Non seulement Obama était au courant du mensonge sur la collusion avec la Russie, mais des preuves récemment découvertes montrent qu’il en était l’instigateur.

NDLR : Les courriels du FBI récemment rendus publics lors du procès contre Michael Sussmann, avocat du DNC aujourd’hui acquitté, montrent que le bureau était encore en train de demander des images des serveurs du DNC le 13 octobre 2016. Les images des serveurs, qui équivalent à une copie virtuelle de la scène de crime présumée, ont été prises par la société privée de cybersécurité CrowdStrike.

AUTEUR

JOE HOFT

CATEGORIES

POSTÉ LE

8 juin 2022

SOURCE

The Gateway Pundit

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

Le rapport d’Epoch Times :

Le président Barack Obama a approuvé une déclaration de la communauté du renseignement américain en octobre 2016 accusant la Russie d’avoir volé des courriels du Comité national démocratique (DNC), bien que le gouvernement américain n’ait pas obtenu les images des serveurs du DNC cruciales pour déterminer si Moscou était impliqué dans le vol.

Les courriels du FBI récemment rendus publics lors du procès contre Michael Sussmann, avocat du DNC aujourd’hui acquitté, montrent que le bureau était encore en train de demander des images des serveurs du DNC le 13 octobre 2016. Les images des serveurs, qui équivalent à une copie virtuelle de la scène de crime présumée, ont été prises par la société privée de cybersécurité CrowdStrike.

Le 7 octobre, six jours avant que CrowdStrike n’accepte d’envoyer les images des serveurs au FBI, le département de la sécurité intérieure (DHS) et le bureau du directeur du renseignement national (ODNI) ont publié une déclaration accusant la Russie d’avoir piraté des organisations politiques américaines et d’avoir diffusé des courriels prétendument volés lors du piratage. Cette déclaration a été approuvée et encouragée par M. Obama, selon le secrétaire d’État au DHS de l’époque, Jeh Johnson.

« Le président a approuvé la déclaration. Je sais qu’il voulait que nous fassions cette déclaration. Il s’agissait donc très certainement d’une déclaration du gouvernement des États-Unis, et pas seulement de Jim Clapper et de moi-même », a déclaré Jeh Johnson à la commission du renseignement de la Chambre des représentants en juin 2017, en faisant référence à James Clapper, alors directeur du renseignement national.

TGP a rapporté en mai 2019 qu’Obama était dans le coup. Il savait que l’histoire de la collusion avec la Russie était un mensonge et il est allé de l’avant quand même. Obama était dans le coup. C’était une imposture. L’enquête Mueller était une imposture. Obama a espionné le parti de l’opposition.

Ce n’était qu’un mensonge et Obama le savait parce qu’il était derrière tout ça.