Voici un regard préliminaire sur les données du danemark.

NDLR : Ces chiffres « ne sont clairement PAS bons. Une vaccination complète fait plus que doubler votre chance relative de contracter le variant omicron. »

AUTEUR

EL GATO MALO

CATEGORIES

POSTÉ LE

19 décembre 2021

SOURCE

Bad Cattitude

Le danemark a commencé à fournir des décomptes quotidiens de cas très spécifiques, répartis selon le variant omicron. Je pense que beaucoup interprètent mal ces données en raison d’une idiosyncrasie dans leur présentation. Je vais aborder ce problème ci-dessous et fournir ce que je pense être un moyen de l’atténuer.

Notes rapides :

  • les vaccins, y compris les rappels, présentent une efficacité fortement négative par rapport à l’omicron
  • ceci est cohérent avec le fait que l’omicron est une variante d’évasion activée par l’OAS
  • omicron continue de montrer des signes de bénignité par rapport aux variants précédents

Pour cette analyse, je me suis appuyé sur les données nationales danoises publiées ICI et ICI.

Pour le % de vaccinés par date, je me suis appuyé sur les données de notre monde ICI.

Les principales données danoises sont les suivantes :

A partir de cela, beaucoup ont fait des affirmations comme : le taux d’OMI (Omicron) est de 78,7 % chez les personnes entièrement vaxxées et pourtant elles représentent 77,5 % de la population, donc, il n’y a pas d’efficacité. de même, les allégations concernant les boosters sont de 10,3 % des cas alors que les boostés représentent 25 % de la population, donc les boosters fonctionnent contre OMI.

Malheureusement, ni l’un ni l’autre, et surtout le dernier, ne peut être soutenu par ces données. Le problème réside dans le fait que les données sont agrégées depuis le 22 novembre.

Les boosters ne représentaient alors qu’environ 10 % de la population. Cet énorme changement dans la prévalence (surtout si l’on tient compte du taux de changement des boosters) rend la normalisation sur la période impossible, d’autant plus que la prévalence globale de la maladie varie également. ainsi, comparer 10,3 % à 25 % n’a aucun sens.

Nous pouvons contourner ce problème en découpant les données plus finement. A cette fin, j’ai pris les données du rapport de la journée précédente, qui était jusqu’au 13 décembre :

Nous pouvons alors soustraire ces données de celles du jour suivant et, voilà, nous avons les données d’un seul jour :

Bien entendu, cela ne nous dit rien sur l’efficacité du vaccin si nous ne connaissons pas la prévalence du vaccin, mais après avoir réduit le nombre de jours, nous pouvons maintenant extraire une valeur de l’OWID. J’ai utilisé le 14 Decembre, ce qui maximise la probabilité de montrer un signal d’efficacité du vaccin en utilisant la population de base la plus élevée possible. (il est presque certain que cela surestime l’efficacité car la contagion réelle a probablement eu lieu une semaine environ avant le rapport, mais comme il est impossible de le calculer avec précision et que cela ne fait qu’ajouter de nouvelles erreurs et hypothèses, je préfère accorder le bénéfice du doute aux vaccins).

A partir de là, nous pouvons calculer la VE (NDLR : VE = l’efficacite du vaccin) en normalisant chaque nombre de cas à la taille de la sous-population concernée. pour des raisons de commodité, je les ai normalisés en « pour 100 000 habitants ».

Et on obtient ceci :

A partir de quoi nous pouvons calculer l’efficacité du vaccin (VE) :

Ce ne sont clairement PAS de bons chiffres. Une vaccination complète fait plus que doubler le risque relatif de contracter Omicron.

Le rappel (booster) semble atténuer ce phénomène, mais une grande partie de ce bénéfice peut être illusoire en raison de l’avantage que nous lui avons donné en choisissant d’utiliser le chiffre de 25% de booster du 14/12. Si nous utilisons le chiffre d’une semaine plus tôt, lorsque la contagion a probablement eu lieu, il tombe à 18% de booster qui, à son tour, fait tomber VE à -75% et nous obtenons ceci :

Cela semble donc être la fourchette raisonnable à prendre en compte : sur la base de ces données, les personnes vaccinées et stimulées ont entre 26 % et 75 % plus de chances que les personnes non vaccinées de contracter l’omicron. (cependant, c’est au moins un peu mieux que l’énorme augmentation de 154 % du risque pour les personnes doublement vaccinées, bien que la durabilité de cette augmentation soit incertaine…).

