En Autriche, les personnes qui ne veulent pas se faire vacciner à partir de février 2022 doivent s’attendre à une amende. Des employés doivent veiller à ce que les amendes soient payées. C’est pourquoi on recherche actuellement des contrôleurs.

AUTEUR

BLICK

CATEGORIES

POSTÉ LE

21 décembre 2021

SOURCE

Blick

À partir de février, l’Autriche veut prendre les choses au sérieux : Toute personne âgée de plus de 14 ans devra se faire vacciner contre la maladie de Corona. C’est ce qu’a annoncé le gouvernement autrichien la semaine dernière.

De nouveaux emplois peuvent ainsi être créés, comme le montre l’exemple de Linz. Cette ville d’un peu plus de 200 000 habitants est la capitale du Land de Haute-Autriche et présente le taux de vaccination le plus bas de tout le pays. Selon les données du carnet de vaccination électronique, seuls 63 pour cent des habitants sont doublement vaccinés.

Linz veut désormais engager des personnes chargées de contrôler les personnes qui refusent de se faire vacciner, comme le journal « heute« . Elles doivent vérifier si ceux qui ne se font pas vacciner paient réellement. Car ceux qui ne se font pas vacciner doivent passer à la caisse. Jusqu’à 3600 euros, l’équivalent de 3740 francs suisses.

Les contrôleurs de vaccination reçoivent un salaire d’au moins 2774 euros, soit environ 2880 francs suisses. Le salaire est versé 14 fois par an.

Le job comprend entre autres la rédaction d’ordonnances pénales ainsi que le traitement d’appels. Le profil du poste requiert un diplôme de fin d’études secondaires. En outre, les chasseurs doivent être résistants au stress et avoir envie de travailler. Concrètement, ils doivent être prêts à faire plus d’heures supplémentaires !

Seuls des citoyens autrichiens sont engagés pour ce travail. Et bien entendu, les candidats doivent être soit vaccinés, soit rétablis.

Même si les personnes non vaccinées seront bientôt touchées en Autriche, la situation générale de la maladie de Corona dans le pays semble tout de même se détendre pour le moment. Lundi, près de 1800 nouveaux cas ont été annoncés en 24 heures. Le chiffre le plus bas depuis deux mois. C’est probablement la conséquence du lockdown de trois semaines qui a pris fin le 12 décembre. (nl)