Les dernières données publiées par l’Agence britannique de sécurité sanitaire confirment que les décès augmentent de façon spectaculaire parmi la population triplement vaccinée, tandis qu’ils diminuent régulièrement parmi la population non vaccinée en Angleterre.

AUTEUR

THE EXPOSE

CATEGORIES

POSTÉ LE

2 mars 2022

SOURCE

The Expose

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

Les dernières données publiées par l’Agence britannique de sécurité sanitaire confirment que les décès augmentent de façon spectaculaire parmi la population triplement vaccinée, tandis qu’ils diminuent régulièrement parmi la population non vaccinée en Angleterre.

Ce sont des jours sombres pour les citoyens ukrainiens, mais si vous regardez les informations grand public ou lisez un journal grand public, vous pourriez être excusé de penser que le sort des Ukrainiens est actuellement le seul événement qui se déroule dans le monde.

L’invasion russe est diffusée en boucle 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 par la BBC et Sky News, sans que l’on entende un seul mot sur Covid-19, alors que l’on ne diffuse que de la propagande et des mensonges sur la pandémie depuis deux ans.

C’est dans ces moments-là qu’il faut faire attention aux mauvaises nouvelles qui sont publiées discrètement en arrière-plan dans l’espoir qu’elles ne reçoivent pas beaucoup d’attention, car il n’y a rien de mieux qu’une crise internationale pour distraire le public de ce qui se passe chez lui.

Ceci étant dit, jetons un coup d’œil à ce que le gouvernement britannique a publié « discrètement » la semaine dernière concernant la situation du Covid-19 en Angleterre.

L’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) publie chaque semaine un rapport de surveillance du vaccin Covid-19, dont le plus récent a été publié le jeudi 24 février 22, et qui peut être consulté ici.

Le tableau 10, qui se trouve à la page 41 du dernier rapport, montre le nombre de cas de Covid-19 par statut vaccinal en Angleterre entre le 24 janvier et le 20 février 22, et confirme que la grande majorité a été enregistrée parmi la population triplement vaccinée.

Au total, entre le 24 janvier et le 20 février, 1 490 464 cas de Covid-19 ont été enregistrés en Angleterre. La population triplement vaccinée représentait 752 126 cas, tandis que la population non vaccinée représentait 404 030 cas, dont 303 107 chez les enfants.

Au total, la population vaccinée a représenté 1 086 434 cas, soit 73% de tous les cas de Covid-19 entre le 24 janvier et le 20 février 22. Mais si l’on retire les enfants de l’équation, on constate que la population vaccinée représentait 91% de tous les cas de Covid-19 chez les plus de 18 ans en Angleterre.

Le tableau 11, qui se trouve à la page 42 du dernier rapport, indique le nombre d’hospitalisations dues au Covid-19 en fonction du statut vaccinal en Angleterre entre le 24 janvier et le 20 février 2002, et confirme que la grande majorité des cas ont été enregistrés parmi la population triplement vaccinée.

Au total, il y a eu 9 230 hospitalisations liées au Covid-19 en Angleterre entre le 24 janvier et le 20 février 22, et la population triplement vaccinée a représenté 4 936 d’entre elles, tandis que la population non vaccinée en a représenté 2 341, dont 1 132 seraient des enfants.

Mais c’est là que les données n’ont pas beaucoup de sens. Nous savons que la variante Omicron est désormais la variante dominante en Angleterre, et nous savons qu’elle provoque une maladie d’une gravité équivalente à celle du rhume. Alors pourquoi les données montrent-elles que les hospitalisations d’enfants dues à la Covid-19 sont plus de deux fois supérieures à celles enregistrées lorsque la souche Delta était dominante ?

Le tableau suivant est extrait du rapport de surveillance du vaccin Covid-19 de Public Health England – Semaine 36 – 2021, et montre qu’entre la semaine 32 et la semaine 35 de 2021 (lorsque Delta était la variante dominante), 404 hospitalisations liées à la Covid-19 ont été enregistrées chez les moins de 18 ans en Angleterre.

Ce nombre d’hospitalisations chez les moins de 18 ans est typique de la plupart des rapports hebdomadaires, alors pourquoi diable les hospitalisations dues au Covid-19 atteignent-elles maintenant 1 132 chez les enfants ?

