L’ultimatum a été livré vendredi et un examen a été annoncé lundi.

AUTEUR

JUSTIN VALLEJO

CATEGORIES

POSTÉ LE

10 août 2021

SOURCE

Independent

Le président Joe Biden a apporté son soutien à une « nouvelle révision » des documents classifiés, après que les familles des victimes du 11 septembre aient déclaré qu’il n’était pas le bienvenu aux événements du 20e anniversaire, à moins que les dossiers secrets ne soient rendus publics.

Le président a déclaré qu’il approuvait l’examen par le ministère de la Justice de ces documents longtemps classifiés qui, selon les familles, montreront que les dirigeants de l’Arabie saoudite ont soutenu l’attaque terroriste qui a tué près de 3 000 personnes.

Cette décision intervient après que Biden se soit vu signifier par 1 800 membres de familles de victimes du 11 septembre, de survivants et de premiers intervenants qu’il n’était pas le bienvenu au mémorial de cette année s’il ne déclassifiait pas les preuves non divulguées.

L’ultimatum a été lancé dans une lettre envoyée à la Maison Blanche vendredi, et lundi, le Federal Bureau of Investigation examinait quelles informations supplémentaires pourraient être divulguées.

Biden a déclaré que son administration était déterminée à assurer le plus haut degré de transparence possible dans le cadre de la loi, tout en respectant les directives relatives à l’invocation du secret d’État.

« Dans cette optique, je me félicite de la demande déposée aujourd’hui par le ministère de la Justice, qui s’engage à procéder à un nouvel examen des documents pour lesquels le gouvernement a précédemment invoqué des privilèges, et à le faire aussi rapidement que possible », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Dans la lettre de vendredi, les familles des victimes ont déclaré qu’elles espéraient que Biden se ferait le champion de ces Américains disparus en plaçant la vérité, la justice et la responsabilité avant les intérêts du Royaume d’Arabie saoudite.

Vingt ans plus tard, il n’y a tout simplement aucune raison – qu’il s’agisse d’allégations non fondées de « sécurité nationale » ou autre – de garder ces informations secrètes », peut-on lire dans la lettre, selon Reuters.

« Mais si le président Biden renie son engagement et se range du côté du gouvernement saoudien, nous serons contraints de nous opposer publiquement à toute participation de son administration à une quelconque cérémonie commémorative du 11 septembre. »

Le ministère de la Justice a déclaré lundi, dans le cadre d’une procédure judiciaire engagée par les familles de victimes contre l’Arabie saoudite, que le FBI avait « récemment » clos une partie de son enquête sur le 11 septembre 2001 et qu’il allait commencer à examiner des documents précédemment secrets, a rapporté le New York Times.

« Le FBI a décidé de réexaminer ses affirmations de privilège antérieures afin d’identifier les informations supplémentaires qu’il convient de divulguer », a déclaré le ministère dans une lettre. « Le FBI divulguera ces informations au fur et à mesure, aussi rapidement que possible. »