Metabiota, une société de suivi et de réponse aux pandémies qui a collaboré avec l’EcoHealth Alliance de Peter Daszak et l’Institut de virologie de Wuhan, a été l’un des principaux bailleurs de fonds de Rosemont Seneca Technology Partners, un groupe d’investissement dirigé par Hunter Biden.

Publication originale le 28/06/2021.

NDLR : On vous a deja donne des information au sujet de Metabiota sur notre canal Telegram :

  • Document qui montre la corruption des democrates en Ukraine : 1_4963449328937992798 (PDF) – Ce diagramme est tres haut niveau et vous montre la corruption des democrates en Ukraine. Les rectangles verts vous montrent les lanceurs d’alerte.
  • Ce diagrame qu’on vous a traduit montre ce qui se passe au sein de Metabiota : Metabiota (PDF) – A lire en complement : https://t.me/actuintel/11883
  • Faites les liens entre les entites/personnes dans ces diagrammes…
  • On parle aussi de Metabiota dans cet article : https://www.actuintel.com/2022/03/01/les-armes-biologiques-du-pentagone/
  • Si vous avez bien suivi depuis ces derniers temps, vous comprenez donc que tout repose sur une constellation d’hommes et femmes politiques de tous bords et d’agences gouvernementales (FBI, CIA, Pentagone…) et scientifiques (NIH, NIAID, CDC…) corrompues, et bien sur la mafia mediatique. Le tout lie a un nombre incalculable de societes (Burisma, Metabiota, Arabella Advisors, etc.) et de fondations (Fondation Clinton, Croix Rouge, etc.). C’est comme une gigantesque toile d’araignee qu’ils ont tisse tranquilement au fil du temps. Tout s’eclaircit au fur et a mesure qu’on avance…
  • Le fait que TOUS les media mainstream et TOUS les fact checkers vous disent que les biolabs n’existent pas devrait vous mettre la puce a l’oreille. Ce sont les memes techniques qu’ils ont utilise pendant le COVID. Tout ce qui allait a l’encontre du narratif officiel etait considere comme faux.
  • La sous-secrétaire d’État aux affaires politiques confirme la présence d’installations de recherche biologique en Ukraine. « L’Ukraine possède des installations de recherche biologique dont nous craignons maintenant que les troupes et les forces russes ne cherchent à prendre le contrôle. » https://t.me/actuintel/12765 et https://t.me/actuintel/12722
  • Il y a aussi cet article qui implique Obama alors qu’il n’etait que Senateur : https://www.actuintel.com/2022/03/08/exclusif-des-pages-web-supprimees-montrent-quobama-a-dirige-un-effort-pour-construire-un-laboratoire-biologique-base-en-ukraine-et-manipulant-des-agents-pathogenes-particulierement-dangereux/
  • Enfin, voyez l’intelligence que les Russes ont obtenu sur le sujet : https://t.me/realKarliBonne/78286

AUTEUR

OLIVER COOK

CATEGORIES

POSTÉ LE

8 mars 2022

SOURCE

The BL

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

Rosemont Seneca Technology Partners (RSTP) est une spin-off de Rosemont Capital, une société de capital-risque créée par le beau-fils de Biden (Hunter) et John Kerry en 2009. Biden y a occupé le poste de directeur général.

L’une des entreprises mentionnées dans les versions archivées du portefeuille de la société est Metabiota, une startup basée à San Francisco qui prétend détecter, suivre et analyser les nouvelles maladies infectieuses, a révélé The National Pulse.

Selon les rapports financiers, RSTP a mené le premier tour de table de la société, qui s’est élevé à 30 millions de dollars. Neil Callahan, l’ancien directeur général et cofondateur de RSTP – un nom qui apparaît fréquemment sur le disque dur de Hunter Biden – est également membre du conseil consultatif de Metabiota.

