L’avocat démocrate Marc Elias, figure clé du canular de la « collusion russe », s’est séparé du cabinet d’avocats Perkins Coie, avant la publication attendue du rapport du conseiller spécial John Durham sur les origines de l’enquête russe.

NDLR : Elias participe aussi aux procedures pour empecher les audits d’avoir lieu, notamment a Maricopa (mais pas que…). Peut-être que Durham est vraiment sur le point de livrer les marchandises. On dirait que les cibles de Durham quittent le navire… A suivre !

AUTEUR

JOEL B. POLLAK

CATEGORIES

POSTÉ LE

23 août 2021

SOURCE

Breitbart

Elias a dirigé les efforts des démocrates pour modifier les règles de vote lors de l’élection présidentielle de 2020, et a également dirigé les efforts visant à annuler les résultats des élections dans les courses serrées du Congrès – y compris une course à New York où il a remis en question les machines à voter.

En 2016, Elias était l’avocat de Perkins Coie qui a fait en sorte que la campagne d’Hillary Clinton et le Comité national démocrate (DNC) engagent le cabinet de recherche sur l’opposition Fusion GPS – un fait caché dans les documents électoraux fédéraux.

Le Washington Post a exposé l’implication d’Elias, malgré ses dénégations passées, dans un rapport d’enquête d’octobre 2017 :

La campagne d’Hillary Clinton et le Comité national démocrate ont aidé à financer des recherches qui ont abouti à un dossier désormais célèbre contenant des allégations sur les liens du président Trump avec la Russie et une éventuelle coordination entre sa campagne et le Kremlin, ont déclaré des personnes familières avec cette affaire.

Marc E. Elias, un avocat représentant la campagne Clinton et le DNC, a retenu Fusion GPS, une société de Washington, pour mener les recherches.

Ensuite, Fusion GPS a engagé l’auteur du dossier, Christopher Steele, un ancien agent des services de renseignement britanniques ayant des liens avec le FBI et la communauté des services de renseignement américains, selon ces personnes, qui ont parlé sous couvert d’anonymat.

Le dossier de Steele s’est retrouvé entre les mains du FBI et a été utilisé pour obtenir un mandat de la cour secrète du Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA) afin d’espionner l’aide de Trump, Carter Page – bien que l’agence ait dissimulé les origines politiques du dossier et ait trompé la cour FISA dans les demandes de renouvellement de mandat après que le FBI ait su que le dossier avait été discrédité.

Au début du mois, il a été signalé que Durham présentait des preuves à un grand jury en vue d’éventuelles poursuites pénales. Il « prépare un long rapport qui devrait être achevé dans les prochains mois », selon le Wall Street Journal.

Dans une annonce faite dimanche, Elias n’a pas mentionné l’enquête de Durham, mais a déclaré qu’il quittait Perkins Coie avec « onze partenaires et trois avocats » pour former son propre cabinet de droit électoral, Elias Law Group LLP.

Perkins Coie – réputé pour sa longue tradition de représentation des démocrates – poursuivra sa pratique des « activités politiques », selon le communiqué d’Elias.

Jonathan Turley, spécialiste du droit constitutionnel, qui a suivi Elias de près, a qualifié dimanche son départ de significatif, car il est intervenu « avant la publication du rapport John Durham ». On ne sait pas encore si ce rapport sera rendu public.