La 5G est un sujet qui passionne, surtout ces derniers temps avec les risques lies au trafic aerien aux USA. C’est un sujet technique que tres peu maitrisent et au final il y a beaucoup de desinformation et de fake news qui circulent.

Dans cet article, nous vous proposons d’aborder le sujet de maniere plutot simplifiee. On va expliquer ce qu’est la 5G, comment ca marche, on va tordre le cou a quelques idees recues, on va comparer la 5G aux USA et en Europe pour comprendre pourquoi il n’y a pas de probleme avec les avions en Europe, et enfin on essaiera de comprendre quels sont les dangers de la 5G via des etudes.

AUTEUR

ACTU INTEL

CATEGORIES

POSTÉ LE

19 janvier 2022

SOURCE

Actu Intel

La 5G transporte des informations sans fil par le biais du spectre électromagnétique, plus précisément le spectre radioélectrique. Le spectre radioélectrique comprend différents niveaux de bandes de fréquences, dont certaines sont utilisées pour cette technologie de nouvelle génération.

Vous entendez peut-être parler de spectre de bande passante 5G, de ventes aux enchères de fréquences, de mmWave 5G, etc.

Ne vous inquiétez pas si cela peut prêter à confusion. Tout ce que vous devez vraiment savoir sur les bandes de fréquences 5G est que différentes entreprises utilisent différentes parties du spectre pour transmettre des données. L’utilisation d’une partie du spectre plutôt qu’une autre a un impact à la fois sur la vitesse de la connexion et sur la distance qu’elle peut couvrir. Plus d’informations à ce sujet ci-dessous.

Définition du spectre de la 5G

Les fréquences des ondes radio vont de 3 kilohertz (kHz) à 300 gigahertz (GHz). Chaque partie du spectre possède une gamme de fréquences, appelée bande, qui porte un nom spécifique.

Parmi les exemples de bandes du spectre radioélectrique, citons :

  • les fréquences extrêmement basses (ELF)
  • les fréquences ultra basses (ULF)
  • les basses fréquences (LF)
  • les fréquences moyennes (MF)
  • les fréquences ultra hautes (UHF)
  • les fréquences extrêmement hautes (EHF)

Une partie du spectre radioélectrique présente une gamme de hautes fréquences comprise entre 30 GHz et 300 GHz (partie de la bande EHF), et est souvent appelée la bande millimétrique (car ses longueurs d’onde sont comprises entre 1 et 10 mm). Les longueurs d’onde à l’intérieur et autour de cette bande sont donc appelées ondes millimétriques (mmWaves). Les mmWaves sont un choix populaire pour la 5G, mais ont également des applications dans des domaines tels que la radioastronomie, les télécommunications et les canons radar.

Une autre partie du spectre radioélectrique utilisée pour la 5G est la bande UHF, qui se situe plus bas dans le spectre que la bande EHF. La bande UHF a une plage de fréquences allant de 300 MHz à 3 GHz et est utilisée pour tout, de la télédiffusion et du GPS au Wi-Fi, aux téléphones sans fil et au Bluetooth.

Voici un graphique qui met en perspective ce qu’on vous a explique ci-dessus, pour la 2G, la 3G, la 4G et la 5G :

Le graphique 1 nous permet egalement de tordre une idee recue selon laquelle la 5G fonctionne toute seule dans son coin. C’est totalement faux ! La 5G utilise les memes frequences que la 2G, 3G et 4G, et elle utilise de nouvelles frequences dediees a la 5G qui se situent entre 24GHz et plus (on peut monter a plus de 95GHz – cette image date un peu). On reviendra sur ces nouvelles frequences un peu plus loin lorsqu’on verra ce qui est activé et ce qui ne l’est pas.

Tout cela est rendu possible par l’utilisation du standard 3GPP (3rd Generation Partnership Project / Projet de partenariat de 3ème génération), qui permet l’interoperabilite des technologies sans fil.

On referme cette parenthese, et on reprend les explications sur ce qu’est la 5G.

