Des preuves sont apparues qui prouvent au-delà de tout doute raisonnable que le virus Covid-19 a été créé par le même géant pharmaceutique qui a gagné des milliards grâce à la vente d’une injection expérimentale de Covid-19 : Moderna.

NDLR : N’hesitez pas a sauter les parties un peu techniques ! Cet article est stupefiant, et il couvre aussi le sujet du Professeur Montagnier et du VIH/SIV…

AUTEUR

THE EXPOSE

CATEGORIES

POSTÉ LE

14 mars 2022

SOURCE

The Expose

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

Le 23 février, le Daily Mail a publié un article montrant que Moderna a breveté la séquence de 19 lettres de base (nucléotides) qui code pour le site de clivage de la Furine dans Covid-19.

Il citait un article rédigé par des scientifiques indiens, suisses, italiens et américains (prudemment intitulé : MSH3 Homology and Potential Recombination Link to SARS-CoV-2 Furin Cleavage Site) dans lequel ils calculaient que les chances qu’une séquence de 19 nucléotides brevetée par Moderna apparaisse par hasard dans Covid-19 dans des circonstances où elle n’apparaît nulle part ailleurs dans la nature étaient de 1 sur 3 trillions.

Mais ils n’ont pas fait la déduction évidente qui en découle. S’ils avaient fait cette déduction évidente, je crains que cela aurait été la dernière déduction scientifique qu’ils auraient publiée !

Ils ont décidé d’étudier la séquence d’ARN du site de clivage de la Furine dans la protéine de pointe Covid-19 pour voir si elle apparaissait ailleurs dans la nature.

Heureusement, le NCBI/NIH a produit la merveilleuse base de données BLAST qui répertorie toutes les séquences génétiques naturelles connues de l’homme et toutes les séquences génétiques synthétiques brevetées connues de l’office des brevets.

Les chercheurs ont choisi la séquence de clivage de la furine parce qu’il s’agit de la seule séquence continue de lettres du gène (séquence de nucléotides) dans Covid-19 avec plus de 3 nucléotides, qui diffère des lettres respectives dans son parent naturel le plus proche, le Bat Coronavirus RaTG13 (toutes les autres différences sont de 3 lettres ou moins). C’était donc de loin le meilleur candidat pour déterminer si le Covid-19 était d’origine humaine ou non.

Le lecteur pourrait considérer qu’il est plus probable qu’un site de clivage de Furin apparaisse dans le Sun que dans le Daily Mail. Mais ce clivage fait référence à la séparation de l’épi du virus plutôt que de l’oreiller de l’oreiller.

De plus, le site de clivage de la Furine est la clé de la pathogénicité du Covid-19. Donc, s’il devait y avoir un gain de fonction d’origine humaine inclus dans le virus, c’est là qu’on pourrait s’attendre à le trouver.

La séquence d’acides aminés du site de clivage de la furine est PRRA (Proline Argenine Argenine Alanine). Chaque acide aminé est codé par un codon, composé de 3 nucléotides (lettres de la séquence génétique). Ainsi, toutes les différences dans le code génétique entre Covid-19 et RaTG13 sont au maximum d’un Codon, d’un acide aminé, autre que la Séquence de Clivage de la Furine, qui est…

CCT CGG CGG GCA

La séquence complémentaire (le brin d’ADN opposé de la double hélice) est (GGAGCCGCCCGT) car le C se lie au G et le A au T.

La séquence complémentaire inverse (la même chose écrite à l’envers) est donc TGCCCGCCGAGG.

Les chercheurs ont effectué une recherche d’alignement BLAST (Basic Local Alignment Search Tool), ce qui signifie qu’ils ont recherché la séquence du gène, la séquence du gène inverse, la séquence génique complémentaire et la séquence génique complémentaire inverse) dans toutes les séquences génétiques naturelles connues de l’homme pour CTCCTCGGCGGGCACGTAG, qui est la séquence de 19 nucléotides contenant la séquence de clivage de la furine, qui apparaît également dans Covid-19, et qui se trouve en fait sous la forme complémentaire inverse CTACGTGCCCGCCGAGGAG brevetée par Moderna.

