Les autorités resserrent lentement l’étau autour du cou du public britannique en réponse à un nouveau variant présumé du Covid-19, baptisé Omicron, dont on craint qu’il échappe aux vaccins Covid-19 actuellement disponibles. Le problème, c’est que les données officielles montrent que le prétendu variant Delta échappe aux vaccins Covid-19 depuis au moins les trois derniers mois. En effet, depuis août 2021, les personnes entièrement vaccinées représentent 9 décès sur 10 dus au Covid-19.

Publication originale le 03/12/2021.

AUTEUR

THE EXPOSÉ

CATEGORIES

POSTÉ LE

6 décembre 2021

SOURCE

The Exposé

Public Health Scotland (PHS) publie un rapport hebdomadaire sur les statistiques Covid-19 qui comprend des données sur les cas, les hospitalisations et les décès par statut vaccinal.

Le rapport comprend des données sur une période de quatre semaines et les dernières statistiques ont été publiées par le PHS le 1er décembre 2021, y compris les données sur les cas et les hospitalisations du 30 octobre au 26 novembre 2021, et les données sur les décès du 23 octobre au 19 novembre 2021.

En analysant les données contenues dans le rapport ainsi que les données des rapports précédents qui remontent jusqu’au 14 août 2021, nous pouvons constater que l’Écosse connaît une « pandémie de personnes entièrement vaccinées » depuis au moins le mois d’août.

Cela prouve que l’introduction de nouvelles restrictions n’a rien à voir avec la crainte que le nouveau variant Omicron puisse avoir un impact sur l’efficacité des vaccins Covid-19, mais qu’elle a tout à voir avec le contrôle, car les vaccins se sont avérés inefficaces pendant des mois.

Cas de Covid-19

Le tableau 19 du dernier « Rapport statistique sur le Covid-19 » indique le nombre de cas de Covid-19 par semaine en fonction du statut vaccinal. Nous avons créé le graphique suivant à partir des données publiées dans plusieurs rapports, dont le plus récent publié le 1er décembre :

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, la population non vaccinée représentait la majorité des cas chaque semaine entre le 21 août et le 17 septembre, mais depuis lors, les personnes entièrement vaccinées ont représenté la majorité des cas chaque semaine. Cependant, en incluant le nombre de cas parmi la population partiellement vaccinée, nous constatons que la population vaccinée a en fait représenté la majorité des cas de Covid-19 depuis au moins le 21 août.

Le graphique ci-dessus montre le nombre cumulé de cas par semaine par statut vaccinal entre le 21 août et le 26 novembre. On peut y voir que quelque chose d’important s’est produit au cours de la semaine du 16 octobre en ce qui concerne le nombre de cas qui s’est accumulé parmi les populations non vaccinées et entièrement vaccinées, en ce sens que le nombre de cas a commencé à diminuer parmi les non-vaccinés tout en augmentant de manière significative parmi les entièrement vaccinés.

Les données officielles montrent qu’entre le 21 août et le 26 novembre, 142 945 cas ont été enregistrés dans la population non vaccinée, 30 204 cas dans la population partiellement vaccinée et 165 008 cas dans la population entièrement vaccinée, ce qui porte à 195 212 le nombre total de cas dans la population vaccinée pendant cette période.

Hospitalisations Covid-19

Le tableau 20 du dernier « Rapport statistique Covid-19 » indique le nombre d’hospitalisations hebdomadaires liées au Covid-19 en fonction du statut vaccinal. Nous avons créé le graphique suivant à partir des données publiées dans plusieurs rapports, dont le plus récent publié le 1er décembre :

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, les données prouvent que c’est la population entièrement vaccinée qui a mis le système de santé à rude épreuve et non les personnes non vaccinées comme les autorités et les médias voudraient le faire croire.

Le graphique ci-dessus montre le nombre cumulé d’hospitalisations par semaine en fonction du statut vaccinal entre le 21 août et le 26 novembre, où l’on a enregistré 2 531 hospitalisations parmi la population non vaccinée mais plus du double parmi la population vaccinée, qui a enregistré 6 094 hospitalisations.

Décès du au Covid-19

Le tableau 21 du dernier « Rapport statistique sur le Covid-19 » indique le nombre de décès hebdomadaires dus au Covid-19 en fonction du statut vaccinal. Nous avons créé le graphique suivant à partir des données publiées dans plusieurs rapports, dont le plus récent publié le 1er décembre :

Les données montrent que les personnes entièrement vaccinées représentent la grande majorité des décès dus au virus Covid-19, et ce depuis au moins le 14 août. Au cours des quatre dernières semaines, 59 décès seulement ont été enregistrés dans la population non vaccinée, tandis que 407 décès sont survenus dans la population vaccinée.

Cela signifie que la population vaccinée a représenté 9 décès sur 10 dus au Covid-19 entre le 23 octobre et le 19 novembre.

Le graphique ci-dessus montre le nombre cumulé de décès par semaine en fonction du statut vaccinal entre le 14 août et le 19 novembre, période au cours de laquelle il n’y a eu que 219 décès parmi la population non vaccinée, mais 1 280 décès parmi la population vaccinée.

Ces données suggèrent que les personnes entièrement vaccinées ont 144% plus de risques de mourir lorsqu’elles sont hospitalisées avec Covid-19, sur la base des taux d’hospitalisation/de mortalité qui peuvent être calculés à partir des statistiques.

Avec 2 531 hospitalisations et 219 décès parmi la population non vaccinée, cela équivaut à un taux d’hospitalisation/de mortalité de 8,6 %.

Mais avec 6 094 hospitalisations et 1 280 décès parmi la population vaccinée, cela équivaut à un taux d’hospitalisation/de mortalité de 21%.

Une pandémie des personnes entièrement vaccinées

Les données disponibles auprès de Public Health Scotland, qui remontent à 14 semaines, prouvent bien qu’il s’agit d’une pandémie de personnes entièrement vaccinées, et comme les personnes vaccinées représentent 6 cas sur 10 (57 %), 7 hospitalisations sur 10 (70 %) et 9 décès sur 10 dus au Covid-19 (85 %) depuis au moins le mois d’août, cela prouve également que les vaccins Covid-19 sont inefficaces depuis des mois.

Par conséquent, toute restriction imposée au nom de la protection du public contre le prétendu nouveau variant Omicron n’a absolument rien à voir avec la protection de votre santé, mais plutôt tout à voir avec le contrôle.