En 2015, les responsables du renseignement français ont averti le Département d’État américain que la Chine réduisait la collaboration convenue à l’Institut de virologie de Wuhan, a déclaré un ancien fonctionnaire du Département d’État à la Daily Caller News Foundation. La France a fourni la conception du laboratoire, une grande partie de sa technologie et la formation à la biosécurité, a rapporté un câble du département d’État en 2018. Le gouvernement français et les organisations scientifiques françaises publiques et privées ont apporté leur soutien à la construction du laboratoire, a déclaré le Premier ministre français lors de la cérémonie d’accréditation du laboratoire en février 2017. Les experts français en matière de sécurité et de défense n’étaient pas favorables au partage de la technologie sensible, selon le journal français Le Figaro.

Publication originale le 26/07/2021.

NDLR : Voila de nouvelles preuves de l’implication de la France dans la creation de cette arme biologique. De nombreuses sources qui structurent cet article proviennent de sites gouvernementaux officiels. Pour rappel, les sites en « .gov » sont des sites officiels du gouvernement americain

AUTEUR

ELEANOR BARTOW

CATEGORIES

POSTÉ LE

28 juillet 2021

SOURCE

Daily Caller

Le gouvernement fédéral américain aurait dû cesser de financer la recherche à l’Institut de virologie de Wuhan en 2015 lorsque la Chine a réduit sa coopération avec les Français pour la construction et le fonctionnement du laboratoire, selon le responsable d’une enquête sur les origines du COVID-19 menée par le Département d’État sous l’administration Trump.

En 2015, les responsables du renseignement français ont averti le département d’État américain et leur propre ministère des Affaires étrangères que la Chine réduisait la collaboration convenue au laboratoire, a déclaré au Daily Caller News Foundation l’ancien fonctionnaire du département d’État David Asher, aujourd’hui chercheur principal au groupe de réflexion Hudson Institute.

En 2017, les Français « ont été mis à la porte » du laboratoire et la coopération a cessé, ce qui a conduit les responsables français à avertir le département d’État qu’ils avaient de sérieuses inquiétudes quant aux motivations chinoises, selon Asher.

Le département d’État a allégué en janvier 2021, à la fin de l’administration Trump, que le laboratoire de Wuhan avait mené des recherches classifiées pour le compte de l’armée chinoise depuis au moins 2017.

Le département d’État n’a pas répondu à la demande de commentaire de la Daily Caller News Foundation.

Jeudi, la Chine a déclaré qu’elle ne permettrait pas à l’Organisation mondiale de la santé de poursuivre l’inspection du laboratoire. La Chine a empêché l’OMS d’accéder à des dossiers importants du laboratoire.

« Les Chinois ont en fait aspiré l’État dans leur opération pot de miel pour avoir accès à la technologie, aux connaissances et au soutien matériel des États-Unis. Classique. Tout comme ils l’ont fait dans tous les secteurs « , a déclaré Asher.

Entre octobre 2009 et mai 2019, l’Agence américaine pour le développement international a versé 1,1 million de dollars à la société EcoHealth Alliance, basée aux États-Unis, pour un sous-accord avec l’Institut de virologie de Wuhan, selon l’USAID. EcoHealth Alliance a également reçu des fonds de la Defense Threat Reduction Agency du ministère de la défense, qui ont été sous-traités au laboratoire de Wuhan, selon le magazine New York. Des subventions de l’Institut national de la santé accordées à EcoHealth Alliance pour un total de 600 000 dollars entre 2014 et 2019 ont été sous-traitées à l’Institut de virologie de Wuhan.

Le NIH, le ministère de la Défense et l’USAID auraient dû cesser d’envoyer des fonds fédéraux américains au laboratoire de Wuhan dès que les Français ont averti le département d’État en 2015, a déclaré Asher.

Les fonctionnaires du département d’État « en charge de la non-prolifération auraient dû mettre fin à toute coopération », a-t-il ajouté.

L’Institut de virologie de Wuhan, qui est au centre des spéculations selon lesquelles le COVID-19 pourrait provenir d’un accident de laboratoire, a été lancé en 2004 en tant que projet conjoint entre la France et la Chine.

La France a fourni le design du laboratoire, la formation à la biosécurité et une grande partie de sa technologie.

Les Français envisageaient l’institut de Wuhan comme un laboratoire ouvert et transparent qui servirait à la communauté scientifique mondiale pour étudier les pandémies potentielles, selon un câble du département d’État d’avril 2018, citant un fonctionnaire du consulat français basé à Wuhan qui travaillait sur la coopération scientifique et technologique avec la Chine.

Si les principaux responsables politiques français étaient favorables à cette collaboration, les experts français en matière de sécurité et de défense ne l’étaient pas, selon le journal français Le Figaro.

Les responsables de la sécurité nationale ne voulaient pas partager des technologies sensibles avec un pays oppresseur qui n’était pas un allié et ils craignaient que le laboratoire ne soit un jour transformé en un « arsenal biologique », selon Le Figaro.

Dès 2009, le département d’État américain, alors dirigé par l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton, a exprimé ses inquiétudes concernant le laboratoire de Wuhan, demandant à la France ce qu’elle savait de la manière dont la Chine prévoyait de « contrôler les chercheurs étrangers entrants » et d’éviter le transfert de technologies vers des pays présentant des risques de prolifération d’armes biologiques, selon des courriels publiés par WikiLeaks.

Il a fallu plus de dix ans pour mener à bien ce projet et, en février 2017, des responsables français et chinois de haut niveau ont organisé une cérémonie pour marquer l’accréditation du laboratoire.

Le Premier ministre français de l’époque, Bernard Cazeneuve, avait alors déclaré qu’il s’agissait d’une célébration de la coopération scientifique franco-chinoise.

« Pour soutenir le projet franco-chinois, la France mettra son expertise technique à la disposition de la Chine afin de soutenir l’amélioration continue de la qualité et de la sécurité du laboratoire », a ajouté Cazeneuve.

« Elle allouerait également un budget d’un million d’euros par an pendant cinq ans », a-t-il précisé.

Cela permettrait de financer environ 50 scientifiques français pour aider à former les laborantins chinois, a déclaré le directeur de l’Inserm, un organisme de recherche public français qui a contribué à la création du laboratoire de Wuhan, au magazine français Science & Santé en mai 2017.

Cependant, petit à petit, le laboratoire a complètement échappé au contrôle des scientifiques français qui devaient, selon un accord entre Paris et Pékin, superviser le travail des chercheurs chinois à Wuhan, selon Le Figaro. Les cinquante chercheurs français qui devaient travailler dans le laboratoire pendant cinq ans n’en sont jamais sortis, précise le journal.

En janvier 2018, un câble du département d’État a mis en garde contre le manque de techniciens hautement qualifiés pour faire fonctionner le laboratoire, dans un câble rapporté pour la première fois par le Washington Post.

Les fonctionnaires américains qui avaient visité le laboratoire et fait l’avertissement via le câble n’ont pas été autorisés à revenir, car ils posaient « trop de questions », selon Asher.