Les résultats de leur recherche peuvent être trouvés ici.

Le tableau 1 montre qu’elle existe bien dans les 5 brevets américains cités ci-dessous…

US9149506B2 : Polynucléotides modifiés codant pour la septine-4 – https://patents.google.com/patent/US9149506B2/en

Inventeur : Tirtha Chakraborty, Antonin de Fougerolles
Cessionnaire actuel : ModernaTx Inc

2012-04-02 Priorité à US201261618953P
2013-12-16 Demande déposée par Moderna Therapeutics Inc.
2014-05-22 Publication de US20140141067A1
2015-10-06 Publication du document US9149506B2
2015-10-06 Demande accordée
2020-01-10 Premier litige familial mondial déposé

US9216205B2 : Polynucléotides modifiés codant pour la granulysine – https://patents.google.com/patent/US9216205B2/en

Inventeur : Tirtha Chakraborty, Antonin de Fougerolles
Cessionnaire actuel : ModernaTx Inc

2012-04-02 Priorité à US201261618873P
2013-12-16 Demande déposée par Moderna Therapeutics Inc.
2014-04-24 Publication de US20140113960A1
2015-12-22 Publication du document US9216205B2
2015-12-22 Demande accordée

US9255129B2 : Polynucléotides modifiés codant pour la SIAH E3 ubiquitine protéine ligase 1 – https://patents.google.com/patent/US9255129B2/en

Inventeur : Tirtha Chakraborty, Antonin de Fougerolles
Cessionnaire actuel : ModernaTx Inc

2012-04-02 Priorité à US201261618868P
2013-12-16 Demande déposée par Moderna Therapeutics Inc.
2014-05-22 Publication de US20140141068A1
2016-02-09 Demande accordée
2016-02-09 Publication du document US9255129B2

US9301993B2 : Polynucléotides modifiés codant pour le facteur 1 induisant l’apoptose – https://patents.google.com/patent/US9301993B2/en

Inventeur : Tirtha Chakraborty, Antonin de Fougerolles
Cessionnaire actuel : ModernaTx Inc

2012-04-02 Priorité à US201261618957P
2013-12-16 Demande déposée par Moderna Therapeutics Inc.
2014-04-17 Publication de US20140107189A1
2016-04-05 Demande accordée
2016-04-05 Publication du document US9301993B2
2020-01-10 Premier litige familial mondial déposé

US9587003B2 : Polynucléotides modifiés pour la production de protéines et de peptides liés à l’oncologie – https://patents.google.com/patent/US9587003B2/en

Inventeur : Stephane Bancel, Tirtha Chakraborty, Antonin de Fougerolles, Sayda M. Elbashir, Matthias John, Atanu Roy, Susan Whoriskey, Kristy M. Wood, Paul Hatala, Jason P. Schrum, Kenechi Ejebe, Jeff Lynn Ellsworth, Justin Guild

Cessionnaire actuel : ModernaTx Inc.

2012-04-02 Priorité à US201261618868P
2016-02-04 Demande déposée par ModernaTx Inc.
2016-06-02 Publication de US20160152678A1
2017-03-07 Publication de US9587003B2
2017-03-07 Demande accordée

Moderna a donc déposé une première demande de brevet pour la séquence de 19 nucléotides en 2013, le 16 décembre. Peut-être que la date du 25 décembre aurait été plus appropriée puisqu’elle était destinée à devenir la couronne d’épines de Matthieu 27, Marc 15 et Jean 19.

Tableau2 : montre que la séquence se trouve dans le Covid-19 a partir du nucléotide 23601 au 23619.

Tableau 3 : montre que cette séquence génétique n’existe pas dans la nature (mais que 14 parties nucléotidiques de celle-ci existent).

J’ai décidé de vérifier leur travail. Oui. J’ai vérifié leurs faits (j’enverrai une facture aux mondialistes). Cela s’est avéré être un peu un voyage épique. La page Google du brevet US9587003B2 ne contient pas la séquence du gène. Le pdf du brevet ne contient pas la séquence du gène et n’est pas consultable à partir des pages 101-304. Mais il contient un lien vers une longue section « Sequence Listing », lien que l’on ne peut pas copier. Je l’ai donc transcrit manuellement de ma belle main – http://seqdata.uspto.gov/?pageRequest=docDetail&DocID=US09587003B2.

