Transnet, la société publique sud-africaine des ports et du transport ferroviaire de marchandises, a déclaré un cas de force majeure dans les principaux terminaux à conteneurs du pays après les perturbations causées par une cyberattaque il y a cinq jours.

NDLR : L’Afrique du Sud n’est PAS « revenue à la normale ». Après que le chaos ait endommagé la chaîne d’approvisionnement, une cyberattaque a fermé les ports responsables de l’importation de 60 % des marchandises du pays (et plus encore vers d’autres pays d’Afrique intérieure) :

AUTEUR

FELIX NJINI, JOHN VILJOEN

CATEGORIES

POSTÉ LE

27 juillet 2021

SOURCE

News 24

Cette mesure concerne les ports de Durban, Ngqura, Port Elizabeth et Cape Town en raison des effets de l’attaque du 22 juillet, selon un avis que Transnet a envoyé à ses clients et dont Bloomberg News a eu connaissance. Les problèmes « continuent de persister », selon l’avis.

La force majeure est un événement imprévu ou incontrôlable qui dispense une entreprise de remplir ses obligations contractuelles.

« Transnet, y compris Transnet Port Terminals, a subi un acte de cyberattaque, d’intrusion de sécurité et de sabotage, qui a entraîné la perturbation des processus et fonctions normaux de TPT ou la destruction ou l’endommagement d’équipements ou d’informations », indique le rapport. « Les enquêteurs déterminent actuellement la source exacte de la cause de la compromission et l’étendue de la violation de la sécurité des données TIC ou du sabotage. »

Cette perturbation menace d’avoir un effet d’entraînement sur l’économie la plus industrialisée d’Afrique, d’autant que le port de Durban de Transnet traite 60 % des expéditions du pays. Les ports sont également essentiels pour les expéditeurs des pays africains enclavés, notamment la République démocratique du Congo, la Zambie et le Zimbabwe.

Un impact prolongé sur les opérations des terminaux à conteneurs risque de porter un coup supplémentaire au fragile rétablissement de l’Afrique du Sud après la pandémie et une série de confinements, après les destructions causées par les émeutes meurtrières qui ont fermé les entreprises dans deux provinces au début du mois.

Transnet prend « toutes les mesures d’atténuation disponibles et raisonnables » pour limiter l’impact de cette perturbation. Les terminaux à conteneurs fonctionnent, mais à un rythme plus lent, et un système manuel de déplacement des conteneurs a été adopté.

Dans un communiqué publié mardi matin, la Commission a indiqué que la force majeure devrait être levée prochainement.

« On s’attend à ce que certaines applications continuent de fonctionner lentement au cours des prochains jours, pendant que la surveillance se poursuit. Tous les systèmes d’exploitation seront rétablis de manière échelonnée, afin de minimiser les risques et les interruptions supplémentaires », a-t-il ajouté.

« Les plans de continuité des activités ont permis à Transnet Freight Rail (TFR) de continuer à utiliser des opérations de secours manuelles et de faire circuler les trains comme prévu. Nous souhaitons assurer aux parties prenantes et aux clients que tous les processus suivis permettent l’exploitation des trains en toute sécurité. »