Ghislaine Maxwell est sur le point d’être jugée à New York, et ca commence Lundi 29 Novembre 2021.

NDLR : Foire aux questions interessante, cependant gardez un oeil critique car c’est publie par la mafia mediatique (le New York Mag)…

AUTEUR

CHOIRE SICHA

CATEGORIES

POSTÉ LE

28 novembre 2021

SOURCE

Intelligencer

Les gens sont avides de réponses sur elle et sa vie déroutante avec Jeffrey Epstein. Nous vous prévenons dès maintenant que ce procès pourrait ne pas apporter ces réponses, et pourrait même brouiller encore plus notre compréhension. Néanmoins, voici tout ce que nous savons…

C’est quoi ce procès ?

Le procès – vous pouvez l’appeler par son nom gouvernemental, U.S.A. v. Ghislaine Maxwell, si vous voulez être dramatique – commence lundi 29 novembre. La sélection du jury a commencé le 16. Tout le monde s’accorde à dire qu’il devrait durer environ six semaines, à moins qu’il ne se produise quelque chose d’étrange et qui induise une théorie du complot.

Il se déroulera dans le glamour palais de justice des États-Unis Thurgood Marshall, dans le centre de Manhattan, qui a accueilli deux procès historiques : celui de Julius et Ethel Rosenberg en 1951 et celui de Martha Stewart en 2004.

Cette affaire a véritablement démarré en juillet 2020, lorsque Ghislaine Maxwell a été arrêtée dans le New Hampshire. Depuis qu’elle est en détention, le gouvernement et ses avocats ont déposé un flux étonnant et apparemment sans fin de documents juridiques.

De quoi Ghislaine Maxwell est-elle accusée ?

Le gouvernement affirme qu’il prouvera qu’elle a aidé Jeffrey Epstein à exploiter sexuellement et à abuser de jeunes filles – l’aidant à « recruter, préparer et finalement abuser » de victimes âgées d’à peine 14 ans – et qu’elle a physiquement amené des personnes à lui dans ce but. Plus précisément, Maxwell a été accusée d’avoir incité un mineur à voyager pour se livrer à des actes sexuels illégaux ; d’avoir transporté un mineur dans l’intention de se livrer à une activité sexuelle criminelle ; de conspiration liée à ces deux accusations ; de trafic sexuel d’un mineur ; et de conspiration de trafic sexuel. (Les deux dernières accusations ont été ajoutées plus tôt cette année).

Elle fait également face à deux accusations de parjure – le gouvernement prétend qu’elle a menti sous serment lorsqu’elle a été interrogée sur des questions relatives à Epstein – pour un total de huit chefs d’accusation fédéraux. Les accusations de parjure ne seront pas abordées dans ce procès.

Maxwell proclame vigoureusement son innocence pour tous les chefs d’accusation.

Comment dit-on « Ghislaine » ?

Un lecteur écrit : « Comment diable prononcez-vous son nom ? » Ça dépend. Voici une vidéo hilarante qui montre comment le dire en français (visez Shizz-lane). Mais Vicky Ward, une journaliste qui a suivi l’affaire Epstein très tôt, utilise ce que je pense être la bonne prononciation anglaise : Gill-len. Et Ian, le frère de Ghislaine Maxwell, le prononce de façon très désinvolte, comme Gill-un. Vous pouvez entendre sa version ici. (Pensez à gill comme [dans garage], puis faites rimer la dernière moitié avec gun.) Quelle que soit la façon dont vous voulez le faire, dites-le rapidement. Vanity Fair a écrit un article complet sur le sujet, mais n’est pas parvenu à une conclusion autre que « Ne prononcez jamais le s ». Personnellement, je vise Gill-lane – une sorte de glose américanisée de l’anglais des Français.

Quelle était la relation entre Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein ?

