Et – l’enquête criminelle sur Sussmann est en cours.

AUTEUR

TECHNO FOG

CATEGORIES

POSTÉ LE

25 janvier 2022

SOURCE

Techno Fog

Aujourd’hui, l’avocat spécial John Durham a fourni une « mise à jour des découvertes » au tribunal dans l’affaire Michael Sussmann. Dans ce document, disponible ici, il a révélé que son équipe a obtenu une énorme quantité d’informations provenant de diverses sources – y compris Perkins Coie, la campagne d’Hillary Clinton, et l’ancien avocat du DNC/Clinton, Mark Elias.

Alors que Sussmann a été accusé d’avoir fait de fausses déclarations à l’avocat général du FBI de l’époque, James Baker, concernant le canular Alfa Bank/Trump Organization (contexte ici), Durham note que le « gouvernement maintient également une enquête criminelle active et en cours sur » la conduite de Sussmann.

En d’autres termes, la conduite criminelle de Sussmann ne se limite probablement pas aux fausses déclarations. Il y a plus. Si nous devons faire une supposition éclairée, cela pourrait avoir un rapport avec la conspiration visant à accuser la Trump Organization d’avoir des communications secrètes par voie détournée avec Alfa Bank. Nous avons discuté de la possibilité d’une accusation de conspiration ici.

Maintenant, les preuves. Durham et son équipe ont obtenu le témoignage devant le grand jury des personnes suivantes :

  • Marc Elias, ancien associé de Perkins Coie et avocat du DNC et de Hillary Clinton.
  • L’ancien avocat général du FBI, James Baker
  • Des employés actuels de la CIA

Durham et son équipe ont terminé les entretiens avec les personnes suivantes :

  • L’ancien avocat général du FBI, James Baker
  • Plus de 24 autres employés actuels et anciens du FBI.
  • Des employés actuels et anciens de la CIA et de la DARPA.
  • 12 employés des « sociétés Internet » mentionnées dans l’acte d’accusation de Sussmann.
  • L’ancien président du cabinet d’avocats Perkins Coie de la DNC/Clinton.
  • Un ancien employé de la campagne de Clinton.
  • Des employés actuels et anciens de Georgia Tech (impliqués dans le canular d’Alfa)
  • Un employé de « Tech Executive-1 » – alias Rodney Joffe, un client de Sussmann qui a participé au canular de l’Alfa Bank

Mais il y a plus. Durham a obtenu des enregistrements/documents des entités suivantes :

  • La campagne d’Hillary Clinton
  • Perkins Coie
  • Hillary for America
  • Fusion GPS
  • Une société de relations publiques qui a conseillé Perkins Coie concernant les déclarations publiques sur la réunion de Sussmann avec James Baker
  • Les registres téléphoniques de nombreux employés actuels et anciens du FBI
  • « un mémorandum classifié et des rapports d’entretiens connexes relatifs à une enquête criminelle précédemment menée par le ministère de la Justice des États-Unis concernant une fuite potentielle d’informations classifiées »
  • Il a également sécurisé près de 400 courriels entre le FBI et Perkins Coie de janvier 2016 à juin 2017

Alors que nous nous attendions à un témoignage devant le grand jury, le fait que Mark Elias, l’avocat du DNC/Clinton, se soit présenté devant un grand jury mérite certainement d’être signalé.

Et cela nous amène à penser que Durham se concentre sur quelque chose de plus important que les fausses allégations d’Alfa Bank – peut-être le point de départ de tout cela : l’allégation de piratage russe. Comme nous l’avons déjà dit, il est possible que les preuves de « piratage russe » aient été placées par le DNC, Perkins Coie et autres pour que Crowdstrike les « trouve ».