NEW YORK (WABC) – Conformément à la promesse d’une plus grande transparence du gouvernement, l’administration de la gouverneure de New York Kathy Hochul a publié les statistiques de décès de COVID que l’administration Cuomo n’avait pas rendues publiques.

NDLR : Quand on vous parle de genocide… C’est deja un bon pas en avant mais cela souleve d’autres questions. Est-ce que ces chiffres sont realistes ou est-ce une tentative de detourner l’attention pour eviter de reveler les veritables chiffres ? Quand est-ce que la justice sera rendue ?

AUTEUR

ABC7

CATEGORIES

POSTÉ LE

25 août 2021

SOURCE

ABC 7

L‘administration reconnaît que près de 12 000 décès supplémentaires dus au COVID-19 sont survenus dans l’État par rapport à ce qui avait été publié précédemment.

L’État de New York déclare maintenant que près de 55 400 personnes sont décédées du COVID-19 dans l’État de New York, sur la base des données des certificats de décès soumis au CDC, contre environ 43 400 que le gouverneur Cuomo avait déclarées au public en date de lundi, son dernier jour en fonction.

« Nous publions maintenant plus de données que ce qui avait été publié auparavant, afin que les gens sachent que les décès dans les maisons de retraite et les décès dans les hôpitaux correspondent à ce qui est affiché par le CDC », a déclaré Hochul mercredi sur MSNBC. « Il y a beaucoup de choses qui ne se passaient pas et je vais faire en sorte qu’elles se passent. La transparence sera la marque de fabrique de mon administration. »

L’Associated Press a fait état pour la première fois en juillet d’un écart important entre le nombre de décès rendu public par l’administration Cuomo et les chiffres communiqués par l’État au Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Le décompte utilisé par Cuomo lors de ses réunions d’information à l’intention des médias ne comprenait que les décès dus au COVID-19 confirmés en laboratoire et signalés par un système de l’État qui recueille les données des hôpitaux, des maisons de retraite et des établissements de soins pour adultes. Cela signifie que le décompte excluait les personnes décédées à domicile, dans des hospices, dans des prisons d’État ou dans des foyers pour personnes handicapées gérés par l’État. Il exclut également les personnes qui sont probablement décédées du COVID-19 mais qui n’ont jamais eu de test positif pour confirmer le diagnostic.

Ce chiffre inférieur, privilégié par l’administration Cuomo, figure toujours dans la mise à jour quotidienne publiée par le bureau de Hochul mardi, mais avec une explication sur la raison pour laquelle il s’agit d’un compte incomplet.

« Il y a des décès présumés et des décès confirmés. Les gens devraient connaître les deux », a déclaré Hochul lors d’une apparition mercredi matin sur NPR. « De plus, depuis hier, nous utilisons les chiffres du CDC, qui seront cohérents. Il n’y a donc aucune possibilité pour nous de masquer ces chiffres, et je ne veux pas non plus masquer ces chiffres. Le public mérite une image claire et honnête de ce qui se passe. Et que ce soit bon ou mauvais, ils ont besoin de connaître la vérité. Et c’est ainsi que nous rétablissons la confiance. »

Les détracteurs de Cuomo l’accusent depuis longtemps de manipuler les statistiques relatives au coronavirus pour redorer son image de leader en matière de pandémie.

Les procureurs fédéraux avaient déjà lancé une enquête sur le traitement par son administration des données relatives aux décès de patients dans les maisons de retraite. L’État, sous Cuomo, avait minimisé le nombre de décès de résidents de maisons de retraite en excluant tous les patients décédés après avoir été transférés à l’hôpital.

Cuomo a utilisé ces chiffres inférieurs l’année dernière pour affirmer à tort que le pourcentage de décès de résidents de maisons de retraite dus à la COVID-19 était beaucoup plus faible à New York que dans les autres États.

La commission judiciaire de l’Assemblée de l’État a également enquêté sur cette question dans le cadre d’une vaste enquête sur la mise en accusation, et elle examine la possibilité d’inclure ces conclusions dans un rapport public.