A partir de cette page, vous pouvez entrer l’ID de la séquence citée dans l’article, à savoir 11652, et arriver à https://seqdata.uspto.gov/?pageRequest=viewSequence&DocID=US09587003B2&seqID=11652 qui contient ce qui suit aux nucléotides 2751-2733 en lisant à l’envers…

gccctgatca ccatcatggc ccagatcggc agctacgtgc ccgccgagga ggccaccatc     2760

CTACGTGCCCGCCGAGGAG est le complément inverse de CTCCTCGGCGGGCACGTAG, la séquence de 19 nucléotides qui apparaît dans l’ADN Covid-19 à partir du nucléotide 23601-23619 (qui serait donc couverte par leur brevet).

De même, vous pouvez rechercher la séquence dans le document US9149506B2 en vous rendant sur le site https://seqdata.uspto.gov/?pageRequest=viewSequence&DocID=US09149506B2&seqID=11652, où vous trouverez la même chose :

gccctgatca ccatcatggc ccagatcggc agctacgtgc ccgccgagga ggccaccatc     2760

J’ai ensuite recherché la séquence du gène de Wuhan Hu1 (alpha) sur https://www.ncbi.nlm.nih.gov/nuccore/NC_045512 et j’ai trouvé :

23581 ttatcagact cagactaatt ctcctcggcg ggcacgtagt gtagctagtc aatccatcat

Qui a la séquence de 19 nucléotides CTCCTCGGCGGGCACGTAG de 23601-23619 comme décrit dans le tableau 3.

J’ai ensuite lancé ma propre recherche non alignée de toutes les séquences génétiques brevetées pour le complément inverse directement (ou peut-être pour un complément inverse) et j’ai obtenu les mêmes résultats que les chercheurs.

Et il en va de même pour les trois autres brevets américains.

Je peux donc confirmer, et le lecteur peut confirmer en utilisant les liens ci-dessus, que Moderna a bien demandé un brevet non seulement sur le complément inverse du site de clivage de la Furine de 12 nucléotides dans Covid-19 mais en fait sur la séquence de 19 nucléotides qui le contient comme décrit ci-dessus.

De plus, ils n’ont pas simplement déposé une demande de brevet le 4 février 2016 avec US9587003B2 : comme le rapporte le Daily Mail. Ils ont en fait demandé le 16 décembre 2013 4 brevets avec US9149506B2, US9216205B2, US9255129B2, US9301993B2 également.

Moderna a donc développé la séquence génique de 19 nucléotides contenant le site de clivage de la Furine qui confère au Covid19 son pouvoir infectieux sur l’homme par une recherche brevetée sur le gain de fonction dès 2013, soit 6 ans avant l’épidémie de Wuhan. Et non pas 3 comme indiqué dans le Mail et viralement ailleurs…

Donc maintenant, nous regardons les chances que cela se produise naturellement. L’article calcule la probabilité que cette séquence particulière de 19 nucléotides se produise de manière aléatoire dans un virus de 30 000 nucléotides comme suit

(30 000-18) x (1/4)^19 = 1,09 x 10^-7

Ce qui est correct car il y a 30 000-18 endroits pour commencer la séquence, étant donné qu’il faut 18 lettres supplémentaires pour la compléter. Mais il y a en fait 29 904 nucléotides dans Wuhan HU1 (alpha). Un calcul plus précis serait donc le suivant

(29,904-18) x (1/4)^19 = 1,087 x 10^-7

Ils calculent ensuite les chances que la séquence de 19 nucléotides apparaisse dans la bibliothèque brevetée de 24 712 séquences d’une longueur moyenne de 3 300 nucléotides. Mais ce calcul n’est pas pertinent car la séquence n’est pas apparue au hasard dans 5 demandes de brevet Moderna. On savait que la séquence codait pour un site de clivage de la furine, connu pour apporter un gain de fonction aux coronavirus.

