équateur, El Salvador, Ghana, Grèce, Guatemala, Haïti, Honduras, Irak, Kenya, Liban, Mexique, Maroc, Nicaragua, Macédoine du Nord, Oman, Pakistan, Panama, Pérou, Portugal, Qatar, Arabie saoudite, Serbie, Slovénie, Espagne, Soudan, Syrie, Tanzanie, Tunisie, Turquie, Ouganda, Émirats arabes unis, Royaume-Uni, États-Unis, Venezuela, Vietnam et Zimbabwe.