Les dernières données officielles de l’Agence britannique de sécurité sanitaire sont extrêmement préoccupantes. Elles montrent désormais que les personnes entièrement vaccinées représentent 92 % de l’ensemble des décès dus au Covid-19 en Angleterre, dont 4 sur 5 parmi les personnes triplement vaccinées.

Mais un regard sur les données historiques montre que juste avant qu’Omicron ne frappe le pays, la population vaccinée souffrait en fait de moins de décès, et ne représentait que 82% de tous les décès dus au Covid-19 en Angleterre.

Le premier problème est que Delta était la souche dominante à l’époque et qu’elle était censée causer une maladie beaucoup plus grave que la variante Omicron, qui provoquerait une maladie comparable au rhume. Le second problème est que ces données historiques ont été enregistrées avant que le gouvernement britannique ne décide de mettre en œuvre la grande campagne « Get Boosted Now ».

Alors pourquoi le nombre de décès a-t-il augmenté chez les vaccinés, mais diminué chez les non-vaccinés, alors que des millions de Britanniques ont prétendument reçu la « protection ultime » d’une troisième dose du vaccin Covid-19, et qu’une forme légère de Covid-19 est désormais dominante dans le pays ?

S’agit-il d’une preuve que les injections de Covid-19 ne fonctionnent pas et qu’elles aggravent en fait l’état des patients ?

AUTEUR

THE EXPOSE

CATEGORIES

POSTÉ LE

30 mars 2022

SOURCE

The Expose

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

Vous n’entendrez pas parler de ces données extrêmement préoccupantes dans les grands médias, car ils sont trop occupés à tenter de vous distraire avec une propagande 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie, à répéter et à condamner un homme, Will Smith, qui a giflé un autre homme pour avoir manqué de respect à sa femme, et à vous dire comment la police va désormais délivrer des amendes forfaitaires aux personnes qui, à Downing Street, organisent des fêtes pendant le confinement.

Mais ils ont omis de mentionner que la police a dépensé des milliers et des milliers de livres sterling pour enquêter sur cette folie.

C’est donc à nous de vous informer que les données officielles montrent que les cas de Covid-19, les hospitalisations et les décès sont à nouveau en hausse en Angleterre. Mais ils n’augmentent pas parmi la population non vaccinée, ils augmentent uniquement parmi les vaccinés, et ce sont principalement les personnes ayant reçu le triple vaccin.

L’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) publie chaque semaine un rapport de surveillance du vaccin Covid-19 contenant des données sur les cas, les hospitalisations et les décès liés au Covid-19 par statut vaccinal. Le dernier rapport, « Week 12′, a été publié jeudi 24 mars et peut être consulté ici.

Le tableau 11, qui se trouve à la page 42 du rapport de surveillance des vaccins de la semaine 12, contient des données sur les cas de Covid-19 par statut vaccinal entre le 21 février et le 20 mars 22, et montre que la majorité des cas sont dus à la triple vaccination.

Selon le rapport, un total de 1 182 326 cas ont été enregistrés au cours de ces quatre semaines, dont 792 120 cas chez les personnes ayant reçu le triple vaccin, contre 211 979 cas chez les personnes non vaccinées. Mais même dans ce cas, 141 961 de ces cas concernaient des enfants.

Au total, la population vaccinée a représenté 82% de tous les cas de Covid-19 entre le 21 février et le 20 mars 22, dont 4 sur 5 parmi les personnes ayant reçu le triple vaccin. La population non vaccinée ne représentait que 18% des cas.

Mais malheureusement, la situation est encore pire lorsqu’il s’agit d’hospitalisations.

Le tableau 12, qui se trouve à la page 43 du rapport de surveillance des vaccins de la semaine 12, contient des données sur les hospitalisations liées à la maladie de Covid-19 par statut vaccinal entre le 21 février et le 20 mars 22, et il montre à nouveau que les personnes ayant reçu le triple vaccin représentent la grande majorité.

Selon le rapport, 8 936 hospitalisations liées au virus Covid-19 ont été enregistrées au cours de ces quatre semaines, dont 7 088 chez les personnes ayant reçu le triple vaccin, contre seulement 1 025 chez les personnes non vaccinées.

Cependant, l’UKHSA affirme que 833 des hospitalisations parmi les personnes non vaccinées concernaient des adolescents et des enfants. Cela n’a pas de sens pour trois raisons.

  1. Omicron est prétendument la variante la plus bénigne à ce jour.
  2. Les enfants n’ont jamais souffert de la grave maladie de Covid-19.
  3. Les enfants enregistraient moins d’hospitalisations lorsque Delta était dominant.

Voici le tableau des hospitalisations tiré du rapport de surveillance des vaccins de la semaine 39 de l’UKHSA.