Elle a été placée là délibérément et brevetée en raison de son pouvoir infectieux chez l’homme, qui, comme nous le verrons plus loin dans cet article, résulte du remplacement du codon AGA de l’arginine (R) virale normale (utilisée dans 45 % des codons de l’arginine virale) par le codon CGG de l’arginine humaine (utilisée dans 0 % des codons de l’arginine virale) dans le site de clivage de la furine.

Tout ce que nous essayons de déterminer ici, c’est la probabilité qu’une séquence de 19 nucléotides brevetée par Moderna se retrouve dans Covid-19 par des causes naturelles, les mutations naturelles du Bat Coronavirus RaTG13 ou d’un autre virus.

Les nucléotides forment des codons qui sont des triplets. Il y a donc 64 triplets possibles des 4 nucléotides ACGT de l’ADN (4x4x4 = 64). Mais tous les triplets se produisent. 61 codent pour 20 acides aminés de manière redondante et 3 sont des codons stop qui indiquent au ribosome d’arrêter la fabrication de la protéine.

Mais les choses ne sont pas aussi simples car le site de clivage de la Furine apparaît dans la protéine spike là où il doit être et la protéine spike ne compte que 1273×3 = 3819 nucléotides. Les chances que la séquence de clivage de Furin de 19 nucléotides apparaisse dans la protéine spike sont les suivantes :

(3,819-18) x (1/4)^19 = 1,389 x 10^-8

Ou 1 sur 72 millions. Ce sont donc les chances qu’une variante particulière, disons la première variante Covid-19, ait la séquence de 19 nucléotides au bon endroit (le pic). Et c’est le cas. Donc certainement par la balance des probabilités, et certainement au-delà d’un doute raisonnable (1 sur 72 millions étant un doute déraisonnable) Moderna a fabriqué Covid-19.

Preuve biochimique à 100% que le Covid19 a été créé par l’homme

Le double codon CGG utilisé dans le site de clivage de la furine spécifique de Moderna ne se retrouve dans aucun autre site de clivage de la furine dans aucun autre virus dans la nature. Des sites de clivage de la furine existent dans d’autres virus, mais PAS du tout dans d’autres bétacoronavirus comme Covid-19 et PAS du tout avec le double codon CGG.

L’arginine (R), peut être codée par l’un des 6 triplets : AGG, AGA, CGA, CGC, CGG, CGT. Dans Covid-19, le site de la furine (PRRA), a 12 nucléotides (3 x 4). Dans la Covid-19, le doublet RR du site de la furine est codé par CGG-CGG.

Deux biochimistes, le professeur Antonio R. Romeu et le professeur assistant Enric Ollé, ont analysé le doublet RR d’un grand échantillon de sites de clivage de la furine de plusieurs types de virus. Ils ont constaté qu’il n’y avait aucun doublet RR codé par les codons CGG-CGG dans aucun virus dans la nature. Ils ont observé que le triplet AGA était le codon majoritairement impliqué dans ces doublets RR viraux.

Dans toute recombinaison génétique (où une partie d’un génome fusionne avec un autre génome), le code du donneur est transmis à l’accepteur. Mais il n’y a tout simplement AUCUN VIRUS CONNU avec un site de clivage de la furine spécifique de Moderna (ayant la paire de codons CGG-CGG) qui existe pour donner un site de clivage de la furine spécifique de Moderna à Covid19. Donc la seule façon dont cette séquence a pu entrer dans Covid-19, c’est par Moderna. Moderna était le donneur. La nature ne l’était pas. CQFD. Affaire classée…

Mais il y a pire.

Les profs espagnols ont décidé d’analyser l’usage du codon arginine dans chaque protéine de Covid-19. Ils ont trouvé ce qui suit…
AGG (13%)
AGA (45%)
CGA (5%)
CGC (10%)
CGG (3%)
CGT (24 %).

Le triplet de codons AGA était donc majoritaire et, fait intéressant, CGG était le codon minoritaire pour l’arginine dans le virus.

Mais il y a encore pire.

