Les hôpitaux sont rémunérés pour le dépistage de COVID chez chaque patient, pour chaque diagnostic de COVID et pour chaque « décès de COVID », ainsi que pour chaque utilisation de remdesivir et de ventilation mécanique.

NDLR : On vous parlait deja des incitations financieres dans cet article au mois de Decembre 2021 : https://www.actuintel.com/2021/12/23/la-prime-de-biden-sur-votre-vie-les-paiements-incitatifs-des-hopitaux-pour-le-covid-19/

AUTEUR

JOSEPH MERCOLA

CATEGORIES

POSTÉ LE

4 mars 2022

SOURCE

The Epoch Times

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

Au début de la pandémie de COVID, les gens soupçonnaient que les décès attribués à l’infection étaient exagérés. Les preuves en étaient nombreuses. Pour commencer, les hôpitaux ont reçu des instructions et des incitations pour que tout patient dont le test de dépistage du COVID était positif et qui décédait par la suite dans un certain laps de temps soit considéré comme un décès dû au COVID.

Dans le même temps, nous savions que le test PCR n’était pas fiable, produisant un nombre démesuré de faux positifs. Aujourd’hui, la vérité commence enfin à éclater et, comme on s’en doutait, le nombre réel de décès est nettement inférieur à ce que l’on nous a fait croire.

Les décès dus au COVID ont été largement surestimés

Dans la vidéo ci-dessus, le Dr John Campbell examine les données récentes publiées par le gouvernement britannique en réponse à une demande de la loi sur la liberté d’information (FOIA). Elles montrent que le nombre de décès au cours de l’année 2020 en Angleterre et au Pays de Galles, où le COVID-19 était la seule cause de décès, était de 9 400. Parmi eux, 7 851 étaient âgés de 65 ans et plus. L’âge médian du décès était de 81,5 ans.

Au cours du premier trimestre de 2021, il y a eu 6 483 décès où le COVID-19 était la seule cause de décès, là encore la grande majorité, 4 923, étant survenue chez des personnes âgées de plus de 65 ans.

Au total, 346 personnes sont mortes du seul COVID-19 au cours du deuxième trimestre de 2021, et au troisième trimestre, le nombre de décès dus au COVID s’est élevé à 1 142. Encore une fois, il s’agit de personnes qui ne présentent aucune autre affection sous-jacente qui aurait pu causer leur décès.

Au total, pour les 21 mois allant de janvier 2020 à septembre 2021, le nombre total de décès dus au COVID-19 en Angleterre et au Pays de Galles s’est élevé à 17 371, ce qui est très loin de ce qui a été rapporté. À la fin du mois de septembre 2021, le gouvernement britannique a déclaré qu’il y avait 137 133 décès dans les 28 jours suivant un test positif, et ces décès ont donc tous été comptabilisés comme des « décès dus au COVID ».

Lors d’une conférence de presse tenue le 19 janvier 2022, le secrétaire britannique à la santé, Sajid Javid, a admis que les chiffres quotidiens du gouvernement n’étaient pas fiables, car des personnes sont mortes et continuent de mourir de pathologies sans rapport avec le COVID-19, mais sont incluses dans le décompte en raison d’un test positif.

Il a également admis qu’environ 40 % des patients actuellement comptabilisés comme des patients hospitalisés pour le COVID n’ont pas été admis en raison des symptômes du COVID. Ils ont été admis pour d’autres pathologies et ont simplement été testés positifs.

Le COVID a principalement tué les personnes proches de la mort de toute façon

Le Dr Campbell souligne également que sur les 17 371 personnes dont le COVID-19 était la seule cause de décès, 13 597 avaient 65 ans ou plus. L’âge moyen du décès dû au COVID au Royaume-Uni en 2021 était de 82,5 ans. Comparez cela à l’espérance de vie prévue au Royaume-Uni, qui est de 79 ans pour les hommes et de 82,9 ans pour les femmes. Cela ne constitue guère une urgence, surtout pour les personnes en bonne santé en âge de fréquenter l’école ou de travailler.

M. Campbell passe ensuite en revue les données relatives à la surmortalité due au cancer. Selon les estimations, il y a eu 50 000 décès supplémentaires dus au cancer au cours des 18 derniers mois – des décès qui n’auraient normalement pas eu lieu. Les retards de diagnostic et l’impossibilité de recevoir un traitement adéquat en raison des restrictions du COVID seraient les principales raisons de ce phénomène.

