Lorsque la pandémie a frappé, l’Amérique avait besoin de quelqu’un à qui demander conseil. Les médias et le public se sont naturellement tournés vers le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), immunologiste de laboratoire estimé et l’un des conseillers COVID choisis par le président Donald Trump. Malheureusement, le Dr Fauci s’est trompé sur des questions majeures d’épidémiologie et de santé publique. La réalité et les études scientifiques l’ont maintenant rattrapé.

NDLR : W O W, je n’aurais pas pensé lire ca aussi tot dans un torchon de la mafia médiatique (Newsweek).

AUTEUR

MARTIN KULLDORFF, JAY BHATTACHARYA

CATEGORIES

POSTÉ LE

1 novembre 2021

SOURCE

Newsweek

Voici les principaux points :

L’immunité naturelle. En poussant à l’imposition de vaccins, le Dr Fauci ignore l’immunité naturellement acquise parmi les personnes récupérées par le COVID, qui sont plus de 45 millions aux Etats-Unis. Des preuves croissantes indiquent que l’immunité naturelle est plus forte et plus durable que l’immunité induite par le vaccin. Dans une étude réalisée en Israël, les personnes vaccinées avaient 27 fois plus de chances de contracter le COVID symptomatique que les personnes non vaccinées qui s’étaient remises d’une infection antérieure.

Nous connaissons l’immunité naturelle contre les maladies au moins depuis la peste athénienne de 430 avant Jésus-Christ. Les pilotes, les camionneurs et les dockers le savent, et les infirmières le savent mieux que quiconque. Sous le mandat de Fauci, les hôpitaux licencient des infirmières héroïques qui se sont remises du COVID qu’elles avaient contracté en soignant des patients. Grâce à leur immunité supérieure, elles peuvent s’occuper en toute sécurité des patients les plus âgés et les plus fragiles avec un risque de transmission encore plus faible que les personnes vaccinées.

Protéger les personnes âgées. Si tout le monde peut être infecté, le risque de mortalité est plus de mille fois supérieur entre les personnes âgées et les jeunes. Après plus de 700 000 décès déclarés dus au COVID en Amérique, nous savons maintenant que les mesures de confinement n’ont pas réussi à protéger les personnes âgées à haut risque. Lorsqu’il a été confronté à l’idée d’une protection ciblée des personnes vulnérables, le Dr Fauci a admis qu’il n’avait aucune idée de la manière d’y parvenir, arguant que ce serait impossible. Cela peut être compréhensible pour un scientifique de laboratoire, mais les scientifiques de la santé publique ont présenté de nombreuses suggestions concrètes qui auraient été utiles, si Fauci et d’autres responsables ne les avaient pas ignorées.

Que pouvons-nous faire maintenant pour minimiser la mortalité due au COVID ? Les efforts de vaccination actuels devraient se concentrer sur les personnes de plus de 60 ans qui ne sont ni guéries ni vaccinées par le COVID, y compris les personnes difficiles à atteindre et moins fortunées des zones rurales et des centres-villes. Au lieu de cela, le Dr Fauci a fait pression pour que les vaccins soient obligatoires pour les enfants, les étudiants et les adultes en âge de travailler qui sont déjà immunisés – toutes des populations à faible risque – ce qui a provoqué d’énormes perturbations sur les marchés du travail et entravé le fonctionnement de nombreux hôpitaux.

Fermeture des écoles. Les écoles sont des points de transmission importants pour la grippe, mais pas pour le COVID. Bien que les enfants soient infectés, leur risque de décès lié au COVID est minuscule, inférieur au risque déjà faible de mourir de la grippe. Tout au long de la vague du printemps 2020, la Suède a gardé les garderies et les écoles ouvertes pour tous ses 1,8 million d’enfants âgés de 1 à 15 ans, sans masque, sans test ni distanciation sociale. Le résultat ? Zéro décès dû au COVID chez les enfants et un risque de COVID pour les enseignants inférieur à la moyenne des autres professions. À l’automne 2020, la plupart des pays européens ont suivi l’exemple, avec des résultats similaires. Compte tenu des effets dévastateurs de la fermeture des écoles sur les enfants, le plaidoyer du Dr Fauci en faveur de la fermeture des écoles pourrait être la plus grande erreur de sa carrière.

Les masques. L’étalon-or de la recherche médicale est l’essai randomisé, et il y en a eu deux sur les masques COVID pour les adultes. Pour les enfants, il n’existe aucune preuve scientifique solide de l’efficacité des masques. Une étude danoise n’a trouvé aucune différence statistiquement significative entre le fait de porter ou non un masque en ce qui concerne l’infection par le coronavirus. Dans une étude menée au Bangladesh, l’intervalle de confiance de 95 % a montré que les masques réduisaient la transmission entre 0 % et 18 %. Par conséquent, les masques ne présentent aucun avantage ou un avantage limité. Le Dr Fauci aurait pu mettre l’accent sur de nombreuses autres mesures essentielles en cas de pandémie, telles qu’une meilleure ventilation dans les écoles et l’embauche de personnel soignant possédant une immunité naturelle.

Recherche des contacts. Pour certaines maladies infectieuses, comme Ebola et la syphilis, la recherche des contacts est d’une importance capitale. Pour une infection virale circulant couramment comme le COVID, il s’agissait d’un gaspillage désespéré de précieuses ressources de santé publique qui n’ont pas permis d’enrayer la maladie.

Dommages collatéraux en matière de santé publique. Un principe fondamental de santé publique est que la santé est multidimensionnelle ; le contrôle d’une seule maladie infectieuse n’est pas synonyme de santé. En tant qu’immunologiste, le Dr Fauci n’a pas correctement pris en compte et pesé les effets désastreux que les lockdowns auraient sur la détection et le traitement du cancer, les résultats des maladies cardiovasculaires, les soins du diabète, les taux de vaccination des enfants, la santé mentale et les surdoses d’opioïdes, pour n’en citer que quelques-uns. Les Américains vivront avec – et mourront de – ces dommages collatéraux pendant de nombreuses années.

Dans les conversations privées, la plupart de nos collègues scientifiques sont d’accord avec nous sur ces points. Si quelques-uns se sont exprimés, pourquoi ne sont-ils pas plus nombreux à le faire ? Eh bien, certains ont essayé mais ont échoué. D’autres se sont tus lorsqu’ils ont vu des collègues calomniés et dénigrés dans les médias ou censurés par Big Tech. Certains sont des fonctionnaires à qui il est interdit de contredire la politique officielle. Beaucoup ont peur de perdre leur poste ou leurs subventions de recherche, sachant que le Dr Fauci est assis sur la plus grande pile de fonds de recherche sur les maladies infectieuses au monde. La plupart des scientifiques ne sont pas des experts en matière d’épidémies de maladies infectieuses. Si nous étions, disons, oncologues, physiciens ou botanistes, nous aurions probablement aussi fait confiance au Dr Fauci.

Les preuves sont là. Gouverneurs, journalistes, scientifiques, présidents d’université, administrateurs d’hôpitaux et chefs d’entreprise peuvent continuer à suivre le Dr Anthony Fauci ou ouvrir les yeux. Après plus de 700 000 décès dus au COVID et les effets dévastateurs des lockdowns, il est temps de revenir aux principes de base de la santé publique.

Martin Kulldorff, Ph.D., est épidémiologiste, biostatisticien et professeur de médecine à la Harvard Medical School. Jay Bhattacharya, MD, Ph.D., est professeur de politique de santé à la faculté de médecine de l’université de Stanford. Tous deux sont des chercheurs principaux au Brownstone Institute nouvellement créé.