La fréquence détermine la vitesse et la puissance de la 5G

Toutes les ondes radio se déplacent à la vitesse de la lumière, mais toutes les ondes ne réagissent pas à l’environnement de la même manière ou ne se comportent pas de la même façon que les autres ondes. C’est la longueur d’onde d’une fréquence particulière utilisée par une tour 5G qui a un impact direct sur la vitesse et la distance de ses transmissions :

Fréquence plus élevée Fréquence moins élevée
  • Vitesses plus rapides
  • Vitesses plus lentes
  • Distances plus courtes
  • Distances plus longues

Ce tableau permet de comprendre que la longueur d’onde est inversement proportionnelle à la fréquence (c’est-à-dire que les hautes fréquences ont des longueurs d’onde plus courtes). Par exemple, 30 Hz (basse fréquence) a une longueur d’onde de 10 000 km (plus de 6 000 miles) alors que 300 GHz (haute fréquence) n’est que de 1 mm.

Lorsqu’une longueur d’onde est très courte (comme les fréquences les plus élevées du spectre), la forme d’onde est si petite qu’elle peut facilement être déformée. C’est pourquoi les très hautes fréquences ne peuvent pas voyager aussi loin que les plus basses.

La vitesse est un autre facteur. La largeur de bande est mesurée par la différence entre la fréquence la plus élevée et la plus basse du signal. Lorsque vous montez dans le spectre radioélectrique pour atteindre des bandes plus élevées, la gamme de fréquences est plus large et le débit augmente donc (c’est-à-dire que vous obtenez des vitesses de téléchargement plus rapides).

Pourquoi le spectre de la 5G est important

Étant donné que la fréquence utilisée par une tour 5G détermine la vitesse et la distance, il est important pour un fournisseur de services (comme Verizon ou AT&T) d’utiliser une partie du spectre qui comprend des fréquences bénéfiques pour le travail à accomplir.

Par exemple, les ondes millimétriques, qui se trouvent dans le spectre à bande élevée, ont l’avantage de pouvoir transporter beaucoup de données. Toutefois, les ondes radio dans les bandes supérieures sont également absorbées plus facilement par les gaz présents dans l’air, les arbres et les bâtiments proches. Les ondes millimétriques sont donc utiles dans les réseaux à forte densité, mais moins utiles pour transporter des données sur de longues distances (en raison de l’atténuation).

Pour ces raisons, il n’existe pas vraiment de « spectre 5G » en noir et blanc : différentes parties du spectre peuvent être utilisées. Un fournisseur 5G veut maximiser la distance, minimiser les problèmes et obtenir le plus grand débit possible. Une façon de contourner les limites des ondes millimétriques est de se diversifier et d’utiliser des bandes plus basses.

Une fréquence de 600 MHz, par exemple, a une bande passante plus faible, mais comme elle n’est pas affectée aussi facilement par des éléments comme l’humidité dans l’air, elle ne perd pas sa puissance aussi rapidement et est capable d’atteindre les téléphones et autres appareils 5G plus loin, ainsi que de mieux traverser les murs pour assurer une réception en intérieur.

À titre de comparaison, les transmissions à basse fréquence (BF), comprises entre 30 et 300 kHz, sont idéales pour les communications longue distance, car elles subissent une faible atténuation et n’ont donc pas besoin d’être amplifiées aussi souvent que les fréquences plus élevées. Elles sont utilisées, par exemple, pour la radiodiffusion AM.

Un fournisseur de services pourrait utiliser des fréquences 5G plus élevées dans les zones qui demandent plus de données, comme dans une ville populaire où de nombreux appareils sont utilisés. Cependant, les fréquences à faible bande sont utiles pour fournir un accès 5G à un plus grand nombre d’appareils à partir d’une seule tour et aux zones qui n’ont pas de ligne de visée directe vers une cellule 5G, comme les communautés rurales.

Voici d’autres gammes de fréquences 5G (appelées spectre multicouche) :

  • C-Band (Bande C) : 2-6 GHz pour la couverture et la capacité
  • Couche Super Data : Plus de 6 GHz (par exemple, 24-29 GHz et 37-43 GHz) pour les zones à large bande passante
  • Zone de couverture : Au-dessous de 2 GHz (comme 700 MHz) pour les zones intérieures et les zones de couverture plus larges

Pourquoi l’activation de la 5G pose des problemes aux avions aux USA mais pas en Europe

Certaines bandes moyennes (pas toutes) et basses de la 5G sont deployees et activees en Europe et en Amerique du Nord. Mais alors, pourquoi y a-t-il un problème potentiel aux États-Unis, mais pas en Europe ? Cela se résume à des détails techniques.