Nous savons que les enfants n’ont jamais couru un risque élevé de souffrir d’une maladie grave due au Covid-19, et tout le monde devrait savoir maintenant qu’une personne peut être hospitalisée pour une jambe cassée et classée dans la catégorie des hospitalisations dues au Covid-19 si elle est testée positive au Covid-19 par un test très douteux dans les 28 jours suivant son admission.

Mais nous savons aussi que le gouvernement britannique et le NHS tentent de justifier la décision du professeur Chris Whitty de passer outre le Joint Committee on Vaccination and Immunisation et de proposer le vaccin Covid-19 aux enfants.

Sommes-nous en train de voir l’UKHSA manipuler les chiffres en effectuant des tests de masse sur des enfants déjà hospitalisés, pour donner l’impression que la vaccination expérimentale Covid-19 serait bénéfique pour les enfants ?

Lorsque nous incluons les enfants dans les chiffres d’hospitalisation, nous constatons que la population vaccinée représentait 75% de toutes les hospitalisations dues au Covid-19 entre le 24 janvier et le 20 février 22. Mais si l’on exclut les enfants, on constate que la population vaccinée représentait 85% de toutes les hospitalisations dues au Covid-19 chez les plus de 18 ans en Angleterre.

Le tableau 12, qui se trouve à la page 43 du dernier rapport, montre le nombre de décès dus à la maladie de Covid-19 par statut vaccinal en Angleterre entre le 24 janvier et le 20 février 22, et il confirme une fois de plus que la grande majorité a été enregistrée parmi la population triplement vaccinée.

Au total, 4 861 décès dus à la maladie de Covid-19 ont été enregistrés entre le 24 janvier et le 20 février 22, dont 3 120 par la population triplement vaccinée. La population non vaccinée n’en comptait que 559.

Au total, la population vaccinée a représenté 89 % de tous les décès dus au Covid-19 au cours de ces quatre semaines, avec 4 302 décès enregistrés. Cela signifie que la population vaccinée est désormais responsable de 9 décès sur 10, et la population triplement vaccinée de 4 décès sur 5.

Mais ce qui est le plus inquiétant ici, c’est que la situation s’améliore de semaine en semaine pour la population non vaccinée, alors qu’elle se dégrade pour la population triplement vaccinée.

D’après le rapport de surveillance des vaccins de la semaine 51 – 2021, le nombre total de décès présumés dus au virus Covid-19, par statut vaccinal, entre le 22 novembre et le 19 décembre, tel que confirmé par le tableau 10, est le suivant :

  • Population non vaccinée = 889 décès
  • Population partiellement vaccinée = 117 décès
  • Population triplement/doublement vaccinée = 2 796 décès

Cela signifie que la population vaccinée a représenté 77% des décès dus au Covid-19 entre le 22 novembre et le 19 décembre, et révèle que le nombre de décès dus au Covid-19 dans l’ensemble de la population vaccinée était inférieur de 207 au nombre total de décès dus au Covid-19 enregistrés dans la seule population triplement vaccinée entre le 24 janvier et le 20 février 22.

Les décès parmi les non-vaccinés sont passés de 889 entre le 22 novembre et le 19 décembre 21 à 559 entre le 24 janvier et le 20 février 22. Cela représente une diminution de 37 % du nombre total de décès.

Mais les décès dans la population vaccinée ont augmenté, passant de 2 913 entre le 22 novembre et le 19 décembre 21 à 4 302 entre le 24 janvier et le 20 février 22. Cela représente une augmentation de 48 % du nombre total de décès.

Ce n’est pas le genre de chiffres auxquels on s’attendrait si les injections de Covid-19 étaient réellement efficaces à 95% pour prévenir les hospitalisations et les décès, n’est-ce pas ?

Alors que vous étiez distraits par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le gouvernement britannique a publié un rapport confirmant que les personnes entièrement vaccinées sont désormais responsables de 9 décès sur 10 dus au Covid-19 en Angleterre. Avec de telles nouvelles balayées sous le tapis par les grands médias, on peut se demander ce qu’ils vont encore tenter de cacher dans les semaines à venir ?