Toute cette histoire pue.

NDLR : on vous a traduit une video du Dr Robert Malone, inventeur des vaccins ARNm et de l’ARN en tant que médicament, qui indique que le vaccin de Pfizer n’a pas ete approuve. Il s’agit en fait de celui de BioNTech, qui n’est meme pas encore commercialise mais qui ressemble comme deux gouttes d’eau au vaccin de Pfizer… Suivez les liens ! Ca fait beaucoup d’incoherences

AUTEUR

TECHNO FOG

CATEGORIES

POSTÉ LE

29 août 2021

SOURCE

Techno Fog

Lundi, la FDA a “approuvé” le COVID-19 de Pfizer (qui sera commercialisé sous le nom de COMIRNATY) “pour la prévention de la maladie du COVID-19 chez les personnes âgées de 16 ans et plus”.

Si vous voulez une dose “approuvée” de COMIRNATY – c’est dommage. Elle n’est pas encore disponible. En revanche, vous pouvez toujours obtenir le vaccin Pfizer autorisé dans le cadre de l’autorisation d’utilisation d’urgence. On a beaucoup discuté de la question de savoir s’il s’agit d’une véritable “approbation” – et je ne vais pas répéter cela. Je vais passer en revue les documents et données sources, montrant à quel point cette prétendue approbation est faible.

L’efficacité est “inconnue”.

La FDA affirme que COMIRNATY est “sûr et efficace dans la prévention du COVID-19 chez les individus âgés de 16 ans et plus.” Efficace comment ? Elle déclare (~6 mois après la deuxième dose) qu’il est “efficace à 91% pour prévenir la maladie du COVID-19”, citant une étude dans laquelle Pfizer a observé “77 cas de COVID-19 dans le groupe vacciné”.

Cela nous laisse avec une question importante. L’étude de Pfizer est d’un “suivi jusqu’au 13 mars 2021”. C’est-à-dire il y a plus de 5 mois. La FDA utilise-t-elle des données périmées pour appuyer l’approbation de COMIRNATY ?

En d’autres termes, combien de temps dure réellement l’efficacité ?

Pfizer a une réponse pour nous. Selon sa fiche d’information du 23 août 2021, “La durée de la protection contre le COVID-19 est actuellement inconnue.”

Si vous cherchez des données sur l’efficacité décroissante du vaccin Pfizer contre le COVID-19, vous devez chercher vous-même. Vous ne les trouverez ni auprès de la FDA ni auprès de Pfizer, ce qui témoigne d’un effort apparent de sélection des données pour l'”approbation”.

Selon une étude britannique portant sur plus de 400 000 personnes (une étude qui est, soit dit en passant, beaucoup plus rigoureuse que celle citée dans l’approbation de la FDA), “l’efficacité est tombée à 74% cinq ou six mois après avoir reçu les deux doses du vaccin Pfizer”.

Les nouvelles en provenance d’Israël sont pires. Pour ceux qui ont reçu deux doses du vaccin Pfizer en janvier 2021, le vaccin est “seulement 16% efficace contre l’infection symptomatique.”

Grossesse

Comme nous l’avons observé, le CDC a promu un message trompeur sur les risques que les vaccins présentent pour les mères enceintes. Ils ont utilisé des études d’autodéclaration qui étaient biaisées sur le plan racial (~79% de blancs et 1,4% de noirs) et limitées à l’examen des fausses couches des semaines 6 à 20. (Cela les a amenés à omettre de l’étude 35 pertes de grossesse auto-déclarées à moins de 6 semaines).

La nouvelle autorisation mentionne une étude sur l’exposition au vaccin Pfizer pendant la grossesse qui sera achevée en 2025. Dans quatre ans, les femmes enceintes sauront si ce vaccin est sûr.

Quant aux données actuelles ? Voici ce que dit la notice de COMIRNATY à propos de l’insuffisance des informations sur les risques du vaccin pour la grossesse.

Ok Techno (NDLR : l’auteur de l’article en Anglais), je suis avec toi jusqu’à présent… mais est-ce que Pfizer a fait des études pour savoir si le vaccin était sûr pour les femmes enceintes ?

OUI ! Ils ont fait des études toxicologiques sur des rats femelles.

Les risques pour les jeunes

Cela nous amène à parler des risques de myocardite et de péricardite chez les jeunes (surtout les jeunes hommes). Selon le Summary Basis for Regulatory Action de la FDA (daté du 23 août 2021), “les rapports de surveillance de la sécurité reçus par la FDA et les CDC ont identifié des risques sérieux de myocardite et de péricardite après l’administration de COMIRNATY.”

Malgré cela, la FDA affirme que les avantages du vaccin l’emportent sur les risques. C’est leur opinion et ils y ont droit, je suppose. Ce qui est inquiétant, c’est qu’ils transforment cette opinion sur les coûts et les avantages en un mandat. En d’autres termes, ils ne pensent pas que vous puissiez prendre cette décision coûts-avantages par vous-même. Ils la prendront pour vous. Prenons l’exemple du Dr Fauci qui a déclaré à Anderson Cooper de CNN que “le temps est venu, trop c’est trop”.

C’est le même type qui a été averti que les séquences du COVID-19 semblaient fabriquées. A-t-il partagé cela avec le public américain ? Non ; au lieu de cela, il a déclaré au National Geographic que ce virus “ne pouvait pas avoir été artificiellement ou délibérément manipulé”.

Pour mettre tout cela en perspective : les mêmes personnes qui ont soutenu le gain de la recherche sur les fonctions à Wuhan sont maintenant chargées d’approuver les vaccins. Qui sommes-nous pour douter de leur jugement ?