Les sociétés de téléphonie mobile aux États-Unis déploient le service 5G dans un spectre d’ondes radio dont les fréquences sont comprises entre 3,7 et 3,98 GHz. Les entreprises ont payé 81 milliards de dollars au gouvernement américain en 2021 pour le droit d’utiliser ces fréquences, connues sous le nom de C-Band. Mais en Europe, les services 5G utilisent la gamme de fréquences plus lente de 3,4 à 3,8 GHz.

Le secteur de l’aviation craint que le service 5G américain soit trop proche du spectre utilisé par les radars altimètres, qui se situe entre 4,2 et 4,4 GHz. L’Europe n’est pas confrontée au même risque, selon l’industrie, car il existe un tampon beaucoup plus important entre le spectre utilisé par les altimètres radar et la 5G.

« S’il n’y a pas d’atténuation appropriée, ce risque a le potentiel d’avoir de larges impacts sur les opérations aériennes aux États-Unis ainsi que dans d’autres régions où le réseau 5G est mis en œuvre à côté de la bande de fréquences de 4,2 à 4,4 GHz », ont déclaré l’IATA et l’IFALPA dans leur communiqué.
Il existe d’autres différences dans la manière dont la 5G est déployée, selon l’administration fédérale de l’aviation américaine (FAA). D’autres pays utilisent des niveaux de puissance plus faibles, restreignent l’emplacement des antennes 5G près des aérodromes et exigent qu’elles soient inclinées vers le bas pour limiter les interférences potentielles avec les avions.

En France – citée par des opérateurs télécoms tels que AT&T (T) et Verizon (VZ) comme un exemple de collaboration harmonieuse entre la 5G et l’aviation – la hauteur d’une antenne 5G et la puissance de son signal déterminent la proximité autorisée d’une piste et de la trajectoire de vol d’un avion, selon une note technique de l’Agence nationale des fréquences française.

La FAA est tellement préoccupée par les interférences potentielles avec les altimètres qu’elle a publié en décembre un ordre urgent interdisant aux pilotes d’utiliser des altimètres susceptibles d’être affectés autour des aéroports où des conditions de faible visibilité les exigeraient. Cette règle pourrait empêcher les avions de se rendre à certains aéroports dans certaines circonstances, car les pilotes seraient incapables d’atterrir en utilisant uniquement les instruments.

L’AESA a pris acte des préoccupations de la FAA en décembre, en notant qu’elles « concernent des situations spécifiques aux opérations dans l’espace aérien des États-Unis ». Le régulateur européen a recommandé aux transporteurs « d’envisager d’exposer les équipages de conduite à des scénarios de radioaltimètres non fiables » pendant la formation et de veiller à ce que les équipages soient conscients de « la dégradation potentielle des performances des radioaltimètres installés. »

Aux États-Unis, les divergences d’opinion sur le risque posé par la 5G se sont transformées en un âpre conflit public impliquant les régulateurs fédéraux ainsi que les entreprises d’aviation et de télécommunications. De grands transporteurs, dont British Airways, Lufthansa et Emirates, ont annulé des vols à destination des États-Unis en invoquant ce problème.

« Nous n’étions pas au courant que la puissance des antennes aux États-Unis [a] été doublée par rapport à ce qui se passe ailleurs. Nous n’étions pas au courant que les antennes elles-mêmes ont été placées en position verticale plutôt qu’en position légèrement inclinée », a déclaré Tim Clark, président d’Emirates, à CNN Business mercredi.

Qu’est-ce que la C-Band (ou Bande C) ?

Selon la société de tests sans fil Rohde and Schwarz, la bande C correspond à toutes les fréquences comprises entre 4 et 8 GHz. Cependant, lorsque les geeks américains du sans fil parlent de la bande C, ils parlent de 3,7 à 4,2 GHz – et plus précisément, dans ce cas, de la plage de 3,7 à 3,98 GHz.

Cette fréquence était utilisée pour la télévision par satellite depuis les années 1970, mais comme la réception par satellite en bande C nécessite de « grosses et laides antennes » pouvant atteindre 3 metres de diamètre, elle a été largement remplacée par des systèmes plus flexibles avec des antennes plus petites sur la bande Ku, comme Dish et DirecTV. La bande C est actuellement utilisée pour la « liaison descendante par satellite » pour la diffusion de la télévision.

Grâce à des méthodes de codage numérique plus avancées que dans les années 1970, les sociétés de satellites peuvent désormais « remballer » leurs émissions dans la partie supérieure de la bande C, laissant la partie inférieure à la disposition des sociétés de téléphonie mobile.

