L’Australie a déployé des centaines de soldats à Sydney pour aider à faire respecter le confinement Covid.

NDLR : Trouvez-vous normal de confiner et de deployer l’armee pour aussi peu de cas ? Elargissez votre questionnement…

AUTEUR

BBC NEWS

CATEGORIES

POSTÉ LE

30 juillet 2021

SOURCE

BBC News

L‘épidémie du Delta, qui a débuté en juin, a provoqué près de 3 000 infections et entraîné neuf décès.

Les soldats des forces de défense australiennes suivront une formation pendant le week-end avant de commencer à effectuer des patrouilles non armées lundi.

Mais beaucoup se sont demandé si l’intervention militaire était nécessaire, la qualifiant d’intervention musclée.

Le confinement – en place jusqu’au 28 août au moins – interdit aux personnes de quitter leur domicile, sauf pour faire de l’exercice, faire des courses, s’occuper d’un proche ou pour d’autres raisons.

Malgré cinq semaines de confinement, les infections dans la plus grande ville du pays continuent de se propager. Les autorités ont enregistré 170 nouveaux cas vendredi.

Des soldats se joindront à la police dans les points chauds du virus pour s’assurer que les gens respectent les règles, qui comprennent une limite de déplacement de 10 km (6,2 miles).

Le ministre de la police de l’État, David Elliott, a déclaré que cela serait utile car une petite minorité de Sydneysiders pense que “les règles ne s’appliquent pas à eux”.

Les informations fournies par les responsables de la santé indiquent que le virus se propage principalement par les déplacements autorisés.

L’Australian Lawyers Alliance, un groupe de défense des droits civils, a qualifié ce déploiement d'”utilisation inquiétante” de l’armée dans une démocratie libérale.

L’épidémie a surtout touché des travailleurs critiques et des groupes familiaux importants dans les banlieues ouest et sud-ouest de la ville, plus pauvres et ethniquement diversifiées. Environ deux millions de personnes y vivent.

Selon les critiques, ces zones ont déjà fait l’objet de mesures de police “ciblées”. Ils soulignent que les restrictions y sont plus sévères que dans le reste de Sydney.

“Nos habitants font partie de la population la plus pauvre et, en l’état actuel des choses, ils se sentent déjà harcelés et marginalisés”, a déclaré Steve Christou, un maire local.

“Ils n’ont pas les moyens de payer l’hypothèque, le loyer, la nourriture ou de travailler. Le fait d’envoyer l’armée pour imposer le confinement dans les rues va constituer un énorme problème pour ces personnes”, a-t-il déclaré à SBS.

D’autres ont demandé au gouvernement d’intensifier sa campagne de vaccination et ses services de soutien aux communautés touchées.

Le taux de vaccination de l’Australie – 17 % de la population adulte – reste l’un des plus faibles des pays de l’OCDE.