Ils se sont peut-être rencontrés dès 1998 par l’intermédiaire de son père, un riche magnat des médias. (Il est mort en 1991 – un événement qui a révélé que l’entreprise familiale était fantastiquement insolvable et a soumis les frères de Ghislaine Maxwell à des années de procès). Nous savons qu’elle et Epstein passaient du temps ensemble en 1992, lorsqu’elle a été vue montant à bord du Concorde avec lui.

Elle est devenue la petite amie d’Epstein, puis son majordome, essentiellement – faisant fonctionner les choses pendant qu’il allait de maison en maison. Selon le gouvernement, c’est dès 1994 qu’elle a commencé à fournir des jeunes filles à Epstein. Dans un document judiciaire, il est dit qu’elle laissait des cartes de visite dans des spas et discutait avec des gens dans des centres commerciaux. Le gouvernement affirme qu’elle emmenait les filles faire du shopping ou aller au cinéma, qu’elle parlait de sexe avec elles et qu’elle était même « présente lors des actes sexuels ». Elle les aurait également encouragées à accepter de l’argent d’Epstein. Bien qu’elle ait pris des pauses, il semble qu’elle ait travaillé de manière officielle pour Epstein de 1999 à 2006.

Pourquoi n’est-elle pas en liberté sous caution ?

À au moins quatre reprises, Maxwell a demandé à être libérée sous caution. Sa demande la plus récente a été rejetée le 9 novembre. Le raisonnement de la cour, en partie : Maxwell possède plusieurs nationalités étrangères, dont le Royaume-Uni mais aussi la France, « une nation qui ne semble pas extrader ses citoyens », comme l’a dit le juge. (Maxwell a proposé de renoncer à ses citoyennetés étrangères.) Le tribunal a également décrit ses finances comme étant « opaques ». (Maxwell a proposé de mettre son argent sous surveillance en échange de sa libération temporaire ; cette offre a également été refusée). L’expression « capacité extraordinaire à échapper à la détection » a été utilisée par le juge, ce qui est logique si l’on considère que personne n’a su où elle se trouvait pendant des années, bien qu’elle ait été essentiellement à la vue de tous pendant tout ce temps.

Comment se passe son séjour en prison ?

Maxwell est détenue au Metropolitan Detention Center, qui se trouve sur la 29e rue, près de la BQE, à Sunset Park.

Lorsqu’elle doit se rendre au tribunal, elle est réveillée en plein milieu de la nuit. Elle est maintenue en isolement. Elle n’a souvent pas bonne mine. La mort en prison de son ami de longue date Jeffrey Epstein pèse sur toute la situation – littéralement, car la prison dans laquelle il est mort, aujourd’hui fermée, se trouve juste derrière le palais de justice de Manhattan. Les gardiens de la prison braquent une lampe de poche sur elle toutes les 15 minutes pour s’assurer qu’elle n’a pas connu le même sort. L’un des avocats de Maxwell a déclaré dans des documents judiciaires que sa cliente était détenue dans les pires conditions qu’elle ait vues en plusieurs décennies de pratique. Maxwell dit qu’elle ne peut pas communiquer correctement avec ses avocats, qu’elle ne peut pas recevoir son courrier rapidement et que les conditions sont sinistres, insalubres et dangereuses. Une grande partie de tout cela est standard pour presque tout le monde dans le système du Bureau des Prisons, donc elle ne ment probablement pas ! Le tribunal est intervenu sur certaines questions ; par exemple, il essaie (et, selon les avocats, échoue) de faire en sorte que Maxwell reçoive le courrier légal assez rapidement.

Quelles étaient les circonstances de son arrestation ?

Le 2 juillet 2020, le FBI a défoncé la porte d’une maison privée et fermée située sur 156 acres à Bradford, dans le New Hampshire. En fin de compte, les fédéraux l’ont localisée, essentiellement en recherchant le signal de son téléphone portable. Construite en 2002, la maison du New Hampshire est magnifique, bien qu’un peu grande si vous ne pouvez recevoir personne à cause de votre cachette.

