Les navires qui devaient faire escale dans les ports sud-africains se dirigent désormais vers les pays voisins, voire ne font pas du tout escale en Afrique. Selon les agents, la crise mondiale du transport maritime et la pénurie de conteneurs font que les grandes compagnies maritimes n’ont pas de place pour les retards.

NDLR : Après les émeutes en Afrique du Sud, puis la cyberattaque qui a stoppé l’activité portuaire, les compagnies maritimes ne prennent même plus la peine de s’y arrêter ! C’est une guerre de siège sous un autre nom…

AUTEUR

BUSINESS INSIDER SA

CATEGORIES

POSTÉ LE

27 juillet 2021

SOURCE

Business Insider South Africa

Les navires ont commencé à contourner les ports sud-africains, et beaucoup d’autres pourraient le faire, après que Transnet ait annoncé lundi un cas de force majeure dans ses opérations portuaires.

Selon les agents maritimes, les porte-conteneurs qui devaient faire escale au Cap et à Durban ont été détournés, dans un cas vers le port de Maputo, et dans l’autre vers des escales asiatiques, contournant ainsi entièrement le continent.

Les importateurs, déjà confrontés à des pénuries de marchandises essentielles, devront désormais attendre plus longtemps pour obtenir des conteneurs sur ces navires. On ne sait pas encore combien de temps il faudra attendre ; la crise mondiale du transport maritime et la pénurie de certains types de conteneurs ont déjà mis le secteur en difficulté. Ces mêmes problèmes ont rendu les compagnies maritimes allergiques à des délais qu’elles ne peuvent pas quantifier.

Dans un communiqué publié mardi matin, Transnet a déclaré que sa déclaration de force majeure sur les terminaux portuaires de Transnet  » devrait être levée prochainement « , mais n’a fourni aucun autre détail sur son calendrier ou sur la cause sous-jacente.

« Les terminaux accostent les navires comme prévu et facilitent les opérations de chargement et de déchargement avec les compagnies maritimes », a-t-elle déclaré. « Nous continuerons à travailler directement avec les compagnies maritimes afin de faciliter l’évacuation maximale des importations et des exportations supplémentaires prévues pour les futurs navires. Des contrôles ont été mis au point, en collaboration avec les compagnies maritimes et la division des douanes du SARS, afin de garantir le dédouanement et l’évacuation de chaque conteneur en toute sécurité. »

Les opérateurs logistiques affirment que le flux de conteneurs s’est effectivement arrêté.

Certains des systèmes informatiques de Transnet ont été fermés le 22 juillet, dans ce que la société a décrit comme une « perturbation ». Elle n’en a pas encore publiquement expliqué les raisons et n’a pas répondu aux questions. Elle a toutefois déclaré à son personnel qu’elle avait été victime d’un piratage informatique et a maintenant annoncé à ses clients qu’elle avait subi « une cyberattaque, une intrusion dans la sécurité et un sabotage ».

« On s’attend à ce que certaines applications continuent de fonctionner lentement au cours des prochains jours, pendant que la surveillance se poursuit. Tous les systèmes d’exploitation seront rétablis de manière échelonnée, afin de minimiser les risques et les interruptions supplémentaires », a déclaré la société dans son communiqué.