La bande C se situe entre les deux bandes Wi-Fi, qui sont à 2,4GHz et 5GHz. Elle est légèrement supérieure et très similaire à la bande 2,6 GHz que Clearwire puis Sprint ont utilisée pour la 4G à partir de 2007, et que T-Mobile utilise actuellement pour la 5G en bande moyenne. Et elle se situe immédiatement au-dessus de CBRS, une bande de 3,55 à 3,7 GHz qui est actuellement déployée pour la 4G. Ses caractéristiques de transmission sont donc très bien connues, et sa sécurité est bien établie.

La plupart des pays ont déjà mis aux enchères la bande C. En termes de nombre de pays, c’est probablement la bande 5G la plus populaire au monde. L’Union internationale des télécommunications (UIT) a divisé la bande C en trois parties : la bande n77, la bande n78 et la bande n79. La plupart des pays européens et asiatiques utilisent actuellement la bande n78, qui s’étend de 3,3 à 3,8 GHz. Aux États-Unis, nous utilisons la bande n77, une bande plus large allant de 3,3 à 4,2 GHz. Le Japon utilise également déjà la bande n77, de sorte que les équipements et les téléphones existent déjà.

Pourquoi avons-nous besoin de la bande C ?

La situation de la 5G aux États-Unis est assez difficile pour le moment. Pour que la 5G offre une expérience sensiblement meilleure que la 4G, elle a besoin de canaux larges et dédiés, idéalement 50 MHz ou plus.

Pour que la 5G puisse couvrir des villes entières, elle doit être sur une fréquence inférieure à environ 6 GHz, afin d’obtenir une portée décente des tours. Pour l’instant, AT&T et Verizon n’utilisent pas d’ondes qui correspondent à ces critères. Verizon pourrait être en mesure de mettre au point quelque chose en utilisant les nouvelles ondes CBRS juste en dessous de la bande C, mais le jury n’est pas encore fixé sur ce point. Dans l’ensemble, AT&T et Verizon proposent une 5G qui n’est pas plus rapide que la LTE sur les mêmes fréquences ou dont la portée est faible.

La bande C peut résoudre ce problème. Le gouvernement a mis aux enchères 280 MHz d’ondes qui sont susceptibles d’aller jusqu’à environ 2,4 km de chaque tour, donc beaucoup de bande passante pour plusieurs opérateurs sans fil différents pour avoir une 5G solide en utilisant principalement des sites cellulaires existants.

La distance entre les tours est une question délicate. Cet article de recherche de 2006 estime que les réseaux 3.5GHz peuvent aller jusqu’à 2 km de chaque site dans une zone urbaine et jusqu’à 10 km dans une zone rurale. Selon CellMapper.net, il y a jusqu’à 3,5 km entre les sites 2,6 GHz de T-Mobile dans la banlieue de Dallas, mais seulement 0,6 km entre les sites dans le Queens, à New York. En moyenne, il faut compter 1 km pour les réseaux 3,5GHz pour être sûr.

Qui utilise la bande C ?

Principalement Verizon et AT&T.

Les fréquences de la bande C seront disponibles en deux parties. Fin 2021, les premiers 100 MHz etaient disponibles sur 46 marchés importants aux États-Unis, couvrant environ 60 % de la population américaine. Verizon et AT&T se partagent ces ondes du « bloc A » à raison de 60/40%. Verizon sera donc juste au-dessus, et AT&T juste en dessous, de la règle empirique des 50 MHz pour une réelle différenciation de la 5G des deux operateurs.

Les 180 MHz restants de la bande C ne devraient être libérés qu’à la fin de 2023. Cela inclut d’autres fréquences de Verizon et AT&T, ainsi que des ondes achetées par T-Mobile, US Cellular et certaines compagnies de téléphone locales. À ce moment-là, Verizon disposera d’une moyenne de 160 MHz de spectre et AT&T d’une moyenne de 80 MHz, tous deux capables d’offrir une expérience 5G vraiment différente.

Selon ce calendrier, le lancement de ces réseaux est prévu pour fin 2023 ou 2024. Ces lancements pourraient toutefois avoir lieu plus tôt en 2023, si le précédent de la bande 600 MHz se confirme. T-Mobile a pris une grande partie de la bande 600 MHz, qui correspondait auparavant aux chaînes de télévision 14-55, en 2017. Le calendrier d’autorisation s’étendait jusqu’en juillet 2020. Mais T-Mobile a travaillé avec les radiodiffuseurs (et les a payés) pour obtenir une autorisation anticipée, en obtenant que la ville de New York soit autorisée plus d’un an avant la date prévue, par exemple.