Où diable était-elle passée ?

Il y a eu de nombreuses histoires sur les allées et venues de Maxwell au fil des ans, mais la plus vraie semble être la plus simple. Elle vivait dans la ville huppée de Manchester-by-the-Sea, dans le Massachusetts, en haut de la côte de Boston, à peu près tout le temps, faisant des choses normales : préparer les déjeuners de ses beaux-enfants, faire du jogging, nager.

Elle a vendu sa maison de ville de New York en 2016 ; le nom « Jennifer Ellmax » (vous comprenez ?) est apparu peu après sur un dépôt de dossier pour la maison de Manchester-by-the-Sea. « Nous espérons vivre ici pendant très longtemps » et être « de merveilleux voisins », a déclaré son mari, Scott Borgerson, en 2018, selon les procès-verbaux du conseil de zonage de la ville. (Le cœur de la maison date d’environ 1700 ; elle a apparemment été transportée par flottage depuis Salem ! C’est super sympa). Les visiteurs ont dit que l’heureux couple faisait même des visites guidées. Des photos du couple parsèment l’endroit, dont une de Maxwell pilotant un hélicoptère. (Jeffrey Epstein lui a payé son brevet de pilote.) Les relations avec les voisins ont tourné au vinaigre.

Alors elle est restée chez elle tout le temps. « Elle ne fuyait pas les forces de l’ordre », dit son frère Ian. (Ce qui soulève la question de savoir pourquoi il était si difficile pour eux de la retrouver.) Selon lui, elle faisait plutôt profil bas pour protéger sa famille.

Mais apparemment, elle a continué à faire beaucoup de jet-set pendant cette période. Selon le gouvernement, Maxwell a pris « au moins 15 vols internationaux » entre 2017 et 2020 vers le Royaume-Uni, le Japon et le Qatar. (Étant donné que les Américains sont suivis de près lorsqu’ils voyagent, il est surprenant que les autorités fédérales n’aient pas réussi à la localiser). Elle a été repérée sur un vol Miami-New York City au printemps 2018. Et elle – et son mari – étaient présents au rassemblement annuel secret de Jeff Bezos cette année-là.

Maxwell a acheté la maison du New Hampshire, à deux heures de route dans les terres de Manchester-by-the-Sea, quelques mois après la mort d’Epstein en 2019. La transaction s’est faite entièrement en liquide, et l’acheteur était une LLC (SARL).

Qui est son mari ?

Nous pensons qu’elle a épousé un homme nommé Scott Borgerson en 2016. Ils se connaissent depuis au moins 2013 ; Borgerson et sa précédente épouse ont divorcé en 2015. Il est une sorte de spécialiste des affaires de l’Arctique, et un ancien capitaine de la Garde côtière et l’ancien directeur général de CargoMetrics, une « société d’analyse maritime », qui se transformait en quelque chose de type hedge fund et big data qui suit les chaînes d’approvisionnement océaniques pour peut-être prédire les marchés ou autrement créer du profit d’une manière ou d’une autre ? Il a démissionné de l’entreprise en juillet 2020. Il a aussi environ 14 ans de moins que Maxwell.

Leur relation est teintée de mystère. Maxwell a nié être mariée à Borgerson et a également déclaré qu’elle était « en train de divorcer de son mari » après son arrestation. Le couple s’est enregistré comme « célibataire » dans des documents financiers en 2018. Pour brouiller davantage les pistes, en 2019, Borgerson a déclaré que Maxwell et lui ne sortaient même pas ensemble, qu’elle ne vivait pas dans la maison de Manchester-by-the-Sea et que « je suis seul à la maison avec mon chat. » Il l’a aussi appelée « ancienne amie ». (Rustre.) Cette année, son nom et son statut de mari sont régulièrement cités dans les documents judiciaires. Mais personne ne semble avoir trouvé de certificat de mariage, et nous avons tous essayé.

