10 mars (Reuters) – L’Organisation mondiale de la santé a conseillé à l’Ukraine de détruire les agents pathogènes à haut risque hébergés dans les laboratoires de santé publique du pays afin d’éviter « tout déversement potentiel » qui pourrait propager des maladies au sein de la population, a déclaré l’agence à Reuters jeudi.

Publication originale le 10/03/2022.

NDLR : L’Organisation mondiale de la santé n’a pas voulu dire quand elle avait fait cette recommandation. Est-ce que c’est moi ou est-ce que le moment où l’OMS a dit à l’Ukraine de détruire ces agents pathogènes dans tous les laboratoires biologiques ne semble pas être un fait assez important que nous devrions connaître ?

AUTEUR

JENNIFER RIGBY, JONATHAN LANDAY

CATEGORIES

POSTÉ LE

11 mars 2022

SOURCE

Reuters

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

Selon les experts en biosécurité, l’envoi de troupes russes en Ukraine et le bombardement de ses villes ont augmenté le risque de fuite d’agents pathogènes, si l’une de ces installations est endommagée.

Comme de nombreux autres pays, l’Ukraine dispose de laboratoires de santé publique qui étudient les moyens d’atténuer les menaces de maladies dangereuses affectant à la fois les animaux et les humains, dont, plus récemment, le COVID-19. Ces laboratoires ont reçu le soutien des États-Unis, de l’Union européenne et de l’OMS.

En réponse aux questions de Reuters sur son travail avec l’Ukraine avant et pendant l’invasion de la Russie, l’OMS a déclaré dans un courriel qu’elle collabore depuis plusieurs années avec les laboratoires de santé publique ukrainiens pour promouvoir les pratiques de sécurité qui aident à prévenir « la libération accidentelle ou délibérée d’agents pathogènes ».

« Dans le cadre de ce travail, l’OMS a vivement recommandé au ministère de la Santé ukrainien et aux autres organismes responsables de détruire les agents pathogènes à haut risque afin de prévenir tout déversement potentiel », a déclaré l’OMS, une agence des Nations unies.

L’OMS n’a pas voulu dire quand elle avait formulé cette recommandation et n’a pas donné de précisions sur les types d’agents pathogènes ou de toxines présents dans les laboratoires ukrainiens. L’agence n’a pas non plus répondu aux questions concernant le suivi de ses recommandations.

Les responsables ukrainiens à Kiev et à leur ambassade à Washington n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Les capacités de laboratoire de l’Ukraine sont au centre d’une guerre de l’information croissante depuis que la Russie a commencé à déplacer des troupes en Ukraine il y a deux semaines.

Mercredi, la porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, a réitéré l’affirmation de longue date selon laquelle les États-Unis exploitent un laboratoire de guerre biologique en Ukraine, une accusation qui a été démentie à plusieurs reprises par Washington et Kiev.

Mme Zakharova a déclaré que les documents découverts par les forces russes en Ukraine montraient « une tentative urgente d’effacer les preuves des programmes biologiques militaires » en détruisant les échantillons de laboratoire.

Reuters n’a pas été en mesure de confirmer ses informations de manière indépendante.

En réponse, un porte-parole de la présidence ukrainienne a déclaré : « L’Ukraine dément strictement toute allégation de ce type ». Les porte-parole du gouvernement américain ont également fermement démenti les accusations de Mme Zakharova, affirmant que la Russie pourrait utiliser ses revendications comme prétexte pour déployer ses propres armes chimiques ou biologiques.

La déclaration de l’OMS ne fait aucune référence à la guerre biologique. L’agence a déclaré qu’elle encourageait toutes les parties à coopérer à « l’élimination sûre et sécurisée de tous les agents pathogènes qu’elles rencontrent, et à demander une assistance technique si nécessaire ». Elle a proposé d’aider dans la mesure du possible en fournissant des conseils techniques et en assurant la coordination.

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira vendredi à la demande de la Russie, ont indiqué des diplomates, pour discuter des affirmations de Moscou, présentées sans preuve, concernant les activités biologiques américaines en Ukraine.