Le 1er juillet, The International Journal of Hydrogen Energy a publié l’article du Dr Mills intitulé « Electron Paramagnetic resonance proof for the existence of molecular hydrino » (« Preuve par résonance paramagnétique électronique de l’existence d’un hydrino moléculaire »). En termes simples, voici pourquoi c’est important.

AUTEUR

COGNITIVE CARBON

CATEGORIES

POSTÉ LE

18 juillet 2022

SOURCE

Cognitive Carbon

👉👉👉 Rejoignez-nous sur Telegram : https://t.me/actuintel

Comme certains d’entre vous qui me suivent le savent déjà, j’ai écrit sur les travaux du Dr Randell Mills depuis de nombreuses années. Il s’agit d’un physicien énigmatique, controversé mais brillant, basé à Cranbury, dans le New Jersey (une petite ville située juste à côté de Princeton), qui a développé et étudié un cadre théorique alternatif pour expliquer comment les électrons liés aux atomes d’hydrogène et aux molécules d’hydrogène (et à tous les autres éléments, en fait) se comportent au niveau atomique.

Il n’est pas un poids plume : voici ses publications dans les revues et ses trois livres. Celui-ci est mon préféré, le volume III. Ses travaux portent sur ce qu’il appelle l' »hydrino ».

Ses travaux pourraient avoir d’énormes implications pour la physique et pour le monde, si la validation continue de corroborer ses affirmations – comme le fait apparemment ce nouvel article.

J’ai développé une amitié avec lui au cours des huit dernières années et je l’ai invité à parler lors d’une présentation de colloque à l’université de ma fille aînée en 2017.

J’écrirai bientôt un autre article sur la façon dont j’ai appris à le connaître, mais aujourd’hui, je veux essayer de vous présenter les points forts de son dernier article, car il pourrait tout changer pour lui et pour l’humanité.

Si vous êtes intéressé par un résumé facile à comprendre de son travail écrit par un de ses anciens stagiaires, veuillez consulter Randell Mills and the Search for Hydrino Energy sur Amazon.

Au terme de plus de 25 ans de recherche, Randell Mills pense avoir mis au point le moyen d’exploiter une nouvelle forme de production d’énergie propre, grâce à un processus impliquant une transformation spéciale de l’hydrogène, d’une manière qui n’a jamais été réalisée auparavant. Il ne s’agit en aucun cas de « brûler » l’hydrogène. La combustion implique toujours de l’oxygène. On peut donc dire que la combustion d’une substance est une « réaction d’oxydation », ce qui signifie qu’il s’agit d’une réaction de libération d’énergie impliquant de l’oxygène et la substance en question.

Le procédé Mills n’est pas un procédé de combustion, il n’est pas de nature nucléaire et il ne s’agit pas non plus d’un procédé de pile à combustible PEM à hydrogène. Les piles à combustible sont un moyen de générer essentiellement du courant électrique en extrayant les protons de l’hydrogène et en faisant passer les protons à travers une membrane spéciale. Voici une brève description des piles à combustible à membrane PEM.

La réaction hydrino de Mills consiste plutôt à créer un « plasma » à (relativement) basse température et à pression modérée qui libère une énergie énorme dans un petit volume (c’est-à-dire une densité énergétique élevée) au cours de ce qu’il appelle une réaction de formation « hydrino ».

C’est beaucoup moins complexe que la fusion.

Voici comment cela fonctionne, pour le dire aussi simplement que possible. En faisant passer un courant électrique de faible tension mais de fort ampérage dans une chambre de réaction – en utilisant du métal liquéfié (du gallium, par exemple, mais d’autres métaux fonctionnent également) comme électrodes – et en introduisant des molécules d’hydrogène et de l’eau « mono-moléculaire » dans la chambre de réaction, les molécules d’eau sont en quelque sorte amenées à « entrer en collision » avec l’hydrogène pendant la réaction d’hydrino-formation et à absorber une quantité d’énergie nécessaire pour que l’hydrogène normal s’effondre dans ce qu’il appelle un état « hydrino ».

