Pourquoi les PDG et les initiés des entreprises vendent-ils leurs actions à un rythme bien plus rapide que ce que nous avons jamais vu auparavant ? Savent-ils quelque chose que le reste d’entre nous ne sait pas ?

Publication originale le 01/12/2021.

AUTEUR

MICHAEL SNYDER

CATEGORIES

POSTÉ LE

18 décembre 2021

SOURCE

The Economic Collapse

Si les cours des actions continuent de grimper en flèche comme le suggèrent de nombreux médias grand public, ces initiés qui se débarrassent de leurs actions comme s’il n’y avait pas de lendemain vont manquer des bénéfices absolument énormes. D’un autre côté, si un effondrement colossal du marché est prévu en 2022, alors 2021 était le moment idéal pour sortir du marché. Comme je l’ai déjà dit à maintes reprises, on ne gagne de l’argent en bourse que si l’on sort à temps. Se pourrait-il que nombre des personnes les plus riches du monde aient choisi le moment absolument parfait pour appuyer sur la gâchette ?

Selon CNBC, les PDG et les initiés des entreprises ont vendu pour 69 milliards de dollars d’actions depuis le début de l’année. Il s’agit d’un nouveau record absolu, et d’une augmentation considérable de 30 % par rapport à l’année dernière…

Les PDG et les initiés des entreprises ont vendu pour 69 milliards de dollars d’actions depuis le début de l’année 2021, alors que les hausses d’impôts imminentes et les prix élevés des actions encouragent beaucoup de personnes à prendre des bénéfices.

De Satya Nadella chez Microsoft à Jeff Bezos et Elon Musk, les PDG, les fondateurs et les initiés ont encaissé leurs actions au rythme le plus élevé jamais enregistré. En date de lundi, les ventes par les initiés ont augmenté de 30 % par rapport à 2020 pour atteindre 69 milliards de dollars, et de 79 % par rapport à la moyenne sur 10 ans, selon InsiderScore/Verity, qui exclut les ventes des grands détenteurs institutionnels.

Il est intéressant de noter que cette vague de liquidation est allée crescendo au moment où l’économie américaine a atteint un tournant critique. Nous sommes au milieu de la pire crise de la chaîne d’approvisionnement de notre histoire, l’inflation a atteint des niveaux que nous n’avions pas vus depuis les années 1970, et la violence croissante dans nos rues déprime l’activité économique dans beaucoup de nos plus grandes zones urbaines.

Au cours des deux dernières années, le gouvernement fédéral a emprunté et dépensé des milliers de milliards de dollars que nous n’avions pas les moyens de dépenser. Au cours de cette même période, la Réserve fédérale a injecté des milliers de milliards de dollars frais dans le système financier. Ils ont pris ces mesures dans une tentative désespérée de ressusciter l’économie, et nous avons certainement connu un « euphorie » pendant un petit moment.

Mais aujourd’hui, toutes sortes de signes indiquent que l’économie commence à ralentir à nouveau. Par exemple, les ventes du Black Friday ont diminué de 28,3 % par rapport aux niveaux de 2019…

Le trafic dans les magasins de détail lors du Black Friday a chuté de 28,3 % par rapport aux niveaux de 2019, les Américains ayant transféré une plus grande partie de leurs dépenses en ligne et donné le coup d’envoi de leurs achats plus tôt dans l’année, selon les données préliminaires de Sensormatic Solutions.

Les apologistes des médias grand public voudraient nous faire croire que les ventes au détail sont en baisse parce que les ventes en ligne sont en plein essor.

Mais ce n’est pas vrai.

En fait, les ventes du cyberlundi ont baissé pour la première fois de l’histoire

Les consommateurs se sont connectés en ligne lundi et ont dépensé 10,7 milliards de dollars, soit une baisse de 1,4 % par rapport à l’année précédente, selon les données publiées mardi par Adobe Analytics.

Cette année, c’est la première fois qu’Adobe constate un ralentissement des dépenses lors des principales journées d’achats. La société a commencé à faire des rapports sur le commerce électronique en 2012, et elle analyse plus d’un billion de visites sur les sites web des détaillants.

Cela m’étonne.

Le Black Friday et le Cyber Monday étaient tous deux en baisse malgré le fait que nos dirigeants ont déversé des trillions et des trillions de dollars sur le feu.

Pendant ce temps, les derniers chiffres de l’industrie manufacturière ont été décevants, et les analystes attribuent cela à la crise actuelle de la chaîne d’approvisionnement

De larges pans de l’industrie manufacturière américaine restent paralysés par les goulets d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement et les difficultés à pourvoir les postes vacants. Bien que les problèmes de la chaîne d’approvisionnement se soient légèrement atténués en novembre pour atteindre le niveau le plus bas enregistré depuis six mois, les pénuries généralisées d’intrants ont à nouveau fortement limité la croissance de la production, à tel point que l’enquête est jusqu’à présent cohérente avec le fait que l’industrie manufacturière a freiné l’économie au cours du quatrième trimestre.

Bien sûr, les grands médias continuent d’essayer de donner une tournure positive à nos difficultés économiques.

Par exemple, CNN vient de publier un article intitulé « Why inflation can actually be good for everyday Americans and bad for rich people » (« Pourquoi l’inflation peut être bonne pour les Américains ordinaires et mauvaise pour les riches »).

Si ce qu’ils disent est vrai, pourquoi ne pas pousser l’inflation au maximum ?

Faisons en sorte que chaque maison coûte au moins un million de dollars, qu’une miche de pain coûte 20 dollars, et que l’essence soit si chère que vous en saigniez des yeux en voyant les prix à la station-service locale.

Ne serait-ce pas formidable pour tous les Américains qui travaillent dur ?

Inutile de dire que je suis juste facétieux.

L’inflation détruit notre niveau de vie et chaque jour, de plus en plus d’Américains sont exclus de la classe moyenne.

Comme si nous n’avions pas déjà assez à faire, voilà qu’Omicron arrive aux États-Unis

Le premier cas confirmé aux États-Unis de la variante Omicron du coronavirus a été identifié en Californie.

Lors d’un point de presse à la Maison Blanche, le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a déclaré que le cas concernait une personne ayant voyagé depuis l’Afrique du Sud le 22 novembre et ayant été testée positive au Covid-19 le 29 novembre.

Comme je l’ai dit l’autre jour, il n’y a absolument aucune raison pour toute l’hystérie dont nous sommes actuellement témoins. À ce stade, il ne semble pas qu’Omicron soit plus dangereux que les autres variantes qui circulent actuellement.

Mais cela ne va pas empêcher les dirigeants mondiaux de faire encore plus de dégâts sur l’économie mondiale.

Nous voyons déjà plus de restrictions de voyage et plus de mandats, mais il n’y a même pas encore un seul cas confirmé de décès dû à Omicron.

Si les politiciens deviennent aussi irrationnels à cause d’Omicron, comment vont-ils réagir lorsque les choses deviendront vraiment folles dans les années à venir ?

Vous devriez commencer à y réfléchir.

Une grande partie des dommages économiques de ces deux dernières années ont été auto-infligés, et la douleur auto-infligée va s’amplifier.

Pendant ce temps, les PDG et les initiés vendent leurs actions à un rythme qui fait froncer les sourcils.

Tout comme vous et moi, peuvent-ils sentir ce qui se prépare ?

Il y a tellement de nuages à l’horizon, et personnellement j’ai un mauvais pressentiment pour 2022.