Ils dirent : « Venez, construisons-nous une ville et une tour dont le sommet sera dans le ciel, pour nous faire un nom, sinon nous serons dispersés dans le monde entier. » Genèse 11:4 (La Bible d’Israël)

Publication originale le 21/01/2022.

AUTEUR

ADAM ELIYAHU BERKOWITZ

CATEGORIES

POSTÉ LE

25 janvier 2022

SOURCE

Israel 365 News

Le comité local de planification et de construction de Tel Aviv a donné le feu vert définitif à la construction de la tour Spiral Tower de 91 étages prévue par le groupe Azrieli.

La construction de cette structure de 350 metres de haut devrait durer quatre ans et son coût est estimé à 800 millions de dollars. Le groupe Azrieli, une société immobilière et de portefeuille israélienne, a annoncé son intention de construire le plus haut bâtiment d’Israël en complément de son complexe déjà impressionnant, l’Azrieli Center, à Tel Aviv. La nouvelle tour prendra place à côté des emblématiques tours circulaire, carrée et triangulaire qui composent le complexe Azrieli. En construisant la Spiral Tower, le groupe Azrieli se fera concurrence à lui-même, puisqu’il a construit le plus haut bâtiment d’Israël, l’Azrieli Sarona Tower, qui s’élève à 238 metres et compte 53 étages, il y a tout juste quatre ans.

Mais la tour Spiral ne sera pas la plus haute du pays. Ce titre reviendra à une structure de 400 mètres de haut, la tour Bein Arim, en cours de construction près de la Bourse israélienne du diamant, la Bursa, sur la route Menachem Begin à Tel Aviv. Sa construction devrait s’achever en 2023.

Les plans sont ambitieux, avec environ 150 000 mètres carrés contenant des espaces commerciaux, des bureaux, des résidences et un hôtel. Six niveaux de parking souterrains, couvrant une superficie de 45 000 mètres carrés, seront construits à la base de la structure, en plus d’un étage commercial relié directement au métro léger. Le sommet de la tour comprendra des espaces pour les conférences et les réunions, des espaces de loisirs et une vue à 360 degrés sur Tel Aviv et ses environs. On prévoit qu’environ 100 000 personnes traverseront le centre chaque jour.

Cette conception unique a été réalisée par Kohn Pedersen Fox Associates (KPF), un cabinet d’architecture basé à New York, à qui l’on doit cinq des dix plus hauts gratte-ciel du monde. Selon le communiqué de presse, les architectes se sont inspirés de la nature et de l’héritage juif.

La tour a été planifiée et développée selon une forme géométrique unique, jamais vue en Israël, qui capte l’œil et l’imagination. Le principal défi pour les initiateurs et les architectes était de créer une harmonie entre les trois tours emblématiques qui forment l’Azrieli Center et la nouvelle tour, une structure impressionnante, unique en son genre, qui se suffit à elle-même. Le design de la tour s’inspire des torsions de la coquille d’un escargot, en tentant d’imiter sa forme naturelle. Le design s’inspire également des anciens parchemins bibliques et de la façon dont ils se déploient vers le haut.

Les critiques plus cyniques du design pourraient établir une comparaison entre le design élégant présenté par les développeurs et certaines représentations de la tour de Babel de la Bible. Le récit biblique ne contient aucun détail, si ce n’est que les constructeurs aspirent à ce qu’elle atteigne de grandes hauteurs.

Ils dirent : « Venez, bâtissons-nous une ville, et une tour dont le sommet soit dans le ciel, pour nous faire un nom ; sinon nous serons dispersés dans le monde entier. » Genèse 11:4

Les sources juives traditionnelles fournissent des détails supplémentaires. Le Midrash (enseignements homilétiques) décrit « une idole au sommet tenant une épée, afin de donner l’impression qu’elle avait l’intention de faire la guerre à Dieu. » Le Midrash a également décrit une structure construite sur de hautes colonnes destinée à protéger la tour d’un autre déluge divin.

Certains chercheurs modernes ont associé la tour de Babel à des structures connues, notamment l’Etemenanki, une ziggourat dédiée au dieu mésopotamien Marduk construite par le roi babylonien Nabopolassar en 610 avant notre ère. En effet, la conception de la tour en spirale ressemble beaucoup à une ziggourat, une structure ancienne du Moyen-Orient construite en terrasses et composée d’étages ou de niveaux qui s’éloignent les uns des autres. En outre, comme dans le cas des tours Azrieli, chaque ziggourat faisait partie d’un plus grand complexe comprenant une cour, des salles de stockage, des salles de bain et des quartiers d’habitation, autour desquels une ville était construite.

Yisrael Rosenberg est un auteur qui a un lien puissant avec les implications spirituelles de la construction. Dans la journée, il travaille comme guide touristique dans les tunnels du Mur occidental.

« Le principal péché lié à la tour de Babel n’était pas dans leur action mais dans leur intention. L’essentiel est que l’intention des constructeurs et des architectes de la tour Azrieli est l’shem shamayim (au nom du ciel). Le fait qu’ils aient envisagé un rouleau de la Torah lors de la conception du bâtiment est remarquable. Même si c’était juste pour la beauté, la beauté peut être une louange à la création de Dieu ».

Rosenberg a noté que les constructeurs de la tour de Babel se sont réunis pour défier le ciel, d’où leur punition d’être divisés et dispersés.

« Tel Aviv a besoin de hautes tours puisqu’elle devient densément peuplée », a-t-il déclaré. « C’est un Tikkun (réparation) pour ce qui s’est passé après la Tour de Babel. Cela permet aux gens d’être ensemble en Israël. »

Il a également noté que pendant les 2 000 ans d’exil, les Juifs ont excellé dans de nombreux domaines, mais qu’ils étaient moins représentés dans l’architecture et l’aménagement du territoire.

« Tout ce que nous apprenons sur la construction en Israël se trouve à un pas du Beit Hamikdash », a déclaré Rosenberg. « Tout comme le Temple de Salomon, le Troisième Temple sera avec l’accord et la bénédiction de toutes les nations du monde et ce sera le plus grand projet de construction jamais vu. Nous devons apprendre à diriger le monde dans ce projet. »

À mesure que la technologie progresse, le désir de défier les cieux en construisant des tours s’accroît. L’année dernière, Amazon a dévoilé les plans de son nouveau siège social qui se dressera à Arlington, en Virginie, directement en face de Washington DC, de l’autre côté du fleuve Potomac. La méga-corporation a décrit le design comme une « double hélice », mais il est résolument similaire aux représentations de la tour de Babel.

Bien sûr, le titre de plus haut bâtiment du monde est actuellement détenu par le Burj Khalifa à Dubaï, dans les Émirats arabes unis, qui mesure 829.666 metres. La hauteur du toit, sans l’antenne mais avec une flèche de 244 m, est de 828.142 metres :