L’énergie ainsi transférée à la molécule d’eau est ensuite libérée sous forme de lumière (en grande partie dans la partie extrême ultraviolette du spectre). C’est pourquoi Mills appelle la chambre de réaction une « SunCell » et que sa société s’appelle « Brilliant Light Power ». Voici une nouvelle vidéo publiée aujourd’hui même.

Le cadre théorique utilisé par Mills pour expliquer ce sur quoi il travaille en laboratoire a longtemps été considéré comme assez controversé – il est écarté avec dédain par la plupart des physiciens conventionnels. Il y a beaucoup de détracteurs, et relativement peu de partisans.

La raison de la résistance à son travail est typique et tout à fait prévisible : s’il a raison, de nombreux physiciens qui ont passé leur carrière à penser que l’Univers et le monde fonctionnent selon ce qu’on leur a enseigné devraient repenser radicalement ce qu’ils pensaient savoir – et ont passé des décennies à apprendre ou à enseigner – et très peu de gens sont capables ou désireux de le faire.

C’est à des personnes comme le Dr Mills – qui travaille en dehors du « groupe de pairs » universitaire en physique – à quelqu’un dont la carrière et la réputation ne dépendent pas de la conformité à la pensée collective universitaire, qu’il revient de tracer de nouvelles voies dans la science. Il incombe également à des personnes comme moi, dont la carrière n’est pas affectée par le « stigmate » d’être associé à un « scientifique marginal », de faire ce que nous pouvons pour expliquer et partager son brillant travail. Je ne serai pas renvoyé de mon emploi actuel parce que j’écris sur des sujets comme celui-ci.

Alors, à propos de l’article. L’article du 1er juillet du Dr Mills pourrait rendre extrêmement difficile pour les détracteurs dogmatiques de la « physique dominante » de l’ignorer désormais : il a en effet trouvé des preuves qui soutiennent son modèle théorique et qui sont autrement inconnues et inexplicables par la physique conventionnelle. C’est un résultat intéressant qui ouvre parfois de nouvelles portes à la science.

S’il a raison et s’il peut continuer à développer sa technologie dite « SunCell » pour exploiter ce processus énergétique, notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles pourrait commencer à diminuer ; la fission nucléaire dangereuse et l’énergie de fusion nucléaire compliquée ne seraient plus nécessaires dans les décennies à venir ; nous pourrions nous passer des parcs d’éoliennes et des vastes réseaux de cellules solaires qui marquent le paysage.

Si vous avez vu le film Blade Runner 2049, les premières scènes montrent un avenir sombre dans lequel la majeure partie du monde est recouverte de panneaux solaires et où les gens élèvent des insectes pour se nourrir. Espérons que nous pourrons éviter ce futur avec la SunCell.

Si le procédé du Dr Mills peut être commercialisé (il s’en rapproche chaque mois), n’importe qui dans le monde pourra produire plus d’énergie qu’il n’en aura jamais besoin pour lui-même – directement au point d’utilisation – sans dépendre du « réseau » ou de centrales électriques centralisées (et donc contrôlables par la société). L’appareil pourrait avoir la taille d’un petit réfrigérateur de la taille d’un dortoir que l’on peut placer presque partout.

Si une telle source d’énergie est développée, l’humanité connaîtra une sorte de liberté que nous n’avons jamais connue. J’en parle dans certains de mes articles dont les liens figurent ci-dessous. De plus, il s’agit probablement de la source d’énergie la plus propre que nous puissions concevoir, elle utilise la source de combustible la plus abondante de l’Univers – l’hydrogène – et son coût par kilowattheure pour produire de l’électricité pourrait être 300 fois inférieur à celui de l’énergie solaire et 1/30e de celui de l’énergie nucléaire.

Pensez un instant à la déflation des prix qu’une telle baisse des coûts énergétiques entraînerait. Une part importante du « coût » de tout ce que vous consommez est déterminée par le coût de l’énergie nécessaire à sa production, qu’il s’agisse d’aliments ou de produits. Que se passe-t-il si la part du coût déterminée par le coût de l’énergie est divisée par 30 ou 300 ?