Maintenant que nous avons explique comment fonctionne la 5G, ce qu’est la fameuse Bande C et pourquoi elle pose probleme aux companies aeriennes aux USA, voyons quels sont les dangers de la 5G.

Les dangers de la 5G

Comme nous l’avons vu ci-dessus, le nombre d’antennes necessaires pour la 5G est plus important dans les zones densement peuplees. La 5G devrait aussi a terme utiliser des frequences tres elevees (ces frequences ne sont pas encore actives) Il est donc normal de s’interroger sur les effets nefastes de ces antennes sur notre sante.

Avant d’aller plus loin, voici le plan officiel pour activer la 5G. Comme vous pouvez le voir, ca s’etend jusqu’en 2030 :

Les champs électriques et magnétiques (CEM (ou EMF en Anglais)) – également appelés « rayonnements » – sont des zones d’énergie invisibles produites par l’électricité. Les sources courantes sont les lignes électriques, les téléphones cellulaires et les micro-ondes. Dans les années 1990, on s’est inquiété d’un lien potentiel entre les CEM et les cancers infantiles.

La plupart des appareils électroniques les plus courants aujourd’hui produisent des CEM, ce qui signifie que nous sommes entourés de ce type de rayonnement toute la journée, tous les jours. Cela ne signifie pas qu’ils sont innofensifs pour autant.

Il existe 2 types de CEM :

  • CEM non ionisants
    Les CEM non ionisants sont constitués de rayonnements de basse à moyenne fréquence, qu’ils soient naturels ou artificiels. Par exemple, le champ magnétique terrestre (c’est-à-dire la raison pour laquelle l’aiguille d’une boussole pointe vers le nord) est un exemple de CEM non ionisant d’origine naturelle. Les CEM non ionisants ne sont pas particulièrement puissants et, par conséquent, ne sont pas considérés comme une menace pour la santé humaine. Les formes de rayonnement non ionisant comprennent :

    • les fréquences extrêmement basses (ELF)
    • les radiofréquences (RF)
    • Micro-ondes
    • Lumière visuelle (National Institute of Environmental Health Sciences. Electric & magnetic fields. Updated May 14, 2020.)
    • Champs statiques (champs électriques ou magnétiques qui ne varient pas dans le temps)
    • Rayonnement infrarouge (National Cancer Institute. Electromagnetic fields and cancer. Updated January 3, 2019.)

Les sources de CEM non ionisants comprennent :

  • les fours à micro-ondes
  • Ordinateurs
  • Les compteurs intelligents d’énergie domestique
  • Réseaux sans fil (wifi)
  • les téléphones portables
  • Dispositifs Bluetooth
  • Lignes électriques
  • IRM (National Institute of Environmental Health Sciences. Electric & magnetic fields. Updated May 14, 2020.)
  • Rasoirs
  • Sèche-cheveux
  • Couvertures électriques
  • Radios
  • Téléviseurs (National Cancer Institute. Electromagnetic fields and cancer. Updated January 3, 2019.)
  • Machines à ondes millimétriques (utilisées dans les contrôles de sécurité des aéroports)
  • Détecteurs de métaux (utilisés pour les contrôles de sécurité dans les aéroports – Environmental Protection Agency. Radiation and airport security scanning. Updated March 26, 2019.)
  • CEM ionisants
    Les CEM ionisants sont des rayonnements de moyenne à haute fréquence qui peuvent, dans certaines circonstances, entraîner des lésions cellulaires et/ou de l’ADN en cas d’exposition prolongée. Les formes de rayonnement ionisant comprennent :

    • les rayons ultraviolets (UV)
    • Rayons X
    • Gamma

Les sources de CEM ionisants comprennent :

  • La lumière du soleil
  • Les rayons X
  • Certains rayons gamma
  • Scanners de passagers à rétrodiffusion dans les aéroports
  • Les appareils à rayons X utilisés pour scanner les bagages dans les aéroports

Revenons a la 5G. On sait qu’elle utilise les memes frequences que la 2G, 3G et 4G et on sait aussi qu’elle utilise de nouvelles frequences bien plus elevees, allant de 24GHz a 40GHz voire plus. On sait que dans la partie du spectre électromagnétique consacrée aux rayonnements radiomagnetiques, plus la fréquence est élevée, plus elle est dangereuse pour les organismes vivants.