Dans le cas spécifique de la protéine S, sur les 42 arginines (R) qu’elle possède, 20 sont codées par AGA, et seulement 2 par CGG. Ces deux-là, bien sûr, sont les deux dans le site de clivage de la furine spécifique de Moderna.

Ainsi, les seules arginines de la protéine de l’épi qui sont codées par Moderna se trouvent dans le site de clivage de la furine. Les 40 autres cas n’utilisent pas du tout le CGG.

Ils poursuivent en disant que chaque espèce individuelle dans la nature a ses propres préférences en matière de codons. Il est évident que les virus aiment l’AGA, et n’aiment pas du tout le CGG, dans la nature.

Mais devinez quelle espèce utilise CGG pour l’arginine plus que les 5 autres codons concurrents – oui, le bon vieil homo sapiens. Nos préférences de codage pour l’arginine sont

AGG (20%)
AGA (20%)
CGA (11%)
CGC (19%)
CGG (21%)
CGT (9%).

Le codon CGG dans le site de clivage de la furine est donc apparu grâce à la recherche sur le gain de fonction des chimères (combinaison homme-animal).

Quelqu’un d’autre que Moderna aurait-il pu fabriquer Covid-19 en utilisant le site de clivage de la furine spécifique à Moderna ?

« De nouveaux documents montrent que 18 mois seulement avant l’apparition des premiers cas de Covid-19, des chercheurs avaient soumis des plans pour libérer des nanoparticules pénétrant la peau et des aérosols contenant de « nouvelles protéines chimériques de pointe » de coronavirus de chauves-souris dans les grottes du Yunnan, en Chine. Ils prévoient également de créer des virus chimériques, génétiquement améliorés pour infecter plus facilement les humains, et ont demandé 14 millions de dollars à la Defense Advanced Research Projects Agency (Darpa) pour financer leurs travaux.

Les documents, dont l’authenticité a été confirmée par un ancien membre de l’administration Trump, montrent qu’ils espéraient introduire des « sites de clivage spécifiques à l’homme » dans les coronavirus de chauve-souris, ce qui permettrait au virus de pénétrer plus facilement dans les cellules humaines.
Lorsque le Covid-19 a été séquencé pour la première fois, les scientifiques se sont demandés comment le virus avait pu développer une telle adaptation spécifique à l’homme au niveau du site de clivage de la protéine spike, qui est la raison pour laquelle il est si infectieux. » – Le Telegraph

Je vois bien tous les grands journalistes du Daily Mail et du Telegraph (sans parler des scientifiques du monde entier) faire toutes ces recherches sur le Covid19 et arriver à l’inévitable conclusion logique qu’il y a eu une fuite accidentelle ou délibérée en laboratoire, puis devoir formuler leurs conclusions de manière à qualifier cette forte probabilité de faible possibilité.

Mais ici, nous l’avons prouvé comme un fait (puisque le codon CGG de la séquence de clivage de la furine spécifique de Moderna ne se trouve dans aucun site de clivage de la furine dans aucun virus naturel et qu’il ne peut donc pas être le résultat d’une recombinaison génétique naturelle. Il doit donc être le résultat d’une insertion génétique artificielle.

En théorie, une autre partie impliquée dans le NAIAD ou le NIH aurait pu utiliser le site de clivage de la furine breveté par Moderna et fabriquer elle-même le Covid19. Cela n’aurait enfreint aucun brevet de Moderna. Le site de clivage de la furine lui-même n’est pas brevetable, car il est connu depuis au moins 2004.

US7223390B2 : Insertion de sites de clivage de la protéase Furin dans des protéines membranaires et leurs utilisations
2004-05-07 Demande déposée par Research Development Foundation
2004-11-11 Publication de US20040224391A1
2007-05-29 Demande accordée

Bien que Moderna ait pu breveter le codage spécifique Moderna (CGG pour AGA) du site de clivage de la furine, qui n’est pas connu dans la nature, même aujourd’hui (si nous acceptons que le Covid-19 soit créé par l’homme).

