Cette étude est une autre analyse indépendante difficile à réfuter : nous avons été trompés par le CDC, la FDA et le NIH.

AUTEUR

STEVE KIRSCH

CATEGORIES

POSTÉ LE

18 janvier 2022

SOURCE

Steve Kirsch

Une nouvelle étude de Kyle A. Beattie intitulée « Analyse bayésienne mondiale de l’impact causal de l’administration des vaccins sur les décès et les cas associés au COVID-19 : Une analyse des big data de 145 pays » (« Worldwide Bayesian Causal Impact Analysis of Vaccine Administration on Deaths and Cases Associated with COVID-19 : A Big Data Analysis of 145 Countries ») conclut que les vaccins font le contraire de ce qu’on nous avait promis.

Au lieu de nous aider à retrouver nos libertés, les vaccins sont associés à des taux plus élevés d’infections au COVID-19 et à des taux plus élevés de décès liés au COVID. Aux États-Unis, les vaccins ont été associés à une augmentation de 38 % du nombre de cas de COVID par million et à une augmentation de 31 % du nombre de décès par million liés au COVID.

De nombreuses autres études sont parvenues indépendamment à la même conclusion. Plus on vaccine, plus les choses empirent.

Beattie conclut : « Ces résultats devraient encourager les responsables politiques locaux à prendre des décisions fondées sur des données, et non sur des récits, et sur les conditions locales, et non sur des mandats mondiaux ou nationaux ». Toutefois, au vu des performances passées, on ne s’attend pas à ce que les autorités sanitaires réagissent à ces résultats de manière rationnelle. Au contraire, elles continueront à insister sur l’obligation de vacciner tout le monde, indépendamment de l’âge ou des antécédents médicaux.

La prochaine fois que vous verrez le responsable de la santé de votre comté, le président Biden ou Boris Johnson, pourquoi ne pas leur demander s’ils peuvent trouver une erreur dans cette étude de Kyle A. Beattie intitulée Worldwide Bayesian Causal Impact Analysis of Vaccine Administration on Deaths and Cases Associated with COVID-19 : A BigData Analysis of 145 Countries (la version PDF est ici).

L’étude révèle que les vaccins COVID provoquent plus de cas de COVID par million (+38 % aux États-Unis) et plus de décès par million associés au COVID (+31 % aux États-Unis).

Le résumé dit :

L’impact causal statistiquement significatif et très majoritairement positif après le déploiement du vaccin sur les variables dépendantes total des décès et total des cas par million devrait être très inquiétant pour les décideurs politiques. Ils indiquent une augmentation marquée des cas et des décès liés au COVID-19, directement due au déploiement d’un vaccin qui a été vendu au public comme la « clé pour regagner nos libertés ». L’effet des vaccins sur le nombre total de cas par million et sa faible association positive avec le nombre total de vaccinations par centaine signifient un impact limité des vaccins sur la réduction des cas associés au COVID-19.

Ces résultats devraient encourager les décideurs locaux à prendre des décisions politiques fondées sur des données, et non sur des récits, et sur les conditions locales, et non sur des mandats mondiaux ou nationaux. Ces résultats devraient également encourager les décideurs politiques à commencer à chercher d’autres moyens de sortir de la pandémie que les campagnes de vaccination de masse.

En d’autres termes, on nous a menti

Les vaccins ne font qu’aggraver la situation, au lieu de l’améliorer. C’est pourquoi nous ne nous sortons pas du trou. Les vaccins obligatoires aggravent la situation

Ce n’est pas la première étude qui arrive à ces conclusions. Ces études, toutes réalisées indépendamment, ont abouti à la même conclusion : plus on vaccine, plus la situation s’aggrave :

  1. L’étude de Lyons-Weiler
  2. L’étude de Harvard
  3. L’étude allemande
  4. L’étude danoise (qui montre que le Dr James avait raison : il faut faire un rappel tous les 30 jours pour maintenir la protection).
  5. Données du gouvernement allemand (tirées de The Expose)
  6. 80 % des personnes décédées du COVID au Royaume-Uni ont été vaccinées.
  7. Lancet : 89 % des nouveaux cas de COVID au Royaume-Uni sont des personnes entièrement vaccinées.

La réponse des autorités sanitaires à cette nouvelle étude est prévisible.

Je pense avoir compris le schéma et je peux maintenant prédire en toute confiance comment les autorités sanitaires du monde entier vont réagir à ce résultat stupéfiant : elles vont l’ignorer. Au lieu de cela, elles vont exiger des vaccins pour tout le monde, à tout âge, dès que possible. Ai-je raison ?