Comme l’a fait remarquer M. Campbell, lorsque nous examinons les décès excédentaires, nous devons vraiment tenir compte d’éléments tels que l’âge du décès. Le COVID-19, apparemment, a tué principalement des personnes qui étaient de toute façon proches de la fin de leur espérance de vie, de sorte que la perte d’années de vie de qualité n’est pas particulièrement significative.

Il faut comparer ce chiffre aux décès de personnes âgées de 30, 40 et 50 ans qui sont mortes de cancers non traités et d’autres maladies chroniques, grâce aux restrictions du COVID.

Le CDC souligne le rôle des comorbidités dans les décès des vaccinés contre le COVID

Aux États-Unis, les données suggèrent un schéma similaire de statistiques exagérées sur les décès dus au COVID. Plus récemment, le Dr Rochelle Walensky, directrice des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, a cité des recherches montrant que 77,8 % des personnes qui avaient reçu le vaccin COVID et qui sont décédées de/avec le COVID présentaient également, en moyenne, quatre comorbidités.

« Donc, en réalité, ce sont des personnes qui n’étaient pas bien au départ », a déclaré Walensky. Mais si Walensky considère cette étude comme la preuve que l’injection de COVID fait des merveilles pour réduire le risque de décès, le même schéma a été montré chez les personnes non vaccinées. Les personnes sans comorbidité n’ont pas à s’inquiéter de l’effet du COVID.

« Le COVID est un risque mortel uniquement pour les plus malades d’entre nous, et cela est vrai que l’on soit « vacciné » ou non. »

Par exemple, une étude réalisée en 2020 a révélé que 88 % des patients hospitalisés au COVID dans la ville de New York présentaient deux comorbidités ou plus, que 6,3 % avaient un seul problème de santé sous-jacent et que 6,1 % n’en avaient aucun. À cette époque, aucun vaccin COVID n’était disponible.

De même, fin août 2020, les CDC ont publié des données montrant que seulement 6 % du nombre total de décès avaient le COVID-19 comme seule cause de décès. Les 94 % restants avaient eu en moyenne 2,6 comorbidités ou conditions de santé préexistantes qui ont contribué à leur décès. Donc, oui, le COVID est un risque mortel uniquement pour les plus malades d’entre nous, comme l’a dit Walensky, mais cela est vrai que vous soyez « vacciné » ou non.

La plupart des décès liés au COVID sont probablement dus à des négligences dans l’utilisation des ventilateurs

Outre la question de savoir si les gens meurent « du » COVID ou « avec » un test positif au SRAS-CoV-2, il y a la question de savoir si un traitement incorrect tue les patients COVID. Au début du mois d’avril 2020, les médecins ont prévenu que le fait de placer les patients atteints de COVID-19 sous ventilation mécanique augmentait leur risque de décès.

Une enquête a montré qu’à New York, 80 % des patients sous COVID-19 placés sous ventilation mécanique sont morts, ce qui a conduit certains médecins à remettre en question leur utilisation. Des données britanniques ont établi ce chiffre à 66 % et une petite étude menée à Wuhan a révélé que 86 % des patients ventilés mouraient. Dans un article du 8 avril 2020, STAT News a rapporté :

« De nombreux patients ont un taux d’oxygène dans le sang si bas qu’ils devraient être morts. Mais ils ne cherchent pas à respirer, leur cœur ne s’emballe pas et leur cerveau ne montre aucun signe d’extinction par manque d’oxygène.

Les médecins spécialisés dans les soins intensifs soupçonnent donc que les taux d’oxygène dans le sang, qui, pendant des décennies, ont orienté les décisions relatives à l’assistance respiratoire des patients atteints de pneumonie et de détresse respiratoire aiguë, pourraient les induire en erreur quant à la manière de traiter les patients atteints de COVID-19.

En particulier, de plus en plus de personnes s’inquiètent du recours à l’intubation et aux ventilateurs mécaniques. Ils font valoir que davantage de patients pourraient bénéficier d’une assistance respiratoire plus simple et non invasive, comme les masques respiratoires utilisés dans le cas de l’apnée du sommeil, au moins au début et peut-être pendant toute la durée de la maladie. »

À l’époque, le Dr Cameron Kyle-Sidell, médecin urgentiste, a fait valoir que les symptômes des patients avaient plus en commun avec le mal de l’altitude qu’avec une pneumonie. De même, un article des docteurs Luciano Gattinoni et John J. Marini, spécialistes des soins intensifs, a décrit deux types différents de présentations de COVID-19, qu’ils appellent type L et type H. Alors que l’un a bénéficié d’une ventilation mécanique, l’autre non.