Si vous vous documentez, vous constaterez que beaucoup de soit-disant « scientifiques » essaie de discrediter cette affirmation tant bien que mal. On connait le niveau de corruption dans le secteur de la recherche scientifique, tous domaines confondus…

Il est donc bien evident que nous ne sommes pas au stade ou la 5G est totalement activee (revoyez l’image du plan officiel jusqu’en 2030 plus haut, nous n’en sommes qu’au tout debut). Il est clair que les frequences de 24GHz a 95GHz+ ne sont pas actives en ce moment, sinon nous en subirions les consequences les plus nefastes en ce moment-meme.

Cependant, certains pans de la 5G sont bel et bien deployes et actifs en ce moment. Ils sont necessaires pour les projets de l’Industrie 4.0, comme par exemple le pilote automatique sur les vehicules autonomes, ou encore l’internet des objets (Internet of Things – IoT) qui necessitent une bande passante enorme afin de transmettre les flux de donnees.

Pour le moment, la 5G utilise des frequences un peu plus elevees que ce que la 4G / 4G LTE permet, ce qui offre des debits plus rapides, et donc permet de soutenir ces nouveaux projets industriels. Mais on est encore loin des debits theoriques de la 5G lorsque les hautes frequences seront actives.

L’activation de ces hautes frequences pour la 5G est peu probable vu la situation actuelle. Le plan des globalistes et de l’etat profond est de les utiliser pour tuer un maximum de gens. S’ils avaient les mains libres, ils l’auraient deja fait. Cela leur permettrait egalement de transitionner vers la 6G qui est une etape importante pour le transhumanisme. Mais nous nous ecartons du sujet de cet article.

Études et informations sur la 5G

Cette section contient des liens vers des études scientifiques et des lettres relatives à la 5G. Elles sont très percutantes et nous vous recommandons une lecture approfondie de chacune d’entre elles. Le lien intitulé « Lettres de 250 scientifiques… » contient littéralement des lettres de ce nombre de scientifiques. Là encore, nous vous recommandons de les lire.

Si, dans le cadre de vos études personnelles, vous trouvez des études scientifiques évaluées par des pairs (ou des lettres/vidéos) relatives à la 5G qui, selon vous, devraient être ajoutées à cette page, veuillez vous rendre notre canal Telegram (https://t.me/actuintel) et poster un commentaire sous le post vers cet article avec un lien vers l’étude. On l’examinera et si elle a un rapport avec ce sujet, on l’ajoutera à cette page.

Voici les lettres et les études :

Absorption d’oxygène à la fréquence 60 GHz de la 5G

La fréquence des 60 GHz est une fréquence qui devrait etre couramment utilisée dans la 5G, notamment par les routeurs WiFi et par les téléphones portables a terme (ce n’est pas encore le cas). En raison de ses caractéristiques d’absorption de l’oxygène, une préoccupation majeure des gens au sujet de la fréquence 60 GHz est qu’elle peut interférer avec la capacité d’une personne à absorber l’oxygène dans les poumons. La fréquence de 60 GHz affecte l’orbite des électrons dans la molécule d’oxygène, ce qui affecte la capacité de la molécule d’oxygène à se lier à l’hémoglobine du sang. Voici quelques articles et une vidéo qui parlent de l’absorption d’oxygène par la fréquence de 60 GHz.

Le physicien britannique Barrie Trower parle de la 5G

Ces vidéos sur la 5G sont très importantes à regarder. Elles durent toutes deux environ une heure et demie, mais valent la peine d’être regardées si vous êtes intéressé par ce sujet. Barrie Trower est un expert dans ce domaine. C’est un physicien qui a passé toute sa carrière (en commençant dans l’armée) à étudier ce type de rayonnement sous toutes ses formes et utilisations. Il l’a vu utilisé à la fois comme arme militaire et dans la communication. Il s’agit d’une excellente vidéo sur ce sujet. (Voir l’article de Barrie Trower sur les abeilles et les rayonnements micro-ondes).