Mais étant donné que la fuite du laboratoire (délibérée ou accidentelle) provenait de Wuhan, et étant donné la dissimulation chinoise et les démentis de Fauci exposés par le sénateur Rand Paul, et étant donné les dissimulations du NIH, du NIAID et des services de renseignement américains, lorsque leur rapport de 3 mois sur l’origine du Covid-19 commandé par l’imitateur présidentiel Biden n’a rien donné, et étant donné les relations entre le NIAID, le NIH, le WIV, l’Alliance EcoHealth, l’Université de Caroline du Nord et Moderna, je ne vois pas de place pour quelqu’un d’autre.

De plus, toute la cabale impie des mauvais acteurs a commencé à développer le vaccin Moderna avant que la pandémie ne frappe – https://www.infowars.com/posts/must-watch-nih-claimed-joint-ownership-of-moderna-mrna-vaccine-began-development-weeks-ahead-of-pandemic/.

Mais les choses ne sont pas aussi simples que cela, car la nature a certainement eu 100 000 ans pour créer des virus humains et elle n’a jamais placé un site de clivage de la furine spécifique à Moderna (CGG pour AGA) dans quoi que ce soit, pas plus qu’elle n’a placé la séquence de 19 nucléotides dans quoi que ce soit auparavant.

Pourtant, six ans après que Moderna l’a brevetée, nous la trouvons dans Covid-19 dans des circonstances où Moderna travaille avec ce virus. Donc la probabilité que Moderna soit responsable plutôt que la nature n’est pas de 100 000 contre 6 ou de 16 666 contre 1. Non, elle est de 100% parce que la nature ne l’a pas fait. Elle ne l’a jamais fait et il n’y a aucune preuve qu’elle le fera un jour.

C’est l’homme qui mélange les codons d’arginine humains et viraux, pas la nature.

Le professeur Luc Montagnier a passé les dernières années de sa vie à prouver que le COVID-19 était fabriqué par l’homme et contenait une grande partie du code génétique du VIH1

Le professeur Luc Montagnier, avant de mourir le 8 février 2022, a totalement assassiné le concept d’évolution naturelle du Covid-19 en montrant qu’il avait une équivalence massive avec le VIH. Le diagramme ci-dessous montre une région de 275 nucléotides du Covid-19 qui contient 200 nucléotides du VIH/SIV (Simian ImmunoVirus). Et rappelez-vous qu’il y a 61 codons spécifiant 20 acides aminés. On peut donc dire la même chose en moyenne de 3 façons différentes avec les codons.

Vous pouvez télécharger un pdf de son étude ici et les matériaux supplémentaires ici (NDLR : les liens ne sont pas dans l’article original au moment ou on publie notre traduction). C’est très technique. Mais il a remporté le prix Nobel pour avoir découvert le virus VIH. Donc si quelqu’un pouvait savoir si Covid avait été dopé au VIH, c’était bien lui. Il a souligné que le Covid-19 avait été fabriqué par l’homme au début de la pandémie et a été lui-même assassiné par la presse et les vérificateurs de faits en conséquence. Tous les vérificateurs de faits qui l’ont attaqué avaient tort.

Leur vérification des faits ne reposait sur aucune base scientifique. Ces organisations ne sont pas du tout des vérificateurs de faits, bien sûr. Ce sont des agences de désinformation mondialistes, des fils de Goebbels, des falsificateurs de faits et des négateurs de la science. Ils sont à peu près aussi fiables que les élections américaines. Je peux vérifier un fait par moi-même, merci beaucoup. Je n’ai pas besoin qu’un étudiant de madrassa au cerveau lavé me donne son opinion sur un sujet qu’il n’a jamais étudié à l’université.

Puisque nous avons prouvé au-delà de tout doute raisonnable (au-delà d’un doute de 1 sur 72 millions de manière statique et avec une certitude de 100% sur le plan biochimique à partir du site de clivage de la Furine spécifique de Moderna) que Moderna a fabriqué le Covid-19. Et puisque Moderna et Fauci n’ont pas admis l’avoir fabriqué et ont en fait dissimulé des preuves à cet effet, il se peut qu’ils cachent également autre chose.