Malgré cela, mettre les patients atteints de COVID sous ventilation mécanique est, à ce jour, la « norme de soins » pour les COVID aux États-Unis. Il ne fait aucun doute que la plupart des premiers patients atteints de COVID sont morts à cause d’une erreur de ventilation, et des patients continuent d’être tués – non pas à cause de la COVID mais à cause de traitements nocifs.

Il existe de meilleures alternatives à la ventilation

La ventilation mécanique peut facilement endommager les poumons car elle pousse l’air dans les poumons avec force. L’oxygénothérapie hyperbare (OHB) serait probablement une meilleure solution, car elle permet à votre corps d’absorber un pourcentage plus élevé d’oxygène sans forcer l’air dans les poumons. L’OHB améliore également la fonction mitochondriale, contribue à la désintoxication, inhibe et contrôle l’inflammation et optimise la capacité de guérison innée de votre corps.

Les médecins ont également obtenu d’excellents résultats en utilisant des canules nasales à haut débit à la place des ventilateurs. Comme indiqué dans un communiqué de presse d’avril 2020 des médecins de UChicago Medicine :

« Les canules nasales à haut débit, ou HFNC, sont des pinces nasales non invasives qui se placent sous les narines et soufflent de grands volumes d’oxygène chaud et humidifié dans le nez et les poumons.

Une équipe du service des urgences de l’UChicago Medicine a pris 24 patients COVID-19 en détresse respiratoire et leur a donné des HFNC au lieu de les mettre sous respirateur. Les patients se sont tous extrêmement bien portés, et un seul d’entre eux a dû être intubé après 10 jours …

Les HFNC sont souvent associés à la position couchée, une technique qui consiste à allonger les patients sur le ventre pour faciliter la respiration. Ensemble, ils ont permis aux médecins de l’UChicago Medicine d’éviter des dizaines d’intubations et ont réduit les risques de mauvais résultats pour les patients du COVID-19, a déclaré Thomas Spiegel, MD, directeur médical du service des urgences de l’UChicago Medicine. Le proning et les canules nasales à haut débit combinés ont permis de faire passer le niveau d’oxygène des patients d’environ 40 % à 80 % et 90 %… »

Comment utiliser le positionnement couché à la maison

Vous pouvez également utiliser la position couchée à la maison si vous luttez contre la toux ou si vous avez du mal à respirer. Si vous avez du mal à respirer, vous devez consulter un médecin en urgence. Toutefois, en cas de toux ou d’essoufflement léger traité à domicile, essayez d’éviter de passer beaucoup de temps allongé sur le dos.

Les directives de l’hôpital Elmhurst suggèrent de « s’allonger sur le ventre et dans différentes positions pour aider votre corps à faire pénétrer l’air dans toutes les parties de vos poumons ». Les directives recommandent de changer de position toutes les 30 minutes à deux heures, notamment :

  • Allongé sur le ventre
  • Allongé sur le côté droit
  • S’asseoir
  • Allongé sur le côté gauche

Il s’agit d’un moyen simple d’aider à soulager les difficultés respiratoires à la maison. Si vous ou un de vos proches est hospitalisé, cette technique peut également être utilisée dans ce cas.

Les incitations des hôpitaux font augmenter les décès dus au COVID

On peut se demander pourquoi les médecins et les administrateurs d’hôpitaux insistent pour utiliser des traitements dont on sait qu’ils sont au mieux inefficaces et au pire mortels, tout en refusant obstinément d’administrer tout ce qui a fait ses preuves, qu’il s’agisse de vitamine C par voie intraveineuse, d’hydroxychloroquine et de zinc, d’ivermectine ou de corticostéroïdes.

La réponse la plus probable est qu’ils protègent leurs résultats financiers. Aux États-Unis, les hôpitaux risquent non seulement de perdre les subventions fédérales s’ils administrent ces traitements, mais ils reçoivent également diverses incitations pour faire toutes les mauvaises choses. Les hôpitaux reçoivent des paiements pour :

  • les tests COVID pour tous les patients
  • Diagnostics COVID
  • L’admission d’un « patient COVID ».
  • Utilisation de remdesivir
  • Utilisation de la ventilation mécanique
  • Décès dus au COVID

Pire encore, il est prouvé que certains systèmes hospitaliers, et peut-être tous, ont renoncé aux droits des patients, faisant de toute personne diagnostiquée avec le COVID un prisonnier virtuel de l’hôpital, sans possibilité d’exercer un consentement éclairé. En bref, les hôpitaux font ce qu’ils veulent avec les patients, et ils ont tout intérêt à les maltraiter, et aucun intérêt à leur donner des traitements autres que ceux qui leur sont dictés par les National Institutes of Health.