De la même manière que rien sur Maxwell n’a de sens, rien sur Borgerson ne suit non plus. Il est souvent présenté comme un millionnaire de la technologie, ce qui peut ou non être vrai.

Depuis le début de sa relation avec Maxwell, Borgerson s’est laissé pousser la barbe – « C’est nouveau », a-t-il déclaré à propos de la pilosité faciale lors d’une réunion de la sous-commission de la Chambre sur l’Arctique fin 2014 – et a changé de style capillaire et vestimentaire ; il est désormais généralement photographié l’air stressé avec des lunettes de soleil et des vêtements de sport. La seule fois où nous l’avons entendu directement, dans une rare interview avec Business Insider, il était co-parent de ses deux enfants avec son ex-femme, voulait écrire un livre ou deux, et priait beaucoup. À en juger par la lettre qu’il a écrite au juge pour demander une libération sous caution pour Maxwell, il semble croire fermement en son innocence, comme on a tendance à le faire lorsqu’on est marié à une personne accusée d’un crime.

Peu avant le début du procès, il a été vu par des journalistes à Manchester-by-the-Sea au volant d’une Tesla.

Combien d’argent a Maxwell ?

C’est compliqué ! Elle a déclaré 3,5 millions de dollars d’actifs en juillet 2020. Mais plus tard cette année-là, dans l’une de ses demandes de libération sous caution, elle a déclaré qu’elle et Borgerson avaient des actifs de 22,5 millions de dollars. Cela n’a pas plu au tribunal, qui a estimé qu’il était peu probable qu’il s’agisse d’une erreur et plus vraisemblablement d’une « mauvaise orientation ».

Maxwell a vendu une maison de ville à New York au 116 East 65th Street pour environ 15 millions de dollars en 2016. (Elle était détenue par une LLC.) Elle est jolie et est maintenant au nom d’une société de gestion immobilière. Selon les procureurs, Maxwell a au moins 15 comptes bancaires différents dans plusieurs pays. Mais le gouvernement n’a rien révélé de vraiment intéressant ou accablant sur l’argent – il a seulement affirmé que parfois des millions de dollars disparaissaient puis revenaient sur des comptes appartenant à Epstein et des comptes « associés » à Maxwell.

Où est le prétendu chat de Scott Borgerson ?

Nous n’avons plus entendu parler du prétendu chat depuis. Nous allons poursuivre cette affaire aussi diligemment que possible. Peut-être que cette impulsion est la preuve que Borgerson et Maxwell ont raison, qu’ils sont en effet trop poursuivis par les médias.

Et le chien de Scott Borgerson ?

Lorsque Borgerson a été photographié en train de promener un vizsla à Boston, les médias s’en sont servis comme preuve de sa relation, alors floue, avec Maxwell, car on a supposé, raisonnablement, que le vizsla était son chien. Maxwell, bien sûr, a présenté un vizsla à l’exposition canine de Westminster. (Nom de travail : GCH BOWCOT’S CAPTAIN NEMO, né le 26 novembre 2009.) Mais nous avons tous appris quelque chose de cette expérience, car le chien n’était pas celui de Maxwell. Il s’agissait en fait d’un chien nommé Secretary Hamilton, en référence à Alexander Hamilton, qui a fondé les garde-côtes, un fait qui n’est apparemment mentionné qu’une seule fois dans la comédie musicale Hamilton.

Combien de vizslas y a-t-il dans cette famille ?

Comme l’explique très bien le reportage de Business Insider, il semble qu’il y en ait deux, et qu’ils soient étroitement liés. Captain Nemo, le vizsla insaisissable de Maxwell, a été envoyé à un éleveur en échange d’un choix de la portée résultante. Ce choix ? Le secrétaire Hamilton, faisant de Captain Nemo le parent du chien de Borgerson.