Parce que les deux seules théories qui restent sont la théorie de la fuite accidentelle du laboratoire et la théorie de la fuite délibérée du laboratoire. Je veux dire que la grande majorité des fuites politiques ne sont pas des accidents. Il s’agit de stratégies délibérées visant à procurer un avantage au divulgateur ou à son commanditaire. Il est bien connu dans l’industrie informatique que les virus apparaissent quand les ventes d’antivirus sont nécessaires. Pourquoi les choses seraient-elles différentes avec les virus humains, maintenant qu’ils peuvent aussi être fabriqués par l’homme ? Surtout si l’on considère le rôle considérable joué par Bill Gates et sa fondation, ainsi que par GAVI et GVAP, dans le marché mondial de la vaccination.

La seule raison pour laquelle Moderna fabriquerait le Covid-19 est de le commercialiser. Sinon, tout l’exercice serait financièrement futile et commercialement inutile.

La raison invoquée par Fauci pour faire de la recherche sur le gain de fonction est que l’homme a besoin d’être en avance sur la nature ou les mauvais acteurs afin d’avoir un vaccin à temps si une maladie mute ou est génétiquement modifiée par les Chinois ou les Russes pour être mortelle.

Mais pour croire cela, il faut croire que Moderna est intéressé par le fait de sauver la vie des gens. Je suis désolé. Toutes leurs actions me montrent qu’ils sont intéressés à vacciner les gens en sachant qu’ils risquent de perdre la vie.

Ils sont intéressés par le profit, le profit qui découle d’une pandémie. Ils ne sont pas les sauveurs de l’humanité qu’ils représentent. Ils sont nos exploiteurs et nos abuseurs.

Ils ont produit le virus afin de le divulguer, afin de se faire passer pour nos sauveurs de leur propre fuite. Ce ne sont pas les activités d’une figure de sauveur. Luc Montagnier essayait de nous sauver d’eux et il a été assassiné (professionnellement) par leurs groupies. Moderna effectuait des recherches sur le gain de fonction afin de libérer le virus et de forcer la création d’un vaccin contre celui-ci de manière à maximiser leurs profits. Ce n’est pas une théorie de la conspiration. C’est ce qui s’est passé précisément. Le prix de leurs actions a été multiplié par 20.

Ils l’ont libéré afin de vendre leurs vaccins et de détruire le système immunitaire de leurs clients parce que nos systèmes immunitaires réduisent leurs profits. C’est le business de Big Pharma.

La raison pour laquelle l’auteur est si sûr que Moderna ou ses agents ont fabriqué et divulgué le Covid-19 et la raison pour laquelle je l’ai appelé ainsi au début de la pandémie, ce qui m’a valu presque autant de ridicule que le professeur Montagnier (que Dieu le bénisse), c’est que les écritures disent dans Matthieu 27, Marc 15 et Jean 19 que.

29 Et ils (les soldats du gouverneur du verset 27) lui firent une couronne d’épines et la mirent sur sa tête, et un roseau dans sa main droite ; et ils se mirent à genoux devant lui, et se moquèrent de lui, disant : Salut, roi des Juifs !
30 Et ils crachèrent sur lui, et prirent le roseau et le frappèrent sur la tête. (Matthieu 27 ASV)

Puis-je donc demander votre indulgence pendant que j’interprète ces mots ?

Le département américain de la défense a financé l’épissage des gènes du Coronavirus of Spike Proteins (Covid-19) par l’intermédiaire du NIH, du NIAID et du DARPA, qui a d’abord infecté Jésus, par l’intermédiaire de son fiancé, les saints de la nouvelle alliance, juste après qu’il soit devenu le roi séculier, César, pour ces saints, les juifs antitypiques, ceux qui se sont engagés à être des fils angéliques de Jacob, les born agains angéliques.

Nous avons calculé que la malédiction qui a empêché Jésus de devenir César pour les saints s’est terminée en 2019Tishri15 (17/18 octobre). Glenn Beck a fait un documentaire montrant que 10 hôpitaux de Wuhan ont pris des cas avec des symptômes de Covid19 en octobre 2019. Oui, les amis. Le Covid-19 est une preuve que Jésus est maintenant Roi séculier sur les saints, les Juifs antitypiques, les Juifs par alliance de salut angélique, au moins.

