BASE AÉRIENNE D’ARNOLD, Tenn. (AFNS) — La branche aérodynamique du complexe de développement technique d’Arnold, sur la base aérienne d’Arnold, aide l’armée de l’air à faire décoller les systèmes d’énergie dirigée.

Publication originale le 04/08/2021.

NDLR : ces systemes existent bel et bien, et depuis combien de temps ? Est-il possible que l’Etat profond les utilise pour declancher les gigantesques incendies ? Nous n’avons pas de reponse officielle pour le moment, mais beaucoup de questions a ce sujet… Imaginez ce qu’il est possible de faire avec ce genre d’arme

AUTEUR

JILL PICKETT

CATEGORIES

POSTÉ LE

9 août 2021

SOURCE

US Air Force

Les systèmes d’énergie dirigée utilisent des lasers à haute énergie ou des micro-ondes pour dégrader ou détruire des menaces et des cibles.

 » Il y a un intérêt croissant pour les systèmes d’énergie dirigée au sein du DoD [Department of Defense] à de nombreuses fins, notamment pour la défense de nos systèmes et de notre personnel « , a déclaré le Dr Rich Roberts, chef de la section de séparation des magasins de la branche aérodynamique. « Il existe un certain nombre de systèmes utilisés et en cours de développement au sein du DoD. L’intégration des systèmes DE (énergie dirigée) sur les avions présente des avantages évidents, mais crée également des défis, en particulier à des vitesses plus élevées. »

En vol, un avion crée des ondes de choc dans l’air et d’autres perturbations du flux aéro-optique qui peuvent affecter la qualité du faisceau et l’efficacité d’un système d’énergie dirigée. Les essais en soufflerie permettent aux ingénieurs d’essai de visualiser et de mesurer ces modifications de l’écoulement de l’air tout en contrôlant des variables telles que le nombre de Mach et la pression d’altitude.

Un test d’énergie dirigée réalisé récemment dans une soufflerie transsonique de 4 pieds est l’aboutissement d’environ huit ans de travail. Les ingénieurs de l’AEDC ont travaillé avec MZA Associates Corp. dans le cadre de projets de recherche innovante pour les petites entreprises (SBIR) et de préparation commerciale pour développer le système de mesure de l’aéro-isolation afin de permettre des essais aéro-optiques d’énergie dirigée dans les souffleries.

« En termes simples, ce système transmet un laser à la maquette, utilise une sorte de banc optique miniaturisé à l’intérieur de la maquette, puis utilise des fibres optiques pour acheminer les données vers un système de capteurs à front d’onde », explique Roberts. « De là, nous pouvons analyser les données qui nous indiquent comment le laser a été impacté par le champ d’écoulement du tunnel autour du modèle. »

MZA était également le client pour le récent test. L’entreprise a travaillé avec la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) sur un projet d’atténuation de l’écoulement supersonique dans le but de réduire l’impact de l’écoulement à grande vitesse sur une tourelle. Un prototype de barrière d’atténuation du flux a été testé en 4T.

« Nous cherchons à savoir si cette conception permet de contrôler le flux d’air au-dessus de la tourelle afin de minimiser l’impact de l’air en mouvement sur les performances du système », a déclaré Roberts. « Nous comparons également les données des tests en tunnel avec les données CFD (Computational Fluid Dynamics) générées précédemment pour nous assurer que les simulations représentent correctement les données réelles. Ce test dans 4T était la première fois que ce système a été testé expérimentalement dans des conditions supersoniques, en plus de la première fois que le système AIMS a été utilisé à AEDC. Le test s’est très bien déroulé, obtenant toutes les données prioritaires sur deux jours d’essais. Un premier coup d’œil sur les données montre une amélioration significative de la qualité du faisceau en utilisant cette nouvelle conception de clôture aérodynamique ».

S’appuyant sur cette nouvelle capacité, l’AEDC travaille, dans le cadre d’un projet SBIR, à la mise au point d’un substitut aéro-optique intégré à énergie dirigée, qui est un modèle réduit d’un avion F-15 Eagle capable de tester des nacelles laser. Le matériel IDEAS devrait subir des tests d’acceptation dans le courant de l’année.

« La possibilité d’effectuer des tests aéro-optiques de systèmes à énergie dirigée dans les souffleries représente une nouvelle capacité de test pour l’AEDC », a déclaré Roberts. « Au fur et à mesure que des systèmes d’énergie dirigée sont développés et intégrés dans les avions, nous serons en mesure d’aider aux décisions de conception, à la création d’enveloppes d’emploi, à la définition des charges d’armes adjacentes et à d’autres choses dont les bureaux de programme et les fabricants ont régulièrement besoin. »