Que devient le « prix » de la chose dans ce cas ? D’ailleurs, si vous saviez que quelque chose comme ça allait arriver bientôt, et que vous étiez puissant et riche, pourquoi ne pas stimuler l’inflation pour qu’elle se déchaîne pendant quelques années afin de faire grimper les prix de base, de sorte que les prix finissent par « dégonfler » à partir d’un niveau plus élevé pour revenir au niveau actuel ?

J’ai mentionné le travail de Mills directement ou indirectement dans Hydrogène x200 et It’s Always Been about Energy sur substack, et aussi sur mon site wordpress dans les billets intitulés Hydrogène, Hydrino et Dr. Mills et Hawking, Mills et le Big Bang.

En 2018, j’ai également écrit le post The Future Brightens, qui couvrait un article précédemment publié par Mills. Je suis tombé pour la première fois sur son travail en 2014 et j’étais initialement très sceptique et dédaigneux. Mais quelque chose à propos de l’homme et de ses travaux publiés m’a donné envie de creuser davantage, et j’ai pris l’avion pour lui rendre visite à Princeton en 2015 afin de savoir si je le trouvais crédible.

Dans cet article, je veux exposer les revendications du Dr Mills dans ce dernier article publié d’une manière qu’un public plus large peut saisir, et aussi vous expliquer où cela pourrait mener.

L’article a survécu à l’examen par les pairs, ce qui est remarquable en soi, car le résumé de l’article présente d’emblée des affirmations qui ébranlent les fondements de la physique des particules telle qu’elle est comprise par la mécanique quantique. J’y reviendrai dans un instant, en expliquant brièvement ce qu’est la mécanique quantique et le modèle standard de la physique des particules qui en dépend.

Dans la section « Highlights » (« Faits importants ») de son article, Mills affirme qu’il a la preuve expérimentale de l’existence d’un nouvel « allotrope« , ou d’une forme d’hydrogène qui n’a jamais été découverte auparavant ; que cette forme d’hydrogène possède une structure d’orbitale moléculaire inconnue jusqu’alors ; et qu’il peut confirmer l’existence de cette forme d’hydrogène – d’une manière qui est compatible avec sa théorie mais qui est autrement inexplicable par convention – en utilisant trois phénomènes qu’il a mesurés dans ses expériences.

L’un de ces phénomènes est le « paramagnétisme », c’est-à-dire une propriété « (d’une substance ou d’un corps) très faiblement attirée par les pôles d’un aimant, mais ne conservant aucun magnétisme permanent ».

Autrement dit, le matériau (hydrino, l’allotrope de l’hydrogène) qu’il a créé en laboratoire peut être attiré par un barreau aimanté, mais il n’y a pas de magnétisme permanent dans le matériau et aucune explication conventionnelle de la raison pour laquelle il serait attiré magnétiquement en premier lieu.

Mais il l’est, de manière mesurable, et c’est tout à fait remarquable. Mills a montré quelque chose de similaire en 2018 via une expérience différente (l’image ci-dessous provient du lien vidéo ci-dessus).

La deuxième série de phénomènes concerne les orbitales électroniques entourant l’hydrogène moléculaire – dans ce nouvel allotrope appelé hydrino, que Mills appelle également H2 (1/4).

La discussion à ce sujet est trop complexe pour être distillée ici, mais il suffit de dire que ces orbitales sont prédites par la théorie de Mill, qu’on a constaté leur existence dans l’expérience grâce aux diverses données recueillies et qu’elles donnent lieu au paramagnétisme décrit ci-dessus.

Le troisième phénomène a trait à la chromatographie en phase gazeuse. Il s’agit d’une technique permettant de déterminer la composition d’un échantillon d’un matériau. En vaporisant un échantillon de « substance », la chromatographie en phase gazeuse produit un spectre graphique avec une série de lignes verticales qui correspondent aux matériaux trouvés dans cet échantillon.

L’emplacement des lignes le long de l’axe des x, appelé « temps de rétention », peut être utilisé pour identifier les éléments constitutifs de l’échantillon, car leurs positions sont uniques pour les atomes élémentaires.

