La marine de l’armée populaire de libération chinoise (PLAN) aurait secrètement débuté la construction d’une nouvelle base navale au Cambodge, selon des responsables occidentaux qui se sont entretenus avec le Washington Post lundi.

AUTEUR

RYAN MORGAN

CATEGORIES

POSTÉ LE

9 juin 2022

SOURCE

American Military News

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

La PLAN aurait choisi l’extrémité nord de la base navale cambodgienne de Ream pour y installer sa nouvelle base et un responsable a déclaré à la presse que le site devait faire l’objet d’une cérémonie d’inauguration jeudi. La nouvelle base offrirait à la Chine un accès plus large au golfe de Thaïlande et à la partie sud de la mer de Chine méridionale. 

La marine de l’armée populaire de libération chinoise (PLAN) aurait secrètement débuté la construction d’une nouvelle base navale au Cambodge, selon des responsables occidentaux qui se sont entretenus avec le Washington Post lundi. 

La PLAN aurait choisi l’extrémité nord de la base navale cambodgienne de Ream pour y installer sa nouvelle base et un responsable a déclaré à la presse que le site devait faire l’objet d’une cérémonie d’inauguration jeudi. La nouvelle base offrirait à la Chine un accès plus large au golfe de Thaïlande et à la partie sud de la mer de Chine méridionale. 

Les gouvernements chinois et cambodgien ont tous deux officiellement démenti les projets de construction de cette base. 

Si la base navale en question est effectivement construite, il s’agira de la deuxième base chinoise à l’étranger. La Chine avait établi sa première base à l’étranger à Djibouti, en Afrique de l’Est. La construction de cette base chinoise à Djibouti avait commencé en 2016 pour être opérationnelle en 2017. 

« Nous estimons que l’espace indopacifique est une zone importante pour les dirigeants chinois, qui la considèrent comme la zone d’influence historique et légitime de la Chine », a déclaré un responsable occidental. « Ces derniers considèrent la progression de la Chine dans cette région comme un élément d’une tendance globale vers un monde multipolaire dans lequel les grandes puissances affirment avec plus de force leurs intérêts dans la sphère d’influence qu’ils considèrent comme la leur. » 

La première base de la Chine à l’étranger, à Djibouti, est située près de l’embouchure de la mer Rouge, d’une importance considérable sur le plan stratégique, par laquelle transitent de grandes quantités de pétrole en provenance du Moyen-Orient en direction de l’Europe. 

La Chine a progressivement cherché à asseoir son emprise sur une grande partie de la mer de Chine méridionale. De nombreuses autres nations, le Brunei, Taïwan, l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines et le Vietnam ont toutes affirmé des revendications territoriales concurrentes et se recoupant en mer de Chine méridionale. 

Un responsable occidental du renseignement a déclaré au Washington Post que cette nouvelle base au Cambodge témoignait de la volonté de la Chine de renforcer son contrôle sur la région de la mer de Chine méridionale. Un responsable a ajouté que la Chine espérait que les autres pays de la région finiraient par être « réticents ou incapables de défier les intérêts fondamentaux de la Chine ».

« En fait, la Chine cherche à devenir si puissante que la région préférera céder au rôle de leader de la Chine plutôt que d’en subir les conséquences [si elle ne le fait pas] », a poursuivi le responsable. 

En 2019, le Wall Street Journal a rapporté, citant des responsables américains et alliés proches du dossier, que la Chine et le Cambodge avaient signé un accord confidentiel afin de permettre à la Chine d’utiliser la base navale cambodgienne. Le Cambodge et la Chine ont tous deux démenti le communiqué de 2019. À l’époque, un porte-parole militaire chinois a affirmé que la Chine avait simplement apporté son aide à l’armée cambodgienne en lui fournissant formation et assistance logistique.

Les États-Unis avaient auparavant financé deux installations sur la base navale de Ream au Cambodge, mais le gouvernement cambodgien a procédé à la démolition de ces bâtiments en novembre 2020. Lors d’une visite au Cambodge effectuée l’année dernière, la secrétaire d’État adjointe Wendy Sherman a soulevé la question de la démolition des deux installations financées par les États-Unis sur la base navale de Ream et a déclaré qu’une base militaire chinoise au Cambodge « porterait atteinte à sa souveraineté, menacerait la sécurité de la région et aurait des conséquences négatives sur les relations entre les États-Unis et le Cambodge. »

Ce week-end, un responsable chinois a confirmé au Washington Post que l’armée chinoise commencerait à utiliser « une partie » de la base navale de Ream au Cambodge, mais a démenti les allégations selon lesquelles la région dans laquelle se trouve la base passerait sous le contrôle exclusif de l’armée chinoise.

Un autre responsable occidental a mis en doute les affirmations de la Chine selon lesquelles elle ne contrôlerait pas exclusivement une partie de la base navale de Ream. Le responsable a affirmé que les plans élaborés entre les gouvernements cambodgien et chinois en 2020 prévoyaient que les militaires chinois disposeraient « d’une utilisation exclusive de la partie nord de la base, tandis que leur présence resterait dissimulée. »

L’ambassade du Cambodge aux États-Unis a déclaré au Washington Post son « profond désaccord » avec les allégations selon lesquelles l’expansion de la base navale de Ream servira à faciliter la présence militaire de la Chine et a qualifié cette affirmation d' »accusation sans fondement visant à ternir la réputation du Cambodge ». L’ambassade a ajouté que le Cambodge « respectait fermement » la constitution du pays, qui n’autorise aucune base ou présence militaire étrangère au Cambodge.

« La rénovation de la base a pour seul but de renforcer les capacités navales du Cambodge pour protéger son intégrité maritime et lutter contre les délits maritimes, notamment la pêche illégale », a déclaré l’ambassade du Cambodge.

Un responsable occidental a déclaré au Washington Post s’attendre à ce que le Cambodge finisse par reconnaître le financement et la construction de l’extension de la base navale de Ream, mais pas la présence de l’armée chinoise sur la partie agrandie de la base.

Selon des responsables interrogés par le Washington Post, la Chine et le Cambodge ont déployé des efforts considérables pour dissimuler les projets d’expansion de la base navale de Ream. L’un d’eux a déclaré que lors des visites de représentants officiels d’autres nations, les militaires chinois de la base portent des uniformes semblables à ceux de leurs homologues cambodgiens, voire aucun uniforme, afin d’éviter d’attirer l’attention sur leur présence.

« Ce que nous avons observé au fil du temps, c’est une tendance très nette et cohérente à essayer de noyer le poisson et de dissimuler à la fois l’objectif final et l’étendue de la participation militaire chinoise », a déclaré le second responsable au Washington Post.

L’armée chinoise serait également à la recherche d’autres bases militaires, notamment une base orientée vers l’Atlantique. Le général Stephen Townsend, commandant du Commandement des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM), a déclaré en mai 2021 que la Chine examinait les pays situés le long de la quasi-totalité du littoral de l’Afrique occidentale, depuis la Mauritanie au nord jusqu’à la Namibie au sud, en vue de trouver une base sur l’Atlantique. En décembre, des responsables ont déclaré au Wall Street Journal que la Chine avait commencé à considérer la Guinée équatoriale, en Afrique centrale, comme un choix privilégié.