Deux scientifiques américains ont remporté un prix d’un million d’euros (1,18 million de dollars) pour avoir créé un concept de générateur d’aliments qui transforme les plastiques en protéines.

NDLR : Je ne sais pas qui pense que manger des plastiques recyclés peut être plus sain que des aliments biologiques frais et vivants… A part la mafia mediatique aux ordres des cartels (dont le cartel agricole mondial) qui essaie de nous faire manger des choses synthetiques…

AUTEUR

GEORGINA JADIKOVSKAALL

CATEGORIES

POSTÉ LE

27 juillet 2021

SOURCE

Newsweek

Le prix Future Insight 2021 a été attribué à Ting Lu, professeur de bio-ingénierie à l’université de l’Illinois Urbana-Champaign, et à Stephen Techtmann, professeur associé de sciences biologiques à l’université technologique du Michigan, pour leur projet. Il utilise des microbes pour dégrader les déchets plastiques et les transformer en nourriture.

La société allemande de science et de technologie Merck parraine le prix. La production mondiale de plastiques a totalisé 368 millions de tonnes métriques en 2019. La seule baisse enregistrée au cours des 60 dernières années est due à la pandémie de COVID-19 qui a étouffé la production de biens dans le monde entier, les usines tournant au ralenti et le transport maritime ralentissant.

Au moins 8 millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans du monde chaque année, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature.

« Les lauréats du prix Future Insight de cette année ont créé une technologie révolutionnaire ayant le potentiel de générer une source sûre et durable de nourriture, tout en réduisant les méfaits environnementaux associés aux déchets plastiques et aux méthodes agricoles traditionnelles », a déclaré Belen Garijo, PDG de Merck et présidente du conseil d’administration.

« Nous félicitons Ting Lu et Stephen Techtmann pour leurs recherches prometteuses et espérons que le prix Future Insight contribuera à accélérer leurs efforts », a-t-il ajouté.

Les deux scientifiques, qui qualifient leur projet de « générateur » d’aliments, se sont attachés à trouver une technologie efficace, économique et polyvalente qui permette d’utiliser les plastiques en fin de vie qui, autrement, finiraient dans les décharges ou les océans.

Les aliments qui en résultent « contiennent tous les éléments nutritifs nécessaires, ne sont pas toxiques, offrent des avantages pour la santé et permettent en outre de répondre aux besoins de personnalisation », selon Merck.

Les scientifiques ont appris à exploiter des microbes synthétiquement modifiés, en les programmant génétiquement pour transformer les déchets en aliments.

Lu appelle cela la « biologie synthétique microbienne« . Selon lui, les « circuits génétiques artificiels » peuvent faire progresser un large éventail de solutions biotechnologiques aux problèmes mondiaux futurs.

« Les microbes environnementaux sont capables de catalyser un large éventail de réactions chimiques, dont beaucoup peuvent avoir des applications industrielles », a déclaré Techtmann. « Mon laboratoire étudie comment des communautés microbiennes complexes peuvent coopérer pour remplir des fonctions d’intérêt industriel. »

Les deux scientifiques affirment que leurs recherches conjointes leur permettront « de prendre les déchets plastiques générés dans le monde et de les transformer en quelque chose de précieux : de la nourriture et du carburant. »

Les premiers lauréats du prix Future Insight, créé en 2019, étaient Pardis Sabeti de l’Université de Harvard et James Crowe de l’Université Vanderbilt, pour des recherches sur la manière de détecter et de traiter les maladies infectieuses pandémiques.