Ces techniques sont souvent utilisées pour identifier des substances inconnues en les vaporisant à l’intérieur de la machine et en examinant leurs éléments constitutifs pour déterminer de quoi ils devaient faire partie à l’origine (par exemple, si vous mesurez tant d’hydrogène, tant d’oxygène, tant d’azote, tant de carbone, etc. dans des proportions spécifiques les uns par rapport aux autres, vous pouvez identifier le matériau d’origine).

Les deux éléments dont les « temps de migration » connus sont les plus rapides (ce qui signifie que les pics sur le graphique du chromatogramme se produisent plus près du bord gauche du graphique) sont l’hydrogène et l’hélium.

L’hydrogène a le temps de migration connu le plus rapide et est observé à environ 8 minutes ; dans cet échantillon, une nouvelle substance inconnue jusqu’alors (qui, selon Mills, est un hydrino, ou H2 (1/4)) présente un pic de migration à environ 6 minutes : 2 minutes plus vite que l’hydrogène, précédemment considéré comme le plus rapide.

Il s’agit d’un résultat très intéressant.

Ces résultats – en particulier la résonance paramagnétique électronique (RPE) et le temps de migration sur le chromatogramme – suggèrent fortement qu’une nouvelle substance, non connue auparavant, a été découverte par Mills. Fait remarquable, les mesures sont conformes à son modèle théorique et semblent donc confirmer ses prédictions.

Revenons maintenant au début de cet article et expliquons ce que ces résultats suggèrent en ce qui concerne la mécanique quantique et le modèle standard.

La mécanique quantique est une théorie de la physique élaborée entre 1900 et 1920 et complétée par la suite. Elle dit, aussi simplement que possible, que la lumière – qui est constituée de « particules » appelées photons – peut être émise ou absorbée par les électrons qui « gravitent » autour des noyaux des atomes, mais que les niveaux d’énergie des photons ne peuvent se produire que par « paquets » ou « quanta » spécifiques.

En d’autres termes, leurs niveaux d’énergie ne peuvent pas changer en douceur ; ils « sautent » d’un niveau de « nombre entier » à un autre et ne se trouvent jamais à des niveaux d’énergie « intermédiaires ». Une analogie : c’est comme si les photons montaient et descendaient les « escaliers » une marche entière à la fois, au lieu de glisser sur les rampes lisses.

Par exemple, si vous désignez l’état d’énergie le plus bas d’un photon par « 1 », l’état d’énergie suivant autorisé est « 2 », et il ne peut y avoir de photons avec des états d’énergie de, disons, 1,5 ou 1,332. Les photons ne peuvent être émis (ou absorbés) qu’à des multiples entiers (les nombres 1, 2, 3, 4, etc.) du niveau d’énergie le plus bas, ou « état fondamental ».

Dans les mathématiques de la mécanique quantique, il existe des nombres appelés « nombres de Rydberg » qui correspondent à ces niveaux d’énergie et, comme indiqué, ce sont des nombres entiers à partir de 1.

Par-dessus la mécanique quantique se trouve une autre théorie appelée le « modèle standard », qui prédit l’existence de toutes les particules élémentaires du type de celles que l’on trouve dans les accélérateurs comme le CERN, qui écrasent des particules plus lourdes à grande vitesse pour voir ce qui sort de la collision.

Le problème est que les mathématiques du modèle standard n’ont PAS de solution correspondant à une particule pouvant expliquer la matière noire ; or l’existence de la matière noire est considérée comme nécessaire pour expliquer les mouvements de rotation des étoiles et des galaxies par l’attraction gravitationnelle. C’est actuellement l’une des nombreuses « failles » de la mécanique quantique.

Cependant, contrairement au modèle standard de la mécanique quantique, la théorie du Dr Mills tient compte de l’existence de la matière noire, et ce de manière très élégante.

Donc, si Mills a raison… la mécanique quantique et le modèle standard devront être révisés (ou abandonnés), ce qui provoquera de graves brûlures d’estomac chez de nombreux physiciens.

Ce que Mills affirme dans les premiers paragraphes de son résumé de cet article, c’est que l’hydrogène peut en fait avoir des orbitales qui sont également des fractions entières. En d’autres termes, les « nombres de Rydberg » autorisés pourraient également être 1/2, 1/3, 1/4, 1/8 … jusqu’à 1/137.