Joel Moskowitz PhD – Effets sur la santé des radiations des téléphones portables et des tours de téléphonie mobile : Implications pour la 5G

5G – Le système d’armes à énergie dirigée par excellence

Le Dr Sharon Goldberg, médecin et professeur de médecine interne, parle des problèmes de diabète et de santé mentale causés par la 5G

Dans la vidéo ci-dessous, le Dr Sharon Goldberg témoigne devant le Sénat des dangers de la technologie 5G. Elle est médecin et professeur de médecine interne. C’est une autre vidéo qui vaut la peine d’être regardée sur le sujet des effets des radiations 5G sur la santé. Vous pouvez également regarder son témoignage complet ici.

Arme à micro-ondes (ondes millimétriques) de 95 GHz pour le contrôle des foules dans l’armée américaine

Vous trouverez ci-dessous un article sur l’arme à micro-ondes de l’armée américaine pour le contrôle des foules, appelée « Active Denial System ». Elle disperse les foules en chauffant leur peau. Cette arme fonctionne à l’aide de 95 GHz, qui est une fréquence de la gamme 5G. C’est un excellent exemple du pouvoir de nuisance de ces fréquences 5G.

Descriptif complet en cliquant ici.

Études et informations générales sur les rayonnements de radiofrequences

Dans cette section, nous établissons des liens vers des études scientifiques évaluées par des pairs et portant sur les basses fréquences utilisées pour les téléphones cellulaires, les appareils sans fil et le WiFi. Il s’agit des fréquences 1G, 2G, 3G, 4G et 5G (G étant l’abréviation du mot « Generation ») qui utilisent entre 800 MHz et 6 GHz.

À titre de référence, le four à micro-ondes typique utilise la fréquence de rayonnement radiofrequence de 2,45 GHz pour cuire les aliments. Tous les appareils Bluetooth utilisent cette même fréquence de 2,45 GHz.

Voici les études :

Avis des scientifiques de l’EPA

Voici un article sur les préoccupations de l’EPA et ses efforts pour obtenir une meilleure norme de sécurité pour les rayonnements RF avant que le programme ne soit supprimé en 2014 : Recommandations et rapports de l’EPA sur les téléphones portables, les radiofréquences et les champs électromagnétiques.

Ci-dessous, un scientifique retraité de l’EPA donne son avis scientifique fondé sur des preuves lors d’une réunion communautaire à laquelle il a assisté :

Le physicien britannique Barrie Trower explique comment les rayonnements RF (micro-ondes) provoquent la mort subite du nourrisson et des dommages à l’ADN chez les bébés et les fœtus

Voici une autre interview vidéo de Barrie Trower, le même physicien expert en rayonnements micro-ondes dont on a parlé plus haut. Dans cette vidéo, il commence par présenter sa carrière et ses références. Puis, à environ 6 minutes de la vidéo, il aborde les problèmes de santé spécifiques (tels que la mort des crèches et les dommages à l’ADN) dont il a été personnellement témoin au cours de sa carrière. Une autre vidéo très instructive :

Des études montrent des moyens de se protéger contre ces radiations

Les sections suivantes, jusqu’a la fin de l’article, vous indiquent des liens vers des etudes qui montrent comment se proteger…

Aulterra Global Studies – Réduire les effets des radiations

Dans cette section, nous incluons des études scientifiques évaluées par des pairs et réalisées sur les produits Aulterra, qui montrent qu’ils contribuent à protéger les organismes vivants des effets nocifs de ce type de rayonnement. Ces produits Aulterra, et les produits EMF Harmony ci-dessous, sont les seuls produits que nous avons trouvés qui ont de véritables études scientifiques prouvant que leurs produits font ce qu’ils prétendent faire. On liste ces études ci-dessous pour que vous puissiez les lire et les examiner par vous-même.

Vous trouverez ci-dessous la vidéo d’un homme se faisant faire une analyse de sang de deux manières différentes à titre de comparaison. Le premier test a été effectué après qu’il ait parlé sur son téléphone portable. Le second test a été effectué après qu’il ait parlé au téléphone portable avec les autocollants Aulterra Neutralizer sur son téléphone portable.

Études scientifiques par EMF Harmony

Dans cette section, on inclue une étude tierce en double aveugle, ainsi que d’autres tests et études montrant les avantages de protection des produits EMF Harmony contre les différents types de radiations EMF, y compris les radiations RF 5G. On vous encourage à lire les deux études ci-dessus pour Aulterra ainsi que ces études sur les produits EMF Harmony, et de faire votre propre détermination sur lequel vous vous sentez le mieux.