GRAND JUNCTION, Colorado (KKCO) – Le vendredi 17 septembre, Tina Peters, greffière et archiviste du comté de Mesa, a présenté au conseil des commissaires du comté de Mesa des preuves présumées d’une perte importante de données dans les systèmes de vote du comté de Mesa.

NDLR : Souvenez vous de Tina, elle a lance l’alerte durant le Cyber Symposium de Mike Lindell… On vous avait explique ce que sont des images ici.

AUTEUR

MADELYNN FELLET, TOM FERGUSON

CATEGORIES

POSTÉ LE

21 septembre 2021

SOURCE

NBC 11 (KKCO)

Peters a expliqué dans une interview que ” derrière mon dos et contrairement à mes déclarations antérieures, ces documents ont été détruits par le secrétaire d’État et le vendeur “. Et, empêchant tout audit de l’élection de 2020. Cela semble être un crime grave. Mais grâce à mon organisation pour obtenir une image forensique des serveurs EMS, juste avant, ces enregistrements sont préservés.” Selon Peters, ces informations ont été perdues lors d’une opération de maintenance de routine du système électoral, appelée “trusted build”, le 25 mai 2021.

La preuve que Peters a donnée au conseil est un rapport de 83 pages d’examen et d’analyse judiciaire. Selon Peters, ce rapport a été préparé par Doug Gould, l’expert en cybercriminalistique engagé pour la conseiller dans le cadre de ses fonctions de Chief Election Official du comté.

Jena Griswold, secrétaire d’État du Colorado, avait retiré à Peters ses pouvoirs de supervision des élections. En août, le conseil des commissaires de Mesa a nommé Wayne Williams comme responsable des élections du comté. Le comté de Mesa a dû remplacer son matériel de vote après que Griswold ait retiré sa certification en invoquant des problèmes de sécurité. Les nouveaux systèmes de vote du comté ont depuis été certifiés. Selon Peters, “Le rapport montre également que ces machines ne peuvent pas répondre aux exigences de certification de l’Etat du Colorado, et n’auraient pas dû être certifiées pour être utilisées. C’est pourquoi j’ai dû faire en sorte que ces images soient réalisées. C’était le seul moyen pour moi de savoir si les registres avaient effectivement été détruits, et si les machines étaient conçues pour comptabiliser les votes avec précision. Et il s’est avéré que mes soupçons étaient corrects.”

Le rapport fourni par Peters affirme que “l’examen judiciaire a révélé que les enregistrements électoraux, y compris les données décrites dans les normes des systèmes de vote (VSS) de 2002 de la Commission électorale fédérale, mandatées par la loi du Colorado comme exigences de certification pour les systèmes de vote du Colorado, ont été détruits sur le système de vote du comté de Mesa, par le fournisseur du système et le bureau du Secrétaire d’État du Colorado.” Le rapport poursuit en faisant état de préoccupations concernant la destruction éventuelle de données dans d’autres comtés.

Le rapport affirme également qu’un total de 28 989 fichiers journaux ont été supprimés. Selon le rapport, ces fichiers journaux sont nécessaires pour reconstituer le fonctionnement des systèmes de vote et les événements qui s’y déroulent, et sur la base des informations fournies par le conseiller juridique, ils doivent, selon la loi, être préservés.

Le commissaire Cody Davis déclare que le conseil des commissaires prend ces allégations au sérieux et les examine.

Il a expliqué comment : “Nous avons contacté quelques cyber-experts et, encore une fois, nous avons reçu ce rapport vendredi après-midi et nous sommes lundi, il est donc très récent. Il a également été déposé auprès des tribunaux par l’avocat de Tina Peters, Scott Gessler, et il va être utilisé au tribunal pour prouver, ou du moins alléguer, qu’il y a eu un certain type d’irrégularité électorale.” Davis déclare également : “Jusqu’à présent, l’examen préliminaire auquel se sont livrés nos experts en cybersécurité n’a pas beaucoup de poids, mais nous voulons tout de même qu’il soit minutieusement vérifié par les parties concernées.”

Selon le résumé d’analyse du rapport, il est affirmé que “les données supprimées sont essentielles à tout effort visant à reconstituer les événements qui se sont déroulés sur les systèmes de vote, et à déterminer si un accès ou un fonctionnement non autorisé des systèmes de vote a eu lieu. De plus, les fonctions de journalisation de l’application du serveur EMS sont configurées pour ‘écraser les événements selon les besoins’ si des tailles de stockage de fichiers arbitrairement sélectionnées sont dépassées, ce qui pourrait entraîner de manière prévisible et a probablement entraîné la suppression systématique et automatisée du contenu des fichiers journaux comprenant des données liées aux élections.”

Dans sa conclusion, le rapport affirme que les données liées aux élections et les données électorales dont la conservation est explicitement requise ont été détruites en violation de la loi. En outre, le rapport affirme que les paramètres de configuration spécifiques du serveur n’ont probablement pas été respectés bien que ce système ait été certifié et donc approuvé pour une utilisation au Colorado par la Secretaire d’Etat du Colorado.

Le rapport conclut en déclarant : “Une enquête plus approfondie est nécessaire pour déterminer l’étendue complète de la non-conformité avec les mandats légaux pour les systèmes de vote et les dossiers électoraux, et si la non-conformité est délibérée ou simplement négligente.”

Nous avons contacté le bureau de la Sec. d’État pour un commentaire sur ces allégations. Nous n’avons pas eu de réponse pour le moment.

Clerk Peters a exprimé sa méfiance envers les systèmes de vote de Mesa, citant cette perte d’information présumée. Le commissaire Davis encourage le public à aller voter cet automne. Il affirme que les multiples mesures de sécurité mises en place, comme le recoupement des bulletins et la mise en ligne des images des bulletins, garantiront la sécurité des élections dans le comté de Mesa.