Le nombre de femmes qui ont perdu leur enfant à naître ou nouveau-né aux États-Unis à la suite de la vaccination par le Covid-19 a maintenant dépassé les 4 000, seize mois seulement après l’autorisation d’utilisation d’urgence du premier vaccin Covid. À titre de comparaison, 565 femmes seulement ont perdu leur enfant à naître ou nouveau-né à la suite d’une vaccination contre la grippe depuis 1990, soit une période de trente ans.

Par conséquent, le nombre de femmes qui ont perdu leur bébé à cause du vaccin Covid est actuellement 16 633 % plus élevé que le nombre de femmes qui ont perdu leur bébé à cause du vaccin contre la grippe. Cependant, en réalité, ce chiffre est bien pire, car beaucoup plus de vaccins contre la grippe ont été administrés pendant la grossesse sur une période de 30 ans.

AUTEUR

THE EXPOSE

CATEGORIES

POSTÉ LE

11 avril 2022

SOURCE

The Expose

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

Le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) du gouvernement américain a été mis à jour le 8 avril 2021, et plus de 100 cas ont été ajoutés la semaine dernière où un enfant à naître est décédé après que sa mère ait reçu un vaccin COVID-19, ce qui porte le nombre total de décès fœtaux à 4023 après la vaccination COVID-19 au cours des 16 derniers mois.

Pour mettre cela en perspective, seuls 2 238 décès de bébés à naître ont été enregistrés dans le VAERS au cours des 30 années suivant l’administration de tous les autres vaccins approuvés par la FDA combinés (360 mois) avant l’autorisation d’utilisation d’urgence des vaccins COVID-19 en décembre 2020. (Source)

Comme vous pouvez le voir dans les graphiques ci-dessus, tirés du VAERS, le vaccin COVID-19 de Pfizer a causé plus de décès fœtaux après avoir été injecté à des femmes enceintes ou en âge de procréer que tout autre vaccin dans l’histoire des États-Unis, avec 3134 décès, et ce en seulement 16 mois.

Au cours des 30 années qui ont précédé l’autorisation d’utilisation d’urgence des vaccins COVID-19, le vaccin Gardasil de Merck, qui a été approuvé par la FDA en 2006, a enregistré le plus grand nombre de décès fœtaux après injection à des femmes enceintes ou en âge de procréer, avec 563 décès fœtaux enregistrés sur une période d’environ 14 ans.

En ce qui concerne les classes de vaccins, les vaccins annuels contre la grippe ont entraîné 565 décès de fœtus au cours des 30 dernières années après avoir été injectés à des femmes enceintes ou en âge de procréer, alors que 4 023 décès de fœtus ont été enregistrés au cours des 16 derniers mois après l’injection des vaccins expérimentaux COVID-19 à des femmes enceintes ou en âge de procréer.

Le graphique ci-dessus a ete realise par The Expose.

Ainsi, en comparant simplement les vaccins contre la grippe des 30 dernières années (360 mois) aux vaccins COVID-19 des 16 derniers mois, nous obtenons une moyenne de 1,5 décès fœtal par mois après les vaccins contre la grippe, et une moyenne de 251 décès fœtaux par mois après les vaccins COVID-19.

Cela représente une augmentation de 16 633 % des morts fœtales après les vaccins COVID-19 par rapport aux vaccins annuels contre la grippe.

Pourtant, les Centers for Disease Control et la Food & Drug Administration continuent de recommander les vaccins COVID-19 aux femmes enceintes. En fait, la FDA prévoit de modeler les vaccins COVID-19 après les vaccins contre la grippe, afin de pouvoir continuer à injecter les gens chaque année avec ces vaccins COVID-19. (Source)