Malheureusement, le Capitaine a échoué dans son travail. Selon Business Insider, le Capitaine Nemo est lentement devenu dérangé et « attaquait fréquemment le Secrétaire Hamilton dans des crises de psychose ».

Encore une fois, rien sur le chat. Même les questions les plus simples – l’existence ou non de leur mariage, l’existence ou non de leurs chiens, ce mystérieux chat – deviennent un véritable casse-tête.

Et cette fameuse photo de In-N-Out ?

En août 2019, près d’une année complète avant son arrestation, des photos de Maxwell en train de lire tout en dînant dans un In-N-Out Burger à Studio City, près des studios Universal, sont apparues en ligne, suscitant un vif émoi. L’ampleur du brouhaha montre à quel point elle était entrée dans la clandestinité. Les photos ont d’abord été traitées comme une découverte choquante – La voilà ! – et puis, presque aussi rapidement, un nuage est passé devant ce moment ensoleillé.

Selon un acheteur des photos, les métadonnées de la photo contenaient le mot Meadowgate, le nom d’une société appartenant à Leah Saffian, une avocate basée à Encino et amie de Maxwell qui a déjà représenté son frère Kevin pour des accusations de fraude et qui a rendu visite à Maxwell en prison et s’est présentée au tribunal.

Un chien apparaissant sur une photo est aussi probablement celui de Saffian – il ne s’agit certainement pas de l’un des deux vizslas Maxwell/Borgerson, Captain Nemo ou Secretary Hamilton. Le chien de Saffian semble être un terrier.

Il se trouve que Maxwell avait aussi un chien nommé Max à la fin des années 90. C’était un Yorkshire terrier. Ce chien a été nommé d’après son père ; il est présumé mort.

C’est quoi cette histoire avec la famille Maxwell ?

Oh là là. Le père de Ghislaine, un entrepreneur nommé Robert Maxwell (né Jan Ludwik Hoch dans l’ancienne Tchécoslovaquie) est mort en 1991 en mer, après être apparemment tombé de son yacht, le Lady Ghislaine.

Dans un discours prononcé sur le bateau après sa mort, Ghislaine a annoncé qu’elle pensait qu’il avait été assassiné. Rupert Murdoch a déclaré qu’il croyait que Maxwell avait sauté. Un livre propose que le Mossad l’ait fait tuer. Le bateau s’appelle désormais Dancing Hare et appartient à Anna Murdoch.

Robert Maxwell possédait des entreprises et des publications, notamment Macmillan, le Daily News et le groupe de journaux Mirror.

Au moment de sa mort, l’entreprise est un désastre, criblée d’énormes dettes ; Maxwell n’a pas remboursé un prêt de 50 millions de livres sterling accordé par la Banque d’Angleterre. « Au moment de sa mort, écrit le New York Times en 1991, son empire tentaculaire était en plein désarroi. Les sociétés ont fait faillite, entraînant avec elles certains des frères Maxwell.

Aussi, tout le monde disait qu’il était un espion. Mais il y a aussi quelqu’un qui dit que toutes les personnes impliquées dans cette affaire, de Jeffrey Epstein jusqu’en bas, étaient des espions.

De quoi ses frères ont-ils été accusés ?

Kevin et Ian Maxwell, deux des sept enfants Maxwell, étaient accusés d’avoir détourné l’argent des fonds de pension pour maintenir à flot les entreprises familiales. Des procès extrêmement longs se sont terminés en 1996 par leur acquittement.

Que faisait Ghislaine Maxwell pour gagner sa vie alors que sa famille était ruinée ?

C’est une excellente question. Honnêtement, ce qu’elle, Jeffrey Epstein, son frère Mark Epstein, et littéralement toute personne proche d’eux ont fait professionnellement est presque inexplicable.

De 1992 à 1999 environ, elle semble s’être baladée aux frais de Jeffrey Epstein.