Entre la semaine 35 et la semaine 38, il y a eu 487 hospitalisations présumées dues au Covid-19 chez des enfants non vaccinés, et nous pouvons vous assurer que ce nombre est typique pendant toute la période où Delta était dominant. Alors pourquoi les hospitalisations ont-elles presque doublé chez les enfants maintenant que Omicron, une variante plus douce, est dominante ?

Il semblerait que l’UKHSA, avec l’aide du NHS, fasse délibérément grimper ces chiffres en testant tous les enfants qui sont admis à l’hôpital pour une quelconque affection dans l’espoir qu’ils soient testés positifs et puissent être enregistrés comme Covid-19.

Pourquoi ?

Parce qu’ils ont commencé à déployer cette injection inutile et expérimentale sur des enfants dès l’âge de 5 ans, et qu’ils ont besoin de truquer les données pour soutenir leur décision criminelle d’aller de l’avant.

Lorsque nous retirons les enfants hospitalisés de l’équation dans les dernières données, nous constatons que la proportion d’hospitalisations parmi la population vaccinée est bien pire que ce que l’UKHSA a réussi à faire croire avec ses chiffres douteux sur les enfants.

En retirant les enfants, la population vaccinée a représenté 87% de toutes les hospitalisations dues à la maladie de Covid-19 entre le 21 février et le 20 mars 22, alors que les non-vaccinés n’ont représenté que 13%. Cependant, lorsque nous incluons les enfants, nous constatons que la population vaccinée représentait 74% de toutes les hospitalisations liées au Covid-19, tandis que les non-vaccinés représentaient 26%.

Le tableau 13b, qui se trouve à la page 45 du rapport de surveillance des vaccins de la semaine 12, contient des données sur les décès dus à la maladie de Covid-19 par statut vaccinal entre le 21 février et le 20 mars 22, et il montre que les personnes triplement vaccinées sont responsables de la majorité d’entre eux, et de loin.

Selon le rapport, 4 456 décès ont été enregistrés au cours de ces quatre semaines, dont 4 119 chez les personnes vaccinées et 3 285 chez celles ayant reçu le triple vaccin. Seuls 337 décès ont été enregistrés parmi les non-vaccinés.

Cela signifie que la population vaccinée a représenté un pourcentage effrayant de 92,4 % de tous les décès dus au virus Covid-19 entre le 21 février et le 20 mars 22, dont 4 sur 5 parmi les personnes ayant reçu la triple injection. Alors que la population non vaccinée n’a représenté que 7,6 % des décès.

Mais cela n’a pas de sens.

Le tableau suivant, extrait du rapport de surveillance des vaccins de la semaine 45, indique le nombre de décès dus à la maladie de Covid-19 selon le statut vaccinal entre la semaine 41 et la semaine 44 de 2021. C’est la période juste avant que l’existence d’Omicron soit connue.

Ce que nous constatons ici, c’est qu’il y a eu 4 011 décès au cours de ces quatre semaines, ce qui signifie que les décès dus à Omicron sont actuellement supérieurs de 10 % à ce qu’ils étaient lorsque Delta était dominant.

Mais ce qui est le plus inquiétant, c’est la distribution des décès lorsque la variante Delta était dominante, par rapport à la situation actuelle où la variante Omicron est dominante et où des millions de personnes ont été triplement vaccinées.

Entre la semaine 41 et la semaine 44, la population vaccinée représentait 3 309 des 4 011 décès dus à la Covid-19, ce qui signifie qu’elle représentait 82 % des décès dus à la Covid-19 lorsque Delta était dominant et que la majorité n’avait pas subi de troisième injection. Les personnes non vaccinées représentaient 702 des 4 011 décès liés au Covid-19, ce qui signifie qu’elles représentaient 18% des décès liés au Covid-19 lorsque Delta était dominant.

Cela montre également que le nombre de décès survenant dans la population vaccinée a augmenté de 25 % maintenant que la variante Omicron est dominante et que des millions de personnes ont reçu un troisième vaccin, alors que la variante Delta était dominante et que des millions de personnes n’avaient pas reçu de troisième vaccin.

Alors que le nombre de décès parmi la population non vaccinée a en fait diminué de 52% maintenant qu’Omicron est dominant, par rapport à l’époque où Delta, une variante prétendument beaucoup plus grave, était dominant.

Vous comprenez maintenant pourquoi les dernières données n’ont aucun sens si vous avez l’impression que les vaccins Covid-19 sont réellement efficaces ? Ces données ne montrent pas seulement que les vaccins sont inefficaces, elles montrent qu’ils aggravent l’état des patients.

Donc voilà, pendant que vous étiez distraits par l’invasion de la Russie, la gifle de Will Smith et la police de la folie dans les fêtes de Downing Street, le gouvernement britannique a publié des données confirmant que les cas de Covid-19, les hospitalisations et les décès sont en augmentation, et que les personnes triplement vaccinées représentent la grande majorité de ces cas.