L’efficacité du vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech est passée de 96 % à 84 % en six mois, selon les données publiées mercredi.

NDLR : Nous savons que les choses ne concordent pas avec le vaccin, mais il y a encore beaucoup de gens qui restent dans l’ignorance. Faites circuler cette information car MSM refuse de le faire. Si les moutons veulent de la sauce, donnez-leur !! Nous avons tout !

AUTEUR

JUSTINE COLEMAN

CATEGORIES

POSTÉ LE

28 juillet 2021

SOURCE

The Hill

Létude pré-imprimée financée par les entreprises a déterminé que l’efficacité du vaccin a atteint un point culminant de 96,2 % dans les deux mois suivant la deuxième dose.

Mais l’efficacité a  » diminué progressivement  » pour atteindre 83,7 % dans les six mois, avec une baisse moyenne d’environ 6 % tous les deux mois. Mais même avec cette baisse d’efficacité, les données indiquent que le vaccin offre une protection six mois plus tard.

L’étude en cours avec plus de 44 000 participants à travers les Amériques et l’Europe a déterminé que le vaccin était globalement efficace à 91,1 %, après l’apparition de 81 cas parmi les vaccinés et 873 parmi ceux qui ont reçu le placebo.

L’efficacité du vaccin contre les maladies graves, y compris les hospitalisations, est restée élevée, à 97 %.

Les chercheurs continueront d’observer les participants à l’étude jusqu’à deux ans et, combinés aux données du « monde réel », ils « détermineront si un rappel est susceptible d’être bénéfique après un intervalle plus long. »

Si l’efficacité continuait à diminuer au rythme actuel, elle pourrait passer sous la barre des 50 % dans les 18 mois, suggérant que des injections de rappel pourraient être nécessaires.

Pfizer a déjà l’œil sur un vaccin de rappel et a annoncé au début du mois son intention de demander à la Food and Drug Administration (FDA) d’autoriser une troisième dose.

Mais l’administration Biden a freiné l’appel aux rappels, la FDA et les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) déclarant quelques heures plus tard que des vaccins supplémentaires n’étaient pas nécessaires pour le moment. Les autorités sanitaires américaines ont toutefois indiqué qu’elles pourraient être nécessaires ultérieurement.

L’étude de mercredi n’a pas tenu compte du variant delta hautement transmissible qui s’est installé aux États-Unis et qui a poussé les CDC à rétablir les recommandations de port du masque pour les personnes entièrement vaccinées dans les zones à haut risque.

Toutefois, Pfizer a également publié des données avant la publication de ses résultats mercredi, indiquant qu’une troisième dose de son vaccin améliore « fortement » la protection contre la souche delta.