De 1999 à 2006 environ, elle aurait travaillé pour Jeffrey Epstein de quelque manière que ce soit.

Ensuite, elle a assisté au mariage de Chelsea Clinton, donné des conférences TED et pris la parole à l’ONU. De 2012 à 2019, elle a été directrice générale d’une organisation à but non lucratif en faveur des océans, le TerraMar Project, décrite par le New York Times comme « une organisation opaque qui n’avait pas de bureaux et n’accordait pas de subventions à d’autres organisations. »

Aussi, ne pas se voir signifier des poursuites judiciaires quand les gens ne la trouvaient pas.

Combien d’avions Jeffrey Epstein avait-il ?

C’est une très bonne question ! D’après les archives, nous pouvons en compter au moins six :

  • Un Boeing 727 de près de 200 places, aujourd’hui désimmatriculé. Les initiales « GM » apparaissent sur les manifestes de vol pour de nombreux vols entre 1999 et 2002. Maxwell a volé plusieurs fois par mois avec et sans Epstein.
  • Un Gulfstream IV
  • Un Cessna 421
  • Un Gulfstream G550 de 20 places, 2007
  • Un hélicoptère Bell 2001 de 10 places
  • Un hélicoptère Sikorsky (Keystone) S-76 2008 de 14 places. Ils aiment l’appeler « Air Ghislaine ».

Les hélicoptères étaient nécessaires parce que Little St. James, l’île privée de 75 acres appartenant à Epstein dans les îles Vierges américaines, n’était équipée que d’un héliport (Epstein a fini par acheter l’île voisine également, pour créer une plus grande barrière avec le monde extérieur). Les contrôleurs aériens de l’aéroport public de St. Thomas voyaient Epstein arriver avec des filles, des enfants et des jeunes femmes pour être transférés sur son île « des dizaines de fois sur deux décennies », selon un procès intenté contre sa succession.

Comment est mort Jeffrey Epstein ?

Le 10 août, Epstein a été retrouvé mort dans sa cellule. Sa mort a été considérée comme un suicide, et a rapidement donné lieu à dix millions de théories de conspiration. Le New York Times a poursuivi le Bureau des prisons pour obtenir ses dossiers sur Epstein et n’a trouvé aucune raison de douter qu’il s’agissait d’une mort par suicide. Le journal a cependant mis en lumière l’incompétence massive qui a permis que cela se produise.

Combien de personnes ont été accusées d’abus par Epstein ?

« Je connais Jeff depuis 15 ans. C’est un type formidable », nous disait Donald Trump il y a 20 ans. « On dit même qu’il aime les belles femmes autant que moi, et beaucoup d’entre elles sont du côté des plus jeunes. » Les gens savaient ce qui se passait encore plus tôt que cela – en 2003, Vicky Ward était prête à publier les accusations de trois femmes contre Epstein dans Vanity Fair, mais elle dit qu’elles ont été supprimées.

Peu de temps après, Epstein a été accusé d’agression sexuelle et de trafic de mineurs ; le FBI a commencé à enquêter sur lui en 2006. En 2008, il a accepté un accord, négocié par le futur secrétaire au travail Alex Acosta, dans lequel il a plaidé coupable à une accusation de sollicitation en vertu de la loi de Floride en échange d’une garantie qu’il ne serait pas poursuivi au niveau fédéral. Pendant un peu plus d’un an, il a dormi en prison, mais un chauffeur est venu le chercher à la prison du comté de Palm Beach pour l’emmener chaque jour à son bureau, escorté par des adjoints faisant office de gardes de sécurité. (Le bureau était aussi une arnaque : une fausse fondation créée avant qu’il n’aille en prison). À sa libération, si l’on peut appeler cela ainsi, les victimes ont porté plainte – des dizaines d’entre elles.

