La communauté du renseignement américaine a déclaré vendredi qu’elle était divisée sur l’origine exacte du Covid-19. “Toutes les agences évaluent que deux hypothèses sont plausibles : une exposition naturelle à un animal infecté et un incident associé à un laboratoire”, ont écrit les 18 agences de renseignement du pays dans un rapport non classifié. Le rapport, compilé par le bureau du directeur du renseignement national, a conclu que le virus n’a pas été développé comme une arme biologique.

NDLR : En d’autres termes, les agences de renseignement ne veulent pas se prononcer sur la question. Elles continuent de couvrir la Chine…

AUTEUR

AMANDA MACIAS, RICH MENDEZ

CATEGORIES

POSTÉ LE

28 août 2021

SOURCE

CNBC

WASHINGTON – La communauté américaine du renseignement a déclaré qu’elle était divisée sur l’origine exacte du Covid-19 en Chine, une révélation qui intervient trois mois après que le président Joe Biden ait demandé un examen plus approfondi.

Une agence de renseignement a déclaré avoir évalué avec une confiance modérée que le virus a infecté des humains après un incident lié à un laboratoire, selon un rapport publié vendredi après-midi. Quatre agences ont déclaré avoir évalué avec une faible confiance que le virus avait une origine naturelle.

Le rapport ne nomme pas ces agences.

“Après avoir examiné tous les rapports de renseignement et autres informations disponibles, l’IC (NDLR : Communauté du renseignement / Intelligence Community) reste cependant divisée sur l’origine la plus probable du Covid-19. Toutes les agences estiment que deux hypothèses sont plausibles : l’exposition naturelle à un animal infecté et un incident associé à un laboratoire”, ont écrit les 18 agences de renseignement du pays dans le rapport.

Le rapport, compilé par le bureau du directeur du renseignement national, indique que le virus n’a pas été conçu comme une arme biologique. La communauté du renseignement a également estimé que les responsables chinois n’avaient pas connaissance du virus avant l’épidémie initiale qui a déclenché une pandémie mondiale.

Le rapport indique que la communauté du renseignement ne sera pas en mesure de parvenir à une conclusion plus définitive tant qu’elle n’aura pas reçu davantage d’informations.

Dans une déclaration faite à la suite de la publication du rapport, Biden a indiqué que les États-Unis et leurs alliés continueraient à faire pression sur la Chine pour qu’elle en dise plus sur ce qui s’est passé lorsque le Covid a commencé à se propager.

“Des informations cruciales sur les origines de cette pandémie existent en République populaire de Chine, mais depuis le début, les responsables gouvernementaux chinois s’efforcent d’empêcher les enquêteurs internationaux et les membres de la communauté mondiale de la santé publique d’y avoir accès”, a déclaré Biden.

“Le monde mérite des réponses, et je n’aurai de cesse de les obtenir”, a ajouté le président.

En mai, Biden a demandé à la communauté du renseignement de “redoubler d’efforts” dans les 90 jours dans l’espoir de trouver une “conclusion définitive” sur les origines du virus.

Les agences de renseignement du pays évaluent que Covid a été exposé pour la première fois à l’homme en novembre 2019 près de la ville de Wuhan, dans la province chinoise du Hubei. Le premier groupe de cas connu a été signalé en décembre.

Après que le premier cas a été signalé aux États-Unis en janvier 2020, le virus a depuis infecté plus de 38 millions d’Américains et tué plus de 630 000 personnes, selon les données de l’Université Johns Hopkins. À l’échelle mondiale, plus de 215 millions de personnes ont été infectées par le virus et environ 4,5 millions en sont mortes, selon les données de la JHU.

En début de semaine, le Dr Francis Collins, directeur des National Institutes of Health, a déclaré à l’émission “Squawk Box” de CNBC qu’on ne savait toujours pas si le virus avait fui d’un laboratoire de Wuhan.

“Les nombreuses preuves d’autres points de vue indiquent que non, il s’agissait d’un virus d’origine naturelle”, a déclaré Collins. “Cela ne veut pas dire qu’il n’aurait pas pu être étudié secrètement à l’Institut de virologie de Wuhan et en sortir, nous n’en savons rien. Mais le virus lui-même ne présente pas les caractéristiques d’avoir été créé intentionnellement par l’œuvre humaine.”

Collins a ajouté que l’enquête de l’Organisation mondiale de la santé sur l’origine du coronavirus a été rendue plus difficile par le refus de la Chine de participer.

Je pense que la Chine a essentiellement refusé d’envisager une autre enquête de l’OMS et a simplement dit : “Non, je ne suis pas intéressé”, a déclaré M. Collins à “Squawk Box”.

En juillet, la Chine a rejeté une proposition de l’OMS pour une enquête de seconde phase sur l’origine du coronavirus, qui comprendrait des audits de laboratoires et de marchés dans la ville de Wuhan.

“Nous n’accepterons pas un tel plan de traçage des origines car, à certains égards, il fait fi du bon sens et défie la science”, a déclaré Zeng Yixin, vice-ministre de la Commission nationale de la santé, aux journalistes le 22 juillet.

“Nous espérons que l’OMS examinera sérieusement les considérations et les suggestions faites par les experts chinois, qu’elle traitera réellement la recherche de l’origine du virus Covid-19 comme une question scientifique et qu’elle se débarrassera de toute interférence politique”, a ajouté Zeng.