L’état « hydrino » que Mills prétend être capable de produire a un nombre de Rydberg de 1/4 … et cela signifie que les électrons « orbitent » plus près du noyau que ce que la mécanique quantique leur permet (1 devrait être l’état le plus bas possible).

Les molécules d’hydrogène dans cet état – H2 (1/4) – sont prédites par Mills comme étant très stables et non réactives, c’est-à-dire qu’elles n’émettent ni n’absorbent de photons. Elles sont « sombres ».

Ils devraient également avoir un « rayon orbital » (la taille de la molécule) d’environ 1/64e du diamètre de l’hélium, ce qui les rend très petits. Pour cette raison, il est très difficile de les « retenir », car elles sont suffisamment petites pour se glisser entre les atomes de la plupart des récipients.

Mills pense que cet état d’hydrogène non réactif, « sombre », est en fait de la « matière noire ». C’est un sujet pour une autre fois, mais restons-en là : lorsque l’hydrogène est catalysé pour former cet état hydrino stable et non réactif, il libère une quantité d’énergie équivalente à 16 fois l’état fondamental de l’hydrogène.

Il en résulte une libération d’une énorme quantité d’énergie par rapport à ce qui est libéré lorsque l’hydrogène est brûlé dans de l’oxygène (par exemple, dans les moteurs de fusée).

Il s’avère que la combustion d’hydrogène pur dans de l’oxygène pur est la réaction non nucléaire la plus dense en énergie que nous connaissions – du moins, jusqu’à ce que le Dr Mills présente la réaction hydrino, qui est 16 fois plus importante.

J’ai utilisé ce tableau dans un sous-pack précédent pour rendre cela visuellement compréhensible. Vous voyez le cercle rouge en bas à droite ? Faites-le glisser 16 fois de plus vers la droite, et c’est là que se situerait la réaction hydrino en termes de « mégajoules par kilogramme ». Les batteries au lithium-ion des voitures électriques ne s’en approchent pas du tout.

Les futures voitures Tesla… devraient fonctionner avec des SunCells.

C’est cette densité énergétique qui donne à Mills l’espoir de créer un nouveau dispositif de production d’énergie. Il convertirait l’hydrogène ordinaire (que l’on trouve partout dans l’atmosphère, dans l’eau et même dans l’espace) à l’état d’hydrino, libérant ainsi de grandes quantités d’énergie, puis, comme l’hélium, s’échapperait simplement de l’atmosphère vers l’espace en raison de sa petite taille et de sa légèreté par rapport aux autres molécules.

Le produit n’est pas radioactif et ne produit pas non plus de rayons gamma ou d’autres rayonnements ionisants (ce qui est le problème de la fission nucléaire, et dans une certaine mesure de la fusion).

L’hydrogène étant la substance la plus abondante de l’Univers, cela signifie également qu’il existe une réserve inépuisable de « carburant » et qu’il n’y a pas de « polluants » à craindre, comme le CO2 qui affecte notre atmosphère (l’hydrino s’échapperait dans l’espace).

Pour résumer tout cela : L’article de Mills du 1er juillet 2022 semble prouver, de manière assez concluante, qu’il EXISTE une nouvelle forme d’hydrogène ayant ces propriétés paramagnétiques uniques et ces propriétés de temps de migration chromatographique ; que sa théorie prédit que celles-ci devraient exister ; et que par conséquent, ses résultats expérimentaux montrant des réactions à haute densité d’énergie à l’intérieur de la SunCell sont probablement valides et explicables.

La fin de l’ère des combustibles fossiles est peut-être en vue… et cela signifie que nous n’avons pas à contempler des champs d’éoliennes ou des hectares et des hectares de panneaux solaires hideux pour vivre confortablement dans un avenir infini.

L’avenir sera aussi brillant que le soleil.

References

Si vous souhaitez aller plus loin, consultez également Aureon.ca et SafireProject. Cette équipe étudie également une réaction au plasma pour la production d’énergie, mais elle ne dispose pas du même degré de travaux théoriques solides (publiés, en tout cas) pour expliquer le fonctionnement de sa réaction. Voici une ancienne vidéo du soleil Safire :