En 2018, l’intrépide journaliste du Miami Herald Julie Brown avait identifié plus de 60 victimes. Le procureur général des îles Vierges américaines a déclaré qu’il y en avait plus. Le Fonds d’indemnisation des victimes d’Epstein, une entité indépendante de la succession d’Epstein créée par la Cour supérieure des îles Vierges, a versé environ 125 millions de dollars à 150 victimes reconnues sur 225 demandeurs du fonds.

En quoi consiste l’accusation de parjure ?

Lors d’une déposition en avril 2016, il a été demandé à Maxwell : « Jeffrey Epstein avait-il un plan pour recruter des filles mineures pour des massages sexuels ? Si vous le savez. » Elle a répondu : « Je ne sais pas de quoi vous parlez. » Donc il y a ça.

On lui a également posé un certain nombre de questions sur l’activité sexuelle :

  • S’il y avait des jouets sexuels dans la maison d’Epstein à Palm Beach et si elle savait qu’il en possédait. « Non », a-t-elle répondu, à chaque question. (Il y avait des jouets sexuels.)
  • Si Epstein avait des relations sexuelles avec quelqu’un d’autre qu’une blonde non nommée et une brune avec qui ils avaient des relations à trois. Elle a répondu « non ».
  • Si elle avait donné à quelqu’un – une victime ou Epstein – un massage. Elle a répondu « non ». Au moins une victime a déjà témoigné que Maxwell l’avait massée.

Le juge dans le cas de Maxwell a dit qu’ils devraient aborder cette question dans un procès séparé pour éviter de compliquer les questions centrales du procès actuel. Les questions de parjure pourraient également disqualifier les avocats actuels de Maxwell qui l’ont représentée en 2016. C’est une très bonne explication de toute l’affaire !

Que fait David Boies dans tout ça ?

Il a représenté un certain nombre de personnes qui poursuivent Maxwell, notamment Virginia Roberts Giuffre, qui a été recrutée pour travailler pour Epstein alors qu’elle était adolescente. Giuffre a poursuivi Maxwell pour diffamation, et Boies a pu déposer Maxwell en 2016, d’où l’accusation de parjure.

Le procès en diffamation était passionné. « Les avocats de Maxwell ont écrit que les allégations fantaisistes de Mme Giuffre avaient pour but de « faciliter l’exposition médiatique de Mme Giuffre, d’améliorer ses possibilités de commercialisation, d’obtenir des gains financiers pour elle-même et sa famille, et de promouvoir son association à but non lucratif, Victims Refuse Silence, Inc. Une grande partie des éléments de ce procès étaient scellés et sont révélés par morceaux.

Outre le fait de servir les intérêts de ses clients, c’est une belle façon pour Boies d’essayer de redorer sa réputation. Boies a travaillé au nom de Harvey Weinstein pour empêcher le New York Times de publier les détails des agressions sexuelles de Weinstein. Il l’a fait tout en travaillant pour le Times sur d’autres sujets. Il a également été impliqué dans cette situation très bizarre.

Comment cela va-t-il se terminer ?

Seul un imbécile pourrait prédire quoi que ce soit dans ce triste et affreux spectacle ! Cela va sans dire, mais disons-le quand même : Nous préférons toujours oublier que les procès sont menés pour examiner des questions extrêmement précises avec des quantités très étroites et limitées d’informations à l’étude. Écrivant sur les récents procès de Kyle Rittenhouse et des personnes qui ont tué Ahmaud Arbery, l’avocat commis d’office Sarah Lustbader nous rappelle : « le jury n’est pas chargé de trancher des questions primordiales d’équité mais plutôt d’appliquer un ensemble spécifique de lois à un ensemble spécifique de faits. »

« Pour les victimes d’Epstein, ce sera une opportunité de justice longtemps refusée », a écrit Vanity Fair à propos du procès Maxwell. Je ne suis pas d’accord. Quiconque a été attentif peut vous dire que les victimes, et le public, doivent s’attendre à être déçus.