L’Arctique revêt une importance croissante pour les grandes puissances. Malgré les tensions entre la Russie et l’Occident en matière de politique de sécurité, le comportement de la Russie dans le Grand Nord montre néanmoins que Moscou a intérêt à ce que l’Arctique soit stable, selon la dernière évaluation des menaces des services de renseignement norvégiens.

Publication originale le 15/02/2022.

NDLR : article a lire pour bien comprendre la geopolitique et les enjeux en Arctique : https://www.actuintel.com/2022/02/25/limportance-croissante-des-etats-non-arctiques-dans-larctique/

AUTEUR

HILDE-GUNN BYE

CATEGORIES

POSTÉ LE

25 février 2022

SOURCE

High North News

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

Le service de renseignement norvégien (NIS), le service de sécurité de la police et l’autorité de sécurité nationale ont présenté vendredi dernier leur évaluation ouverte des menaces et des risques pour 2022.

Les trois acteurs ont tous souligné que la Norvège est confrontée à une image complexe de la menace. Cela inclut le fait que les outils utilisés contre la Norvège sont en dessous du seuil de conflit direct. Parmi ces outils, on peut citer les tentatives d’influence politique, les opérations d’information et de réseau, ainsi que le vol de technologies modernes avancées.

La Chine et la Russie sont une fois de plus mentionnées comme les deux menaces les plus importantes.

La puissance militaire russe est la plus grande menace militaire contre la souveraineté, la population, le territoire, les fonctions sociétales clés et les infrastructures de la Norvège, a déclaré le chef des services de renseignement, le vice-amiral Nils Andreas Stensønes, lors de la conférence de presse.

« Plusieurs des systèmes d’armes les plus avancés de la Russie (…) font partie du développement militaire des forces russes de ces dernières années. Ils ont la capacité d’atteindre des objectifs très précisément sur de vastes distances », a commenté Stensønes.

L’Arctique revêt une importance stratégique pour les grandes puissances.
– Focus 2022, les services de renseignement norvégiens

L’importance de l’Arctique ne cesse de croître

La rivalité entre les grandes puissances fait également l’objet d’une attention particulière dans le rapport d’évaluation des menaces du NIS. Le rapport, intitulé « Focus 2022 », souligne notamment que la concurrence croissante entre les grandes puissances conduit à une situation plus polarisée dans laquelle les petits États, comme la Norvège, doivent plus fréquemment prendre position sur les questions de conflits internationaux.

Dans la foulée, les services de renseignement soulignent que l’Arctique revêt une importance stratégique croissante pour les grandes puissances.

« Le dégel de la glace de mer entraîne un accès accru aux ressources et à de nouvelles routes commerciales. Moscou perçoit l’activité militaire occidentale dans la région comme une menace pour les intérêts russes et fait valoir que les autres États favorisent les mesures climatiques pour empêcher l’activité russe. »

En outre, la Norvège est accusée d’agir comme un facilitateur d’une « militarisation » accrue dans le Nord, selon les services de renseignement, qui exposent cette perspective russe :

« La Russie considère que l’évolution générale dans les pays nordiques et la mer Baltique est de plus en plus caractérisée par une activité militaire agressive des États-Unis et de l’OTAN. Moscou s’inquiète de la manière dont la coopération bilatérale des États-Unis avec les pays nordiques – selon Moscou – élargit rapidement les possibilités militaires des États-Unis dans la mer Baltique. »

« Dans cette vision régionale, la Norvège est perçue comme un facilitateur de la capacité alliée et américaine à projeter une force militaire dans la région de la mer Baltique ainsi que dans l’Arctique. »

La flotte du Nord n’agit pas de manière conflictuelle

La Russie continue de développer ses bases militaires et ses points d’appui tout au long de la côte arctique, rapporte l’Intelligence Service. Ils soulignent toutefois que les actions de la Russie dans le Grand Nord jusqu’à présent montrent que Moscou s’intéresse à une région arctique caractérisée par une faible tension et la stabilité.

Il est notamment fait référence au fait que la flotte du Nord, avec sa base dans la péninsule de Kola, n’a pas agi de manière conflictuelle envers les alliés dans le Grand Nord au cours des 18 derniers mois.

Ainsi, la dynamique est caractérisée par moins de confrontation que, par exemple, dans la mer Baltique. « Ici, la Russie a maintenu un niveau d’activité élevé au cours de l’année écoulée et a démontré sa volonté de prendre des mesures de confrontation contre les activités d’exercice des alliés. »

La Russie occupe actuellement la présidence du Conseil de l’Arctique. Les services de renseignement affirment que Moscou utilisera ce rôle pour se présenter comme un « acteur responsable et coopératif dans la région et se promouvoir comme l’acteur le plus important de l’Arctique. »

La Chine et l’Arctique

Selon le rapport, l’objectif de la Chine dans la région arctique est lié aux ambitions de grande puissance, à l’accès aux ressources, aux routes commerciales et au changement climatique.

« Même si Beijiing cherche à renforcer la coopération arctique avec la Russie, les autorités chinoises tiennent compte de l’importance de la région pour la Russie et font preuve de retenue. La Chine n’a pas encore opéré militairement dans l’Arctique, mais elle travaille à renforcer les conditions d’une présence militaire et civile. La capacité et la marge de manœuvre de la Chine vont augmenter, bien que lentement et progressivement », écrivent les services de renseignement.

Présentation de l’évaluation conjointe des menaces

Dans l’évaluation annuelle de la menace « Focus », les services de renseignement fournissent leur analyse de la situation actuelle ainsi que de l’évolution prévisible dans les domaines thématiques et géographiques que les services considèrent comme particulièrement importants pour la sécurité norvégienne et l’intérêt national.

L’évaluation annuelle de la menace par le Service de sécurité de la police est une analyse de l’évolution attendue dans les domaines de responsabilité du PSS, notamment la terreur, l’espionnage et les menaces contre les personnes en position d’autorité.

Le rapport de la NSA intitulé « Risk 2022 – Increased risk requires increased alertness » (Risque 2022 – Un risque accru exige une vigilance accrue) évalue le risque pour la société [norvégienne] d’être frappée par des actions délibérées susceptibles de nuire à des intérêts sociétaux importants.