Comme le rapporte le Citizens Journal, le gouvernement américain verse aux hôpitaux un « bonus » sur l’ensemble de la facture hospitalière s’ils utilisent le remdesivir, un médicament dont il a été démontré qu’il provoque de graves dommages aux organes. Même les coroners reçoivent des primes pour chaque décès dû au COVID-19.

Votre vie a été mise à prix

« Qu’est-ce que cela signifie pour votre santé et votre sécurité en tant que patient à l’hôpital ? ». Le Journal des Citoyens demande. Sans mâcher les mots, cela signifie que votre santé est gravement menacée. Citizen Journal compare les traitements COVID dirigés par le gouvernement à une prime placée sur votre vie, où les paiements sont liés à votre déclin, et non à votre guérison.

« Pour le Remdesivir, les études montrent que 71 à 75% des patients souffrent d’un effet indésirable, et le médicament a souvent dû être arrêté après cinq à dix jours à cause de ces effets, tels que des lésions rénales et hépatiques, et la mort », écrit Citizen Journal :

« Les essais du Remdesivir pendant l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2018 ont dû être interrompus parce que le taux de décès dépassait 50%. Pourtant, en 2020, Anthony Fauci a ordonné que le Remdesivir soit le médicament utilisé par les hôpitaux pour traiter le COVID-19, même lorsque les essais cliniques du COVID sur le Remdesivir ont montré des effets indésirables similaires.

Chez les patients ventilés, le nombre de décès est stupéfiant … [l’avocat Thomas] Renz a annoncé lors d’une conférence de presse de la Fondation Truth for Health que les données de la CMS montraient que dans les hôpitaux du Texas, 84,9 % de tous les patients mouraient après plus de 96 heures sous respirateur.

Il y a ensuite les décès dus aux restrictions imposées aux traitements efficaces des patients hospitalisés. Renz et une équipe d’analystes de données ont estimé que plus de 800 000 décès dans les hôpitaux américains, chez les patients COVID-19 et autres, ont été causés par des approches restreignant les fluides, la nutrition, les antibiotiques, les antiviraux efficaces, les anti-inflammatoires et les doses thérapeutiques d’anticoagulants.

Les soins médicaux dictés par le gouvernement sont à leur pire niveau depuis que le gouvernement fédéral a imposé ces traitements inefficaces et dangereux pour le COVID-19, puis a créé des incitations financières pour que les hôpitaux et les médecins n’utilisent que ces approches « approuvées » (et payées).

La communauté médicale des hôpitaux et du personnel médical employé par les hôpitaux, qui nous inspirait auparavant confiance, est en fait devenue un  » chasseur de primes  » pour votre vie.

Les patients doivent maintenant prendre des mesures sans précédent pour éviter d’aller à l’hôpital pour le COVID-19. Les patients doivent prendre des mesures actives pour planifier, avant de tomber malade, un traitement précoce à domicile du COVID-19 qui peut vous aider à sauver votre vie. »

Traiter les symptômes du COVID immédiatement et de manière agressive

Compte tenu des incertitudes entourant le diagnostic, il est préférable de traiter rapidement tout symptôme de rhume ou de grippe. Dès les premiers symptômes, commencez le traitement. Il peut s’agir d’un simple rhume ou d’une grippe ordinaire, ou encore de l’Omicron, beaucoup plus bénin, mais comme il est difficile de le savoir, le mieux est de traiter les symptômes comme vous le feriez pour les formes antérieures du COVID.

Compte tenu de la contagiosité d’Omicron, il y a de fortes chances que vous l’attrapiez, alors achetez ce dont vous avez besoin maintenant, afin de l’avoir sous la main si/quand les symptômes apparaissent. N’oubliez pas que cela s’applique également à ceux qui ont été vaccinés, car vous êtes tout aussi susceptibles d’être infectés, voire plus. Les protocoles de traitement précoce dont l’efficacité a été démontrée sont les suivants :

Sur la base de mon examen de ces protocoles, j’ai élaboré le résumé suivant des traitements spécifiques que je crois être les plus faciles et les plus efficaces :

Références