Mais alors les soldats lui ont craché dessus. Car c’est ainsi que le Covid19 est transféré, par de petites gouttelettes d’aérosol exhalées par la bouche. Les soldats ont délibérément craché sur lui. Ce n’était pas une FUITE DE SALIVA ! Ils ont frappé Jésus à la tête parce que les saints sont la tête de l’église et qu’ils ont attrapé le Covid19 non pas par une infection aléatoire mais par une frappe délibérée avec une liseuse, une arme biologique, une attaque délibérée et militarisée. Pour en savoir plus, voir ici (NDLR : le lien n’est pas dans l’article original au moment ou on publie notre traduction).

Ainsi, ce que le professeur Montagnier a vu avec son expertise en virologie, je l’ai vu avec mon expertise théologique. Cela montre que si les vérificateurs de faits et la science s’excluent mutuellement, la science et la théologie sont en fait d’accord, lorsqu’elles sont bien comprises (et c’est là une grosse mise en garde). Le professeur M nous a appris que les vaccins causent les variantes. En effet, la virologie de base interdit la vaccination de masse pendant une pandémie pour cette raison même. Il a dit que la courbe des décès suit la courbe des vaccinations. Remarquez, paradoxalement, si les vaccins ont causé Omicron, ils nous ont sauvés d’eux-mêmes !

Le temps est venu de demander des comptes aux personnes et aux organisations

Les fabricants de Covid19, les fabricants de vaccins génétiques, leurs bailleurs de fonds et leurs promoteurs, qui comprennent presque tous les gouvernements, les secteurs publics et les services de santé du monde, sont donc coupables de génocide et de crimes contre l’humanité. Ils ont imposé le viol génétique, la maladie et la mort à la moitié de la population mondiale afin d’enrichir les poches des sociétés pharmaceutiques. Les gouvernements et les secteurs publics du monde entier ont abandonné la réglementation de leurs services de santé aux milliardaires et aux sociétés sans cœur.

Au Royaume-Uni, la totalité de l’impôt sur le revenu que nous payons va au service de santé et tous ses protocoles sont déterminés par ses régulateurs et tous ses régulateurs sont contrôlés et financés par Big Pharma qui cherche à endommager puis à gérer notre santé pour son profit.

Ainsi, chaque centime que nous dépensons en impôts sur le revenu nous rapproche un peu plus de la maladie, de la mort et de la dépendance aux médicaments.

Alors pourquoi le professeur Montagnier a-t-il choisi de passer les dernières années de sa vie à prouver que le Covid-19 était d’origine humaine et que les protéines de pointe, et donc les vaccins, étaient une menace existentielle pour l’espèce ? Qu’avait-il encore à prouver à lui-même ou à quiconque à 87-89 ans ? Il ne l’a certainement pas fait pour améliorer sa réputation dans la profession.

Non, il était animé par la même passion qui l’a poussé à découvrir le VIH. Une passion pour SAUVER l’humanité des virus et de ceux qui les conçoivent pour nous nuire. Et pourquoi a-t-il rendu l’âme en février 2022 ? Parce qu’il savait qu’Omicron avait battu les vaccins. Son travail était fait par un plus grand virologue que lui. Il pouvait donc reposer en paix et aller voir des gens qui comprenaient l’ampleur de sa contribution.

Le Covid-19 n’a pas été fabriqué en 2019. Il a été fabriqué à partir du site de clivage de 19 nucléotides de la furine chimérique spécifique de Moderna (CGG pour AGA) qui ne se trouve nulle part dans la nature.
Et chaque mort de Covid et chaque mort du vaccin Covid est parqué carrément sur le seuil de ModeRNA qui attend la justice.

Mais nous n’exécuterons pas cette justice assez vite. C’est pourquoi le dernier fléau de l’humanité de l’Apocalypse 6:8, livré par le quatrième cavalier de l’apocalypse, fléau que Bill Gates lui-même a prophétisé, arrivera plus tard cette année (après la guerre et après la famine, les deuxième et troisième cavaliers).