Le Sénat a voté mercredi en faveur de la suppression du mandat de vaccination du président Biden pour les grandes entreprises, offrant ainsi aux républicains une victoire symbolique.

Publication originale le 08/12/2021.

NDLR : La bonne nouvelle, c’est que c’est un echec cuisant pour Biden, tout est bloque au niveau du mandat qu’il essaie de mettre en place. Il peut encore y avoir des surprises vu que la mesure repart au Congres, mais en principe le partie est finie. Restons tout de meme prudents, le regime Biden a peut-etre encore un moyen de passer… A suivre ! Article de la mafia mediatique

AUTEUR

JORDAIN CARNEY

CATEGORIES

POSTÉ LE

9 décembre 2021

SOURCE

The Hill

Les sénateurs ont voté 52-48 sur la résolution, qui nécessitait une majorité simple pour être approuvée. Les démocrates Sens. Jon Tester (Mont.) et Joe Manchin (W.Va.) ont voté avec les républicains, lui donnant ainsi un soutien suffisant pour être envoyée à la Chambre.

La résolution est confrontée à un parcours difficile à la Chambre des représentants, où les républicains ne sont pas en mesure d’utiliser une procédure accélérée similaire pour forcer un vote malgré les objections des dirigeants démocrates. Au lieu de cela, les républicains espèrent obtenir la majorité simple nécessaire pour forcer un vote par le biais d’une pétition de décharge, qui nécessitera le soutien d’une poignée de démocrates de la Chambre.

Mais les républicains considèrent le vote du Sénat de mercredi comme une victoire importante, et c’est la première fois qu’ils ont pu utiliser le Congressional Review Act pour faire passer au Sénat une résolution visant une règle Biden.

La règle, publiée par l’administration de la santé et de la sécurité au travail (OSHA), ordonne aux entreprises comptant au moins 100 employés d’exiger que leurs travailleurs se fassent vacciner ou se soumettent à des tests réguliers d’ici le 4 janvier.

Mais les républicains estiment qu’elle constitue un dépassement de la part du gouvernement fédéral et qu’elle viole les libertés civiles des travailleurs américains.

Le sénateur Mike Braun (Ind.), qui est à l’origine de la résolution du GOP, a déclaré que les Américains devraient se faire vacciner « à moins qu’ils n’aient une bonne raison », mais a qualifié l’obligation de vaccination d' »ultimatum » qui effraie « l’Amérique traditionnelle ».

« C’est la main lourde du gouvernement, c’est l’overreach et c’est mon téléphone qui s’est mis à sonner dans le vide », a-t-il dit. « J’espère que les membres de la Chambre, les démocrates en place, vérifient auprès de vos électeurs ».

Manchin et Tester ont tous deux voté en faveur de la résolution du GOP mercredi après avoir rejoint tous les autres démocrates la semaine dernière en votant contre la suppression du mandat dans le cadre du projet de loi de financement à court terme.

Manchin a fait valoir dans une déclaration que le gouvernement fédéral « devrait encourager, et non pénaliser, les employeurs privés dont la responsabilité est de protéger leurs employés contre le COVID-19. »

Tester a ajouté cette semaine qu’il n’est pas « fou des mandats ».

Le mandat de vaccination de Biden pour les grandes entreprises a fait l’objet de plusieurs contestations judiciaires.

En novembre, la Cour d’appel des États-Unis pour le 5e circuit, basée à la Nouvelle-Orléans, a temporairement bloqué, ou suspendu, la règle, la qualifiant de « fatalement imparfaite » et ordonnant à l’OSHA de ne pas appliquer l’exigence « en attendant un examen judiciaire adéquat » d’une requête d’injonction permanente.

L’administration Biden a pris des mesures à la fin du mois dernier pour tenter de relancer cette exigence, arguant que « le report de cette norme mettrait en danger plusieurs milliers de personnes et coûterait probablement plusieurs vies par jour ».

« Avec la réouverture des lieux de travail et l’émergence de la variante Delta hautement transmissible, la menace pour les travailleurs est permanente et écrasante », a ajouté un avocat du gouvernement.

Un sondage Axios-Ipsos publié fin novembre a montré que seuls 14 % des Américains ayant un emploi sont favorables au licenciement des travailleurs qui refusent de se faire vacciner.

Mais un sondage du Wall Street Journal publié mardi a montré que 50 % des électeurs se déclarent favorables à l’obligation de vaccination imposée par M. Biden aux employeurs comptant 100 travailleurs ou plus, tandis que 47 % s’opposent au mandat du président.

Même si la résolution du GOP obtient un vote à la Chambre, la Maison Blanche a prévenu que Biden y opposera son veto. Aucune des deux chambres ne dispose de la majorité des deux tiers requise pour passer outre un veto.

« Nous espérons certainement que le Sénat et le Congrès tiendront tête à la foule anti-vaccins et anti-tests, et nous continuerons à travailler à la mise en œuvre de ces mesures. Si cela arrive sur le bureau du président, il y opposera son veto », a déclaré aux journalistes Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche.

« Nous avons une nouvelle variante, et les cas augmentent. Le président a été clair. Nous utiliserons tous les outils pour protéger le peuple américain, et nous espérons que d’autres se joindront à nous dans cet effort », a-t-elle ajouté.

Les démocrates ont critiqué la résolution du GOP avant le vote de mercredi, notant qu’elle est intervenue dans un contexte de préoccupations concernant la nouvelle variante omicron COVID-19.

« La pire chose que nous puissions faire est de nous lier les mains dans le dos et de laisser ces nouvelles variantes se répandre et se développer, après omicron et tant d’autres. Mais c’est ce que feraient les anti-vaccins poussés par les républicains », a déclaré le chef de la majorité du Sénat, Charles Schumer (D-N.Y.).

« Je voterai fermement contre cette mesure, avec des sentiments forts sur ce qui est bon pour ce pays et sur la lutte contre l’anti-science et les théories qui semblent, comme je l’ai dit, venir du même endroit que la théorie de la Terre plate, que la théorie selon laquelle le soleil tourne autour de la Terre », a-t-il ajouté. « Nous ne devrions pas lui donner un cachet d’approbation dans cette chambre ».