Origine de Metabiota & COVID-19

Depuis 2014, Metabiota est un partenaire d’EcoHealth Alliance dans le cadre de l’initiative « PREDICT » de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), qui vise à « prévoir et prévenir les menaces mondiales de maladies émergentes. »

Dans le cadre de cette initiative, des chercheurs de Metabiota, d’EcoHealth Alliance et de l’Institut de virologie de Wuhan ont collaboré à une étude sur les maladies infectieuses des chauves-souris en Chine. Selon la recherche, « des tests RT-PCR sensibles et largement réactifs ont été réalisés à l’Institut de virologie de Wuhan, Académie chinoise des sciences ».

Shi Zhengli, le directeur du Centre des maladies infectieuses émergentes du laboratoire de Wuhan du Parti communiste chinois, est l’un des chercheurs inclus dans la publication de 2014 susmentionnée. Peter Daszak, qui a récemment été retiré du panel COVID-19 du Lancet en raison de nombreux conflits d’intérêts en tant que « collaborateur de longue date » de l’Institut de virologie de Wuhan, est nommé en tant que contributeur.

Daszak est également un personnage clé dans les origines possibles de COVID-19. Son alliance EcoHealth a utilisé des fonds publics pour collaborer à la recherche sur le coronavirus de la chauve-souris à Wuhan avec le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) d’Anthony Fauci.

Les chercheurs d’EcoHealth Alliance et de Metabiota ont également collaboré à des présentations sur la manière de « vivre en sécurité avec les chauves-souris » et à des études établissant un lien entre les nouvelles épidémies de maladies infectieuses et les installations de commerce d’espèces sauvages, comme les « marchés humides ».

« Le commerce d’espèces sauvages peut faciliter la transmission de maladies zoonotiques et représente une menace pour la santé humaine et les économies en Asie, mise en évidence par l’épidémie de coronavirus du SRAS de 2003, où un marché d’espèces sauvages chinois a facilité la transmission d’agents pathogènes », note le document de 2016.

Pour une étude de 2014 sur le débordement du henipavirus, une étude de 2014 sur la surveillance d’Ebola, une étude de 2015 sur l’herpès et une étude de 2015 sur la diversité virale, les chercheurs de Metabiota ont été nommés avec le personnel d’EcoHealth Alliance.

Outre ses liens avec EcoHealth Alliance, Metabiota a également été critiquée pour avoir « bâclé » la réponse américaine à Ebola.

Metabiota et la crise d’Ebola

« Une société américaine qui se présente comme une pionnière dans le suivi des épidémies émergentes a commis une série d’erreurs coûteuses lors de l’épidémie d’Ebola de 2014 qui a balayé l’Afrique de l’Ouest – avec des employés se querellant avec leurs collègues intervenants, contribuant à des cas d’Ebola mal diagnostiqués et se trompant à plusieurs reprises sur la trajectoire du virus », a révélé une enquête de l’Associated Press sur la société.

Selon les rapports, la société a exacerbé une « situation déjà chaotique », ce qui a incité les autorités de l’Organisation mondiale de la santé à la dénoncer :

Les courriels obtenus par l’AP et les entretiens avec des travailleurs humanitaires sur le terrain montrent que certaines des actions de la société ont aggravé une situation déjà chaotique.

Le Dr Eric Bertherat, expert de l’OMS en matière d’épidémies, a écrit à ses collègues dans un courriel du 17 juillet 2014 au sujet de diagnostics erronés et d’une « confusion totale » au laboratoire gouvernemental de la Sierra Leone que Metabiota partageait avec l’Université de Tulane dans la ville de Kenema. Il a déclaré qu’il n’y avait « aucun suivi des échantillons » et « absolument aucun contrôle sur ce qui est fait. »

« C’est une situation que l’OMS ne peut plus cautionner », a-t-il écrit.
AP

En avril 2021, l’USAID de Joe Biden a lancé un nouveau programme de détection des maladies infectieuses émergentes à potentiel pandémique, coordonné par EcoHealth Alliance. Metabiota, dont les chercheurs ont été cités comme auteurs d’articles liés à la surveillance du coronavirus en Afrique depuis juin 2021, coopère également à cette entreprise financée par le contribuable.