Les talibans ne peuvent pas mettre la main sur les près de 10 milliards de dollars de réserves de la banque centrale afghane. Environ 7 milliards de dollars des réserves de la banque seraient détenus par la Federal Reserve Bank of New York. Les États-Unis ont gelé la plupart des actifs de la banque centrale après la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans.

Publication originale le 25/08/2021.

AUTEUR

NATALIE MUSUMECI

CATEGORIES

POSTÉ LE

8 septembre 2021

SOURCE

Business Insider

Les talibans ont peut-être pris le contrôle de l’Afghanistan, mais pour l’instant, ils ne peuvent pas accéder aux quelque 10 milliards de dollars de réserves de la banque centrale du pays, dont la plupart seraient détenus par la Federal Reserve Bank de New York.

La semaine dernière, des membres des Talibans ont tenté d’inspecter les milliards de dollars de réserves étrangères de l’Afghanistan, mais des responsables de la banque centrale du pays, la Da Afghanistan Bank, leur ont répondu qu’ils ne pouvaient pas y accéder parce que ces réserves étaient stockées par la Federal Reserve Bank of New York à Manhattan, selon le Financial Times.

Quoi qu’il en soit, la plupart des quelque 9,5 milliards de dollars d’actifs de la banque centrale ont été gelés par les États-Unis la semaine dernière après que les talibans ont rapidement pris le contrôle de l’Afghanistan à la suite de l’effondrement spectaculaire du gouvernement afghan.

Les talibans « se rendent compte qu’ils n’ont pas l’expertise dont ils ont besoin », a déclaré Omar Samad, ancien ambassadeur afghan au Canada et en France, au Financial Times, ajoutant : « Ils font appel à des technocrates et à des Afghans de renom. Ils savent qu’ils auront besoin de ces personnalités non talibanes dans leur gouvernement. »

Ajmal Ahmady, l’ancien gouverneur par intérim de la banque centrale afghane, a déclaré la semaine dernière qu’une réserve d’environ 7 milliards de dollars des réserves de la banque centrale était détenue par la Federal Reserve Bank of New York, selon le New York Times.

« Conformément aux normes internationales, la plupart des actifs sont détenus dans des actifs sûrs et liquides tels que les bons du Trésor et l’or », a précédemment déclaré Ahmady sur Twitter.

Une porte-parole de la Federal Reserve Bank of New York n’a pas voulu confirmer le chiffre de 7 milliards de dollars à Insider, déclarant dans un courriel mercredi : « Par principe, nous ne reconnaissons ni ne discutons des titulaires de comptes individuels. »

Environ 1,3 milliard de dollars des réserves de la banque centrale afghane sont détenus sur des comptes internationaux, dont une partie en euros et en livres sterling, tandis que le reste est détenu par la Banque des règlements internationaux basée en Suisse, a déclaré Ahmady au Times.

La plupart des avoirs de la banque centrale afghane ayant été gelés par l’administration du président Joe Biden, les talibans se retrouvent avec peu de liquidités et sont confrontés à une crise financière.

« Nous pouvons dire que les fonds accessibles aux talibans représentent peut-être 0,1 à 0,2 % du total des réserves internationales de l’Afghanistan. C’est peu », a tweeté Ahmady, qui a également mis en garde contre une forte inflation et une dépréciation de la monnaie nationale.

Entre-temps, un fonctionnaire anonyme de l’administration Biden a déclaré au Washington Post la semaine dernière : « Les actifs de la Banque centrale que le gouvernement afghan possède aux États-Unis ne seront pas mis à la disposition des Talibans. »

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré mardi que les pays occidentaux disposaient d’un « levier énorme » pour obtenir des talibans qu’ils autorisent les Afghans à quitter le pays même après la date limite d’évacuation fixée au 31 août par l’administration Biden – et cela inclut la rétention de fonds importants.

« La condition n°1 que nous posons en tant que G7 est qu’ils doivent garantir jusqu’au 31 août et au-delà un passage sûr pour ceux qui veulent sortir », a déclaré Johnson après une réunion virtuelle d’urgence des dirigeants du G7, selon Reuters.

« Certains d’entre eux diront qu’ils ne l’acceptent pas, d’autres, je l’espère, en comprendront le sens, car le G7 a un poids économique, diplomatique et politique considérable », a déclaré le Premier ministre.

Johnson a ajouté : « Ce que nous disons, c’est que l’Afghanistan ne peut pas redevenir un terreau pour la terreur, l’Afghanistan ne peut pas devenir un narco-État, les filles doivent être éduquées jusqu’à l’âge de 18 ans. »

Les talibans ont déclaré que les États-Unis devaient achever l’évacuation des populations d’Afghanistan avant la date de retrait fixée au 31 août et qu’ils n’accepteraient aucun report de cette date.