Il s’agit de la rencontre au plus haut niveau entre l’administration Biden et les talibans depuis la chute de la capitale afghane.

NDLR : Et malgre ca, les USA restent totalement domines par les Talibans et c’est un echec cuisant pour tout le regime Biden… Faites attention a vous si vous assistez aux manifestions en France : combien d’Afghans sont arrives en France ces derniers temps ? Les attaques sous faux drapeau ne vont pas tarder a arriver ! Si vous y allez, filmez autant que vous le pouvez et n’hesitez pas a alerter tout le monde autour de vous si vous voyez quelque chose de bizarre.

AUTEUR

JENNIFER GRIFFIN, RONN BLITZER

CATEGORIES

POSTÉ LE

24 août 2021

SOURCE

Fox News

Le directeur de la CIA, William Burns, a rencontré secrètement le chef des talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar, à Kaboul lundi, a confirmé un haut responsable américain à Fox News.

Comme l’a rapporté le Washington Post, ce rendez-vous était la plus haute rencontre en personne entre l’administration Biden et les talibans depuis que le groupe a pris le contrôle de la capitale afghane au début du mois.

La réunion a eu lieu alors que les États-Unis continuaient à évacuer les Américains encore présents en Afghanistan et les alliés afghans qui avaient aidé les forces américaines avant que leur gouvernement ne tombe aux mains des talibans.

La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont tous évoqué une prolongation de la date limite de retrait du 31 août afin de procéder à une sortie ordonnée, a rapporté la BBC.

« Nous sommes préoccupés par la date limite fixée par les États-Unis au 31 août », a déclaré Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, à la chaîne. « Un délai supplémentaire est nécessaire pour mener à bien les opérations en cours ».

« La position britannique est que nous voulons rester plus longtemps s’il est possible de le faire », a déclaré le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, selon l’Associated Press.

Wallace a toutefois déclaré à Sky News qu’il était pessimiste quant à l’extension du délai par les États-Unis.

« Je pense que c’est peu probable », a-t-il déclaré à Sky News. « Non seulement à cause de ce que les talibans ont dit, mais si vous regardez les déclarations publiques du président Biden, je pense que c’est peu probable ».

Le Pentagone a déclaré lors d’un briefing lundi qu’il envisagerait de laisser les troupes américaines en Afghanistan après le 31 août, en consultation avec Biden et ses alliés, mais a rejeté l’idée que l’armée américaine reprenne l’aérodrome de Bagram pour accélérer les évacuations.

Entre-temps, des responsables talibans ont déclaré à Reuters qu’ils n’étaient pas disposés à prolonger l’échéance et l' »occupation » par les forces américaines. Le groupe a mis en garde contre les « conséquences » d’une prolongation du délai.

Les États-Unis ont intensifié leurs efforts d’évacuation ces derniers jours, faisant sortir environ 21 600 personnes d’Afghanistan au cours d’une période de 24 heures qui s’est terminée tôt mardi matin. Un haut responsable américain qualifie cette opération d' »historique par sa portée et son ampleur ».

Selon le général Stephen Lyons, responsable du commandement des transports américains, un C-17 décolle de Kaboul toutes les 48 minutes.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré que les progrès ont été favorisés par la coopération des talibans.

« Jusqu’à présent, et à l’avenir, cela nécessite une coordination et une déconfliction constantes avec les talibans », a déclaré Kirby. « Ce que nous avons vu, c’est que cette déconfliction a bien fonctionné en termes d’accès et de flux, ainsi que de réduction de la taille globale de la foule juste à l’extérieur de l’aéroport. »