Ces données, bien qu’elles ne soient pas définitives, sont fortement cohérentes avec et soutiennent Omicron comme étant « le variant que les vaccins non étanches avec une formation immunitaire trop étroite ont engendré ». C’est l’OAS. C’est exactement le résultat auquel on s’attendrait d’une formation du système immunitaire coincée et non adaptative et non ce que l’on verrait d’une simple fuite complète du vaccin.

Un simple échappement au vaccin se traduirait par une efficacité vaccinale de ~0%. Mais il semble que les vaccins rendent le virus PLUS infectieux (comme nous l’avons vu dans de nombreuses données britanniques). Cela se traduira soit par un SAO, soit par un ADE, et je ne vois pas vraiment les signes d’ADE (comme une plus grande sévérité) ni beaucoup de marqueurs de SAO (comme l’incapacité à générer des anticorps anti-protéines N).

C’est, si ce n’est pas un pistolet fumant, du moins un pistolet assez chaud. (hélas, contrairement à ce que John Lennon nous a promis, cela n’apporte aucun bonheur. c’est vraiment le résultat que personne ne voulait).

Bon sang, vous n’avez pas de bonnes nouvelles ?

En fait, si.

Un peu de perspective

Bien sûr, ce n’est pas aussi horrible que ça en a l’air quand on regarde l’augmentation absolue du risque. Le taux de double vaxxed est de 0,047%, contre 0,0186% auparavant. ce n’est pas exactement le territoire du « saint moly, attrape mon bio-bunnysuit ».

Et, bien sûr, ce sont des cas, pas quelque chose d’intrinsèquement grave.

Il est intéressant de noter que le nombre de décès au Danemark semble diminuer au fur et à mesure qu’OMI se propage, ce qui renforce une fois de plus l’idée qu’OMI est un variant beaucoup plus bénin. Toutes les données que j’ai vues impliquent que cela est vrai chez les personnes vaccinées et non vaccinées. Cela implique que c’est une propriété de l’agent pathogène, et non de l’inoculant, et cela est confirmé par la chute soudaine du nombre de décès au fur et à mesure qu’il se propage. en supposant que cela se confirme, c’est ce que vous voulez, c’est la nature qui fait un vaccin et un variant qui devient totalement endémique, bénin, et qui devient un autre rhume.

Bien sûr, ces données ont des limites importantes.

Nous n’avons aucune idée des sélecteurs appliqués aux groupes à risque et de la manière dont ils génèrent, dans l’ensemble, un biais de risque. Il se peut que les personnes ayant reçu le vaccin et celles qui ont été renforcées soient âgées, tout comme les cas, mais d’après ces données, cela ne semble pas être le cas pour omicron.

Peut-être que les personnes qui n’ont pas été vaccinées sont généralement plus malades et présentent un risque plus élevé de covid. Peut-être qu’elles sont plus susceptibles d’avoir déjà eu le covid et donc d’être à moindre risque. Il a été très difficile de trouver un équilibre sur ce point et je doute que quiconque connaisse la réponse avec précision.

Il s’agit également pour moi de nouvelles données provenant d’une nouvelle source et nous les avons très peu utilisées car il s’agit d’une série récente. Je chercherai à la mettre à jour et à la suivre de plus près pour voir si nous pouvons faire ressortir d’autres confusions sur la durée et les éventuels paradoxes de Simpson en fonction de l’âge, du risque, etc.

Comme toujours, nous faisons du mieux que nous pouvons avec les données dont nous disposons, et les données sont un peu désordonnées, mais au moins les danois semblent faire un effort pour produire un rapport réel et honnête, ce qui est plus que ce que l’on peut dire des données américaines.