Les Américains ont quitté leur emploi en nombre extrêmement élevé en octobre, selon les données du département du travail mercredi.

NDLR : Cela cause beaucoup de problemes dans toutes les industries. Le marche du travail est en profonde mutation, meme si on ne connait pas encore les causes reelles. Le fait que le marche du travail soit tres dynamique est une chose, mais il peut aussi y avoir des facteurs plus profonds comme la flexibilite offerte par le travail a la maison, le fait de vouloir travailler sur quelque chose qui nous tienne plus a coeur et qui ait plus de sens, ou encore le fait de vouloir devenir son propre patron… Ce qui est sur c’est que toutes les entreprises, grandes ou petites, font face a de veritables defis et vont devoir se transformer rapidement surtout cote management.

AUTEUR

JOHN CARNEY

CATEGORIES

POSTÉ LE

8 décembre 2021

SOURCE

Breitbart

Le nombre total de travailleurs qui ont quitté leur emploi en octobre était de 4,2 millions, soit le troisième plus haut niveau jamais enregistré. Le record a été atteint le mois précédent, avec 4,4 millions de départs. En août, 4,3 millions d’Américains ont quitté leur emploi.

Les chiffres proviennent de l’enquête mensuelle sur les ouvertures d’emploi et le roulement de la main-d’œuvre du ministère du travail. Les démissions sont définies comme un travailleur qui quitte volontairement un emploi. Ces chiffres ont atteint des niveaux historiquement élevés depuis cet été.

Les économistes ne sont pas tout à fait sûrs de la raison de ce phénomène, que l’on a surnommé « The Great Resign » (« la grande démission »). La concurrence entre les employeurs pour recruter des travailleurs s’est intensifiée, ce qui permet à un travailleur de démissionner plus facilement en étant convaincu qu’un meilleur emploi l’attend. Certains Américains peuvent également quitter des emplois qui nécessitent des vaccinations ou des masques ou qui sont perçus comme présentant un risque plus élevé d’infection par le Covid.

Les démissions dans le secteur de l’hébergement et de la restauration sont tombées à 803 000, contre 838 000 un mois plus tôt. Il s’agit du troisième plus haut niveau de démissions pour ce secteur. Le record a été atteint en août, à 867 000. Six pour cent des travailleurs de ce secteur ont quitté leur emploi en octobre, soit le quatrième taux le plus élevé jamais enregistré et près de deux points de pourcentage au-dessus de la moyenne à long terme.

Les offres d’emploi ont continué à augmenter alors que les recrutements sont restés stables. Les ouvertures ont augmenté de 431 000 pour atteindre 11 millions, un record. Les ouvertures dans les restaurants et les hôtels ont augmenté de 254 000 pour atteindre 1,6 million, le deuxième plus haut niveau jamais enregistré après 1,7 million.

Les embauches sont restées plus ou moins inchangées à 6,5 millions.

Le niveau inhabituellement élevé des démissions peut contribuer au sentiment d’urgence renouvelé des responsables de la Fed à resserrer la politique monétaire. Il indique que le marché du travail reste tendu et pourrait contribuer à une hausse de l’inflation. Le niveau élevé des démissions pourrait également exacerber les pénuries dans l’économie et les